Extension Factory Builder

Tunisie : Nadia el-Fani, sans dieu ni maître

06/07/2011 à 17:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cette quinquagénéaire au crâne dégarni par une chimiothérapie ne craint pas les sujets tabous. Cette quinquagénéaire au crâne dégarni par une chimiothérapie ne craint pas les sujets tabous. © AFP

La réalisatrice tunisienne est la nouvelle cible des islamistes radicaux. Ses « crimes » : poser la question de la place de la religion dans son dernier film et, surtout, s’être déclarée athée. Inquiétant…

Elle est celle par qui le scandale arrive ; en osant réclamer une place pour la laïcité, Nadia el-Fani s’attire la hargne des islamistes. Son dernier documentaire, Ni Allah, ni maître ! déclenche une violente polémique. Le 26 juin, lors de l’événement « Touche pas à mes créateurs » organisé par le collectif associatif Lam Echaml, une centaine de salafistes du mouvement (non autorisé) Hizb Ettahrir ont saccagé la salle CinemAfricArt, sauvagement attaqué son directeur et menacé le public pour empêcher la projection du film, où la réalisatrice se met en scène en train de discuter avec des Tunisiens sur la place de la religion dans la société.

Depuis la révolution, qui les a soustraits à la chape de plomb du régime Ben Ali, les islamistes les plus radicaux affichent clairement leur profonde hostilité envers l’art et, plus généralement, toute forme de liberté d’expression. Après l’agression, en avril, du réalisateur Nouri Bouzid – frappé à la tête avec une barre de fer peu après avoir appelé à l’inscription de la laïcité dans la Constitution –, c’est donc au tour de Nadia el-Fani de cristalliser la vindicte des salafistes.

Fille d’un ex-dirigeant du Parti communiste tunisien, cette quinquagénaire n’en est pas à sa première provocation ; dans ses courts-métrages tels que Fifty-fifty, mon amour, elle a osé aborder des thématiques aussi taboues que le corps et l’homosexualité. Fin avril dernier, elle a affirmé haut et fort, sur la chaîne Hannibal TV, son athéisme. Depuis, le crâne dégarni – conséquence d’une chimiothérapie pour lutter contre un cancer du sein –, elle persiste et revendique la liberté de conscience. Cependant, face à la polémique, elle a préféré changer le titre de son film, rebaptisé… Laïcité, Inch’Allah.

Subversif

Dans le contexte confus et tendu de la transition vers la démocratie, le thème de la laïcité, mal expliqué et mal perçu, cristallise toutes les attentions. D’autant que, comme les événements du CinemAfricArt le prouvent, les salafistes ne se contentent plus de donner de la voix. Toutefois, le 26 juin, ils se sont trompés de cible ; la salle projetait en même temps un documentaire consacré au penseur égyptien Nasr Hamed Abou Zayd (décédé en 2010), condamné pour apostasie, mais qui continua, en exil, à développer et à exposer ses exégèses controversées du Coran. Bien plus subversif…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Attentat du Bardo : un second suspect marocain arrêté en Tunisie

Selon l'AFP, un Marocain suspecté de complicité dans l'attentat du Bardo a été arrêté jeudi en Tunisie. Un autre ressortissant du royaume avait été interpellé en Italie[...]

Tunisie : fusillade dans la caserne de Bouchoucha à Tunis, sept militaires tués

Un soldat tunisien a ouvert le feu lundi matin sur d'autres soldats, dans la caserne de Bouchoucha, à Tunis. Au moins sept militaires ont été tués et d'autres blessés, selon le ministère[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Tunisie : voyage au coeur de la BAT, la brigade antiterrorisme

Devenue un symbole national depuis l'arrestation des Trabelsi, en 2011, la brigade antiterrorisme nous ouvre pour la première fois ses portes.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers