Extension Factory Builder
25/07/2011 à 10:20
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
'Une fois que ça marche, je m'emmerde!', confie Azaïche. "Une fois que ça marche, je m'emmerde!", confie Azaïche. © Camille Millerand pour JA.

Cet Algérien arrivé en France il y a trente-trois ans dirige aujourd’hui l’une des salles de spectacle les plus actives dans la promotion des musiciens maghrébins. Un engagement culturel et politique.

Taille moyenne, corps rond, chemise ouverte, regard brillant de l’enfant heureux, tutoiement instinctif, Méziane Azaïche n’a pas un profil de patron. Injoignable à l’heure du rendez-vous, parti en promenade méditative dans le vaste parc de La Villette (Paris), il est pourtant à la tête de la populaire salle de spectacle Le Cabaret sauvage. « Méziane a toujours un milliard d’idées… et il faut qu’on les réalise ! » soutient Barbara Augier, qui a longtemps travaillé à la communication de la salle. « Il dirige le Cabaret d’une main de maître… et de fer ! » reconnaît un collaborateur. Azaïche suit tout, donne son avis sur tout. « Homme de la nuit nul en musique », selon ses mots, il se promène parfois dans Paris pour mesurer l’effet de l’affichage du Cabaret. « Il bosse énormément sans en avoir l’air, confirme Mohamed Ali Allalou, le coordinateur de Barbès Café, dernier grand spectacle du Cabaret. Je ne l’ai jamais vu en train d’écrire, ou derrière un ordinateur, mais il a tout en tête. C’est l’école des chibanis ! [vieux Maghrébins, NDLR] »

« Pas très branché Maghreb », pourtant, lors de son arrivée à Paris en 1978 ! Azaïche, né en Algérie vingt-trois ans plus tôt, alors sans formation, participe rapidement à la création d’un réseau de promotion d’artistes locaux. « C’est sur la tombe de Jim Morrison, au cimetière du Père-Lachaise, que j’ai rencontré les amis avec qui on a monté l’association Culture au quotidien. On cherchait des bistrots où les artistes pourraient jouer. Je n’avais aucune idée de qui était ce gars enterré là, mais l’ambiance était sympa ! »

Azaïche crée successivement deux petits cafés-restaurants populaires qui donnent des soirées musicales. D’abord le Baladin, acheté aux enchères, avec l’aide de subventions, puis le Zéphyr, en 1988, avec son épouse. En 1993, il loue le chapiteau Magic Mirror avant de faire bâtir Le Cabaret sauvage sur le même modèle quatre ans plus tard dans l’idée de développer une vie nocturne parisienne qui le déçoit. La programmation est chargée, diverse, exigeante. « Ce qu’on fait est toujours engagé, pour les minorités, les travailleurs, contre un système, contre les injustices », rappelle le gérant de salle qui fut un temps sans papiers.

Sous ses airs nonchalants, Azaïche est une personne très sensible. De celles qui achètent une radio neuve pour une vieille villageoise algérienne dont le poste est à l’agonie. De celles qui renvoient leurs employés chez eux quand leurs enfants sont malades. De celles qui n’arrivent plus à travailler pendant un mois quand elles se sentent trahies par un groupe qu’elles ont lancé – le litige juridique qui l’oppose à l’Orchestre national de Barbès pour les droits du titre Barbès Café l’a profondément affecté. De celles, enfin, qui se rapprochent de leur père dans ses derniers moments, après une relation difficile entravée par la fierté. « Depuis qu’il est mort, je l’aime de plus en plus, jour après jour. » Lui-même est père de quatre enfants.

Né en Kabylie, Azaïche a largement contribué, depuis une dizaine d’années, à donner une visibilité à la scène musicale maghrébine. « Lors de mon premier spectacle dans cet Olympia d’Afrique du Nord, je n’avais jamais vu autant d’Algériens au mètre carré ! » s’amuse Allalou. Le Cabaret joue Les Folles Nuits berbères chaque année depuis 2006. Il a aussi invité cinquante chanteuses algériennes pendant la guerre civile, et lancé la jeune Souad Massi. Pour son dernier spectacle, Barbès Café, Azaïche a écrit lui-même le scénario d’une soirée qui retrace l’histoire de l’Algérie depuis les années 1950 à travers sa musique. Excellente critique et grand succès public. « C’est son engagement artistique le plus profond, estime Barbara Augier. Il circulait, fou de joie, parmi les spectateurs. Ces derniers temps, il se tourne de plus en plus vers ses origines. » On sent qu’Azaïche, après une tournée en France, aimerait jouer Barbès Café en Algérie pour le cinquantenaire de l’indépendance, en 2012. Mais cela nécessite patience et relations… « J’ai quitté l’Algérie à cause de ce genre de choses, alors je ne vais pas les supplier maintenant. »

Il n’empêche. Méziane Azaïche retourne régulièrement au pays pour voir sa mère, Farma, qui l’a élevé alors que son père travaillait en France. « C’est un pays extraordinaire, les Algériens individuellement sont magnifiques ! Mais en groupe, aïe aïe aïe ! » Là-bas aussi, il a la bougeotte au bout de quelques jours… Enfant, il étouffait au village et partait souvent grimper dans les montagnes. Aujourd’hui encore, n’avoir qu’un projet en cours l’angoisse.

« Une fois que ça marche, je m’emmerde ! » reconnaît-il dans un sourire aussi large que communicatif. Malgré trente-trois années en France, l’homme n’a guère perdu son fort accent algérien. L’emploi d’un terme pour un autre fait parfois dériver certaines expressions vers un autre sens. « Méziane a toujours des histoires extraordinaires et utilise des mots inattendus ! » se réjouit Allalou. Le Cabaret sauvage, depuis quatorze ans, n’a ni aseptisé son discours ni calmé son ardeur au travail, mais a visiblement réussi à le fixer. D’habitude, il quitte un lieu quand il fonctionne bien pour en créer un autre. « Ici, c’est le seul endroit où j’ai l’impression qu’il y aura encore des choses à faire quand je serai mort ! »

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de retr[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

François Hollande : "Bachar al-Assad ne peut pas être un partenaire de la lutte contre le terrorisme"

Lors de son discours annuel devant les ambassadeurs, jeudi, le président français, François Hollande, a affirmé qu'il refusait coopération avec le gouvernement de Bachar al-Assad pour lutter[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex