Extension Factory Builder

Jalloul Ayed : "les ingrédients de la réussite sont là"

12/07/2011 à 11:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 27 janvier, Jalloul Ayed a la surprise d’apprendre sa nomination au ministère des Finances. Le 27 janvier, Jalloul Ayed a la surprise d’apprendre sa nomination au ministère des Finances. © ONS ABID pour J.A.

Le banquier a quitté les rangs du privé et regagné Tunis fin janvier pour entrer dans le gouvernement de transition. Sa délicate mission : relancer l’économie du pays et les investissements sans menacer l’équilibre budgétaire.

À 60 ans, Jalloul Ayed connaît tous les arcanes de la finance internationale. Il a négocié la licence de Citibank en Tunisie dans les années 1980, dirigé sa filiale corporate pour les Émirats arabes unis et Oman puis Citibank Maghreb, créé la branche affaires de la Banque marocaine du commerce extérieur (BMCE) en 1998 et organisé en 2007 l’acquisition par la BMCE de Bank of Africa. Son expertise étendue – des assurances à la banque d’affaires – et son indépendance politique en ont fait l’homme de la situation dans le gouvernement de techniciens voulu par Mohamed Ghannouchi, après l’échec de son premier cabinet de transition. Le 27 janvier, Jalloul Ayed est ainsi devenu ministre des Finances de la Tunisie. Il a été maintenu dans ses fonctions au sein du gouvernement provisoire de Béji Caïd Essebsi. S’est-il pris au jeu ? Entretien.

Jeune Afrique : Vous avez longtemps travaillé à l’étranger ; quels liens gardiez-vous avec la Tunisie ? Comment avez-vous vécu la révolution ?

Jalloul Ayed : J’ai gardé les rapports d’un Tunisien qui aime son pays et y rentre tous les ans pour voir sa famille. Je suivais de loin ce qui s’y passait, mais sans y être totalement investi. Les événements de janvier ont éveillé en moi un mélange de sentiments parfois contradictoires : beaucoup d’enthousiasme, mais aussi de l’anxiété.

En off

Le soir du 27 janvier 2011, Jalloul Ayed a la surprise d’apprendre sa nomination au ministère des Finances quelques instants à peine avant le reste de la Tunisie. À 19 h 30, il se trouve dans son bureau londonien quand il reçoit l’appel du Premier ministre Mohamed Ghannouchi : « Félicitations, vous êtes ministre des Finances et vous commencez demain matin ! » « J’étais très loin de m’y attendre, se souvient Jalloul Ayed. Mais c’était l’appel de la patrie, et je n’ai pas hésité une fraction de seconde ! »

grande compétence de nos cadres est une vraie force pour la maîtrise des finances publiques. Bien sûr, les conséquences économiques de la révolution nous ont conduits à réviser le budget et nous avons présenté une loi de finances rectificative début juin. Mais je reste serein : la situation se stabilise et redevient presque normale. Surtout, les ingrédients de la réussite sont là : une population jeune et éduquée, une position géographique privilégiée, un climat des affaires positif… Et la phase politique dans laquelle nous nous engageons va beaucoup améliorer la gouvernance. Les Tunisiens auront bientôt tous les moyens de faire sortir le meilleur d’eux-mêmes.

J’étais emballé à l’idée que le peuple tunisien, et en particulier les jeunes, ait eu le courage de mener cette révolution, tout en appréhendant les difficultés de la transition. J’étais loin de pleinement réaliser les raisons fondamentales de cette révolution quand je vivais à l’étranger, mais je les ai beaucoup mieux saisies depuis que j’ai pris mes fonctions.

Dans quel état avez-vous trouvé les finances ?

Elles étaient dans un état très correct, pour deux raisons essentielles. L’orthodoxie dans la gestion des affaires publiques est une caractéristique du ministère des Finances et la

Les effets de la révolution s’estompent-ils ?

Inévitablement, l’économie tunisienne va encore souffrir : la production a été touchée et nous attendons une diminution de plus de 50 % des recettes touristiques sur l’année. La situation en Libye a aussi un impact très négatif.

Comment aider les sociétés mises en difficulté ?

Évidemment, il faut que notre économie redémarre dans les meilleures conditions : nous avons donc élaboré une batterie de mesures fiscales et des schémas d’indemnisation pour les PME qui ont été touchées. Je vous renvoie également aux dix-sept mesures qui ont été prises par le gouvernement début avril et qui constituent la phase à court terme du plan de relance économique que nous mettons en place. Elles prévoient, par exemple, l’emploi de 20 000 personnes dans la fonction publique, la restructuration du dispositif de financement des PME, des incitations aux investissements dans les zones de développement régional, la facilitation de l’accès aux microcrédits, etc.

Quels sont vos chantiers prioritaires ?

L’effort va porter sur nos deux grands problèmes structurels : le chômage et le développement régional. Il y a 750 000 chômeurs en Tunisie, dont 160 000 diplômés, et la priorité des priorités est de créer des emplois pour la jeunesse. La révolution a été menée par des jeunes, et ceux-ci comptent beaucoup sur les autorités pour leur donner une chance de trouver un travail et de construire leur avenir. Autre urgence : le développement des zones qui n’ont pas bénéficié des mêmes programmes que les autres régions, notamment côtières. Le projet que nous avons élaboré vise à mettre l’accent sur les investissements créateurs d’emplois dans ces régions, tous secteurs confondus. Pour cela, nous avons mis en place un programme économique et social axé sur la relance de l’investissement pour résorber le chômage. Il a été présenté au sommet du G8 de Deauville, fin mai, et nous l’affinons pour la réunion des 9 et 10 septembre prochain à Marseille [G7 Finances, NDLR]. Nous espérons y sécuriser l’appui financier du G8 et de nos partenaires.

Et quel appui financier comptez-vous obtenir ?

Nous avons besoin d’une enveloppe d’investissement globale estimée à 125 milliards de dollars [87 milliards d’euros, NDLR] pour les cinq ans à venir. L’épargne nationale sera la principale source (100 milliards de dollars), et nous espérons un apport extérieur de 25 milliards.

Comment allez-vous utiliser ces sommes ?

Le Plan jasmin va créer deux structures d’investissement. D’abord une Caisse des dépôts et consignations, chargée de lancer les grands projets d’infrastructures qui dépassent les capacités de financement du secteur privé. Et en parallèle, le Fonds générationnel – fonds d’investissements stratégiques pour les générations futures – associera l’État et les investisseurs privés pour financer des projets. Il doit favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs.

Où en sont les opérations de récupération des biens mal acquis par l’ex-clan au pouvoir ?

En Tunisie, ces biens sont identifiés [ils sont évalués à 2,5 milliards d’euros, NDLR] et nous allons procéder en trois phases. La première, de confiscation, est en train d’être bouclée. La deuxième vise à gérer ces biens pour en assurer la préservation : une commission présidée par moi-même va entrer en fonction. La phase ultime, qui prévoit la récupération des produits de ventes et de cessions, viendra plus tard. Pour les biens à l’étranger, une commission présidée par le gouverneur de la Banque centrale a commencé ses travaux et le processus de récupération devrait bientôt commencer.

Vous exercez une fonction d’intérim, souhaiteriez-vous vous lancer en politique par la suite ?

Je n’ai pas été nommé avec le soutien d’un parti politique ou de quelque entité que ce soit, mais parce que le Premier ministre a voulu faire appel à des technocrates, des gens spécialisés dans certains domaines. Je suis venu apporter ma pleine contribution aux initiatives critiques que doit prendre le pays pour, en un temps record, assurer l’avenir de la Tunisie et la réussite du prochain gouvernement. Maintenant, tout comme j’ai répondu à l’appel de ma patrie, si celle-ci souhaite que je continue à mener ma mission, j’y songerai le moment venu. Mais pour l’heure, je me concentre sur les tâches qui m’incombent au jour le jour et je n’ai, aujourd’hui, qu’un seul parti : la Tunisie. 

___

Propos recueillis à Tunis par Laurent de Saint Périer

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Tunisie : fusillade dans la caserne de Bouchoucha à Tunis, sept militaires tués

Un soldat tunisien a ouvert le feu lundi matin sur d'autres soldats, dans la caserne de Bouchoucha, à Tunis. Au moins sept militaires ont été tués et d'autres blessés, selon le ministère[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : un suspect marocain arrêté en Italie

Un suspect marocain a été appréhendé mercredi dans le nord de l'Italie, pour complicité présumée dans l'attentat du Bardo. Le résultat d'une coopération avancée[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers