Extension Factory Builder

Tunisie : Nadia el-Fani, sans dieu ni maître

06/07/2011 à 17:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cette quinquagénéaire au crâne dégarni par une chimiothérapie ne craint pas les sujets tabous. Cette quinquagénéaire au crâne dégarni par une chimiothérapie ne craint pas les sujets tabous. © AFP

La réalisatrice tunisienne est la nouvelle cible des islamistes radicaux. Ses « crimes » : poser la question de la place de la religion dans son dernier film et, surtout, s’être déclarée athée. Inquiétant…

Elle est celle par qui le scandale arrive ; en osant réclamer une place pour la laïcité, Nadia el-Fani s’attire la hargne des islamistes. Son dernier documentaire, Ni Allah, ni maître ! déclenche une violente polémique. Le 26 juin, lors de l’événement « Touche pas à mes créateurs » organisé par le collectif associatif Lam Echaml, une centaine de salafistes du mouvement (non autorisé) Hizb Ettahrir ont saccagé la salle CinemAfricArt, sauvagement attaqué son directeur et menacé le public pour empêcher la projection du film, où la réalisatrice se met en scène en train de discuter avec des Tunisiens sur la place de la religion dans la société.

Depuis la révolution, qui les a soustraits à la chape de plomb du régime Ben Ali, les islamistes les plus radicaux affichent clairement leur profonde hostilité envers l’art et, plus généralement, toute forme de liberté d’expression. Après l’agression, en avril, du réalisateur Nouri Bouzid – frappé à la tête avec une barre de fer peu après avoir appelé à l’inscription de la laïcité dans la Constitution –, c’est donc au tour de Nadia el-Fani de cristalliser la vindicte des salafistes.

Fille d’un ex-dirigeant du Parti communiste tunisien, cette quinquagénaire n’en est pas à sa première provocation ; dans ses courts-métrages tels que Fifty-fifty, mon amour, elle a osé aborder des thématiques aussi taboues que le corps et l’homosexualité. Fin avril dernier, elle a affirmé haut et fort, sur la chaîne Hannibal TV, son athéisme. Depuis, le crâne dégarni – conséquence d’une chimiothérapie pour lutter contre un cancer du sein –, elle persiste et revendique la liberté de conscience. Cependant, face à la polémique, elle a préféré changer le titre de son film, rebaptisé… Laïcité, Inch’Allah.

Subversif

Dans le contexte confus et tendu de la transition vers la démocratie, le thème de la laïcité, mal expliqué et mal perçu, cristallise toutes les attentions. D’autant que, comme les événements du CinemAfricArt le prouvent, les salafistes ne se contentent plus de donner de la voix. Toutefois, le 26 juin, ils se sont trompés de cible ; la salle projetait en même temps un documentaire consacré au penseur égyptien Nasr Hamed Abou Zayd (décédé en 2010), condamné pour apostasie, mais qui continua, en exil, à développer et à exposer ses exégèses controversées du Coran. Bien plus subversif…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Hammamet : Afek Tounes, la voix des jeunes Tunisiens

Dans l'intérieur du pays, électeurs et formations politiques tunisiennes se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Législatives tunisiennes : l'abstention, le vrai outsider

Quels que soient les résultats des législatives tunisiennes du 26 octobre, vainqueurs et vaincus devront relativiser leurs performances. En cause : l'abstention qui risque à nouveau de battre des[...]

Tunisie - Sfax : "La ville est abandonnée"

Dans l'intérieur de la Tunisie, électeurs et formations politiques se croisent, entre désillusions des uns et ambitions électorales des autres. Reportage.[...]

Tunisie : la montée de Slim Riahi inquiète les ténors

Grâce à ses moyens financiers très importants, Slim Riahi commence à agréger derrière lui un électorat urbain peu politisé. Peut-il faire de l'ombre aux favoris de la[...]

Législatives tunisiennes : "Le poids d'Ennahdha sera contrebalancé", selon Ghazi Gherairi

L'ancien porte-parole de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Ghazi Gherairi, analyse les enjeux des législatives du 26 octobre. Au sein de l'Assemblée, et aussi[...]

Législatives tunisiennes : aux urnes citoyens !

Le scrutin du 26 octobre approche à grands pas, mais les citoyens tunisiens ne se mobilisent guère. Les enjeux sont pourtant cruciaux : les députés défendront leur vision de[...]

CAN 2015 : le Sénégal concède le nul face à la Tunisie aux qualifications

Le Sénégal et la Tunisie se sont neutralisés 0-0 vendredi à Dakar et conservent la tête du Groupe G pour la 3e journée des éliminatoires de la CAN 2015, alors que le Maroc a[...]

Prostitution et sexe 2.0 en Afrique

Nouvelles technologies, marketing, offre et demande, concurrence... À bien des égards, en Afrique aussi, les relations tarifées ressemblent de plus en plus à un business comme un autre.[...]

Portraits interactifs : qui sont les 27 candidats à la présidentielle tunisienne ?

Pas moins de 27 candidatures, des plus sérieuses aux plus anecdotiques, ont été retenues pour la présidentielle tunisienne prévue le 23 novembre. Qui sont ces prétendants à la[...]

Stanboulmania en Tunisie sous l'influence du feuilleton turc "Harim Sultan"

Fini les bijoux berbères et les tenues traditionnelles pour les grandes occasions. Dorénavant, c'est un style turc bien particulier qui séduit les Tunisiennes... Succès du feuilleton turc[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers