Extension Factory Builder
18/07/2011 à 11:18
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Alors, comme cela, s’il faut en croire l’émissaire russe Mikhaïl Marguelov, Mouammar Kadhafi aurait prévu de faire vitrifier Tripoli sous une pluie de missiles sol-sol au cas où les rebelles viendraient à s’en emparer. Comme Hitler voulait brûler Paris, à cette différence près qu’il s’agit de sa propre capitale et qu’il périrait lui-même au coeur du brasier. Plus fort que Saddam, qui lui n’a jamais songé à détruire Bagdad, encore moins à se supprimer ? Je n’y crois pas une seconde. On a beau répéter que cet homme est capable de tout et que le suicide est la sortie de secours des vieux comédiens, je ne lui connais pas le courage de commettre un tel acte. Même par remords, orgueil ou accès de lucidité.

Alors comme cela, si l’on en croit les gazettes, le Premier ministre libyen Baghdadi al-Mahmoudi aurait osé briser un tabou (et risqué sa tête au passage) en proposant que le Guide, son chef, ne participe pas aux éventuelles négociations avec les rebelles. Là encore, je n’en crois rien. Car pour ceux qui ont lu, dans le dernier J.A., le discours prononcé par Kadhafi le 1er juillet, la cohérence est parfaite : « Négociez, dit-il à l’Otan, mais négociez avec le peuple, pas avec Kadhafi, car Kadhafi a rendu tout le pouvoir en 1977. Il ne représente plus le peuple. Il est le symbole du peuple. » Le seul problème est donc d’évaluer le degré de crédibilité de ce retrait du pouvoir, direction la stratosphère, que le « Guide » nous donne pour acquis depuis plus de trente ans. À l’évidence : voisin de zéro.

Alors comme cela, si l’on en croit la très dakaroise radiocouloir, consoeur cravatée de radio-trottoir, le dénommé Hissène Habré aurait passé la nuit du 10 au 11 juillet, date prévue de son extradition avortée vers le Tchad, avec un pistolet Colt sous son oreiller. Motif : hors de question qu’on le prenne vivant pour le livrer aux crocodiles du Chari. Il allait, qu’on le sache, se défendre jusqu’au bout. Cette fois, j’y crois un peu. Habré, qu’il m’est arrivé de rencontrer à plusieurs reprises quand il tenait N’Djamena sous sa botte, fut un tueur. Mais il est une vertu que ni son vice ni sa fuite en 1990 avec dans ses malles le contenu des coffres de la banque centrale ne lui ôteront : une forme de courage physique – née quelque part sur les cailloux du Tibesti et exprimée plus tard, à la tête des rezzous mécanisés qui défièrent (déjà) l’armée d’un certain Kadhafi.

Alors, comme cela, si l’on en croit l’écho des tambours du Bronx, un pasteur africain-américain officiant à Harlem caresserait le projet fou de réunir dans une même pièce Anne Sinclair et Nafissatou Diallo, pour une thérapie divine. Là, j’y crois vraiment. À condition que se joigne au duo Charlène de Monaco, la princesse triste, à qui seule la bénédiction de l’évêque Desmond Tutu est parvenue à arracher un sourire lors de son voyage de noces en Afrique du Sud, le miracle est possible. D’ailleurs, qu’attendent aussi Kadhafi et Habré, si ce n’est un miracle ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Noir = mercenaire

Editorial précédent :
Courage, camarade Alpha !

Réagir à cet article

Tchad

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les util[...]

Tchad : une préfecture pour Baba Laadé, un cadeau empoisonné ?

L’ancien rebelle Abdelkader Baba Laadé, revenu à la légalité il y a plus d'un an, a été nommé préfet de la Grande Sido, région frontalière avec la [...]

Le retour surprise de Jean-Bernard Padaré au Tchad

Jean-Bernard Padaré, l’ancien garde des Sceaux tchadien tombé en disgrâce et poursuivi dans plusieurs affaires, s’était réfugié en France il y a quelques mois. Alors que des[...]

Lune de miel entre Idriss Déby Itno et François Hollande

François Hollande et Idriss Déby Itno se sont entretenus pendant près de deux heures le 19 juillet, à N'Djamena, à l’occasion de la première visite officielle du président[...]

Hollande prépare le lancement de l'opération Barkhane à N'Djamena

L’opération "Barkhane", du nom de la nouvelle configuration stratégique de l’armée française dans le Sahel qui devrait mobiliser 3 000 soldats environ, sera officiellement[...]

Hollande au Tchad pour l'installation du dispositif anti-terrorisme au Sahel

Le président français François Hollande achevait samedi son périple de trois jours en Afrique à N'Djamena, où il doit préparer l'installation du commandement de Barkhane, nouvelle[...]

Après la Côte d'Ivoire, Hollande au Niger et au Tchad en mode treillis

François Hollande poursuit sa minitournée africaine par des visites à Niamey et à N'Djamena, vendredi et samedi. Après avoir esssentiellement parlé économie avec Alassane Ouattara,[...]

Libye : les voisins s'invitent dans la crise, au grand dam des Occidentaux

Inquiets de voir le pays sombrer dans le chaos, les six pays frontaliers s'impliquent dans le dossier. Mais leur initiative, soutenue par l'Union africaine et la Ligue arabe, n'est pas du goût des Occidentaux.[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers