Extension Factory Builder

Tunisie : Nadia el-Fani, sans dieu ni maître

06/07/2011 à 17:36
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cette quinquagénéaire au crâne dégarni par une chimiothérapie ne craint pas les sujets tabous. Cette quinquagénéaire au crâne dégarni par une chimiothérapie ne craint pas les sujets tabous. © AFP

La réalisatrice tunisienne est la nouvelle cible des islamistes radicaux. Ses « crimes » : poser la question de la place de la religion dans son dernier film et, surtout, s’être déclarée athée. Inquiétant…

Elle est celle par qui le scandale arrive ; en osant réclamer une place pour la laïcité, Nadia el-Fani s’attire la hargne des islamistes. Son dernier documentaire, Ni Allah, ni maître ! déclenche une violente polémique. Le 26 juin, lors de l’événement « Touche pas à mes créateurs » organisé par le collectif associatif Lam Echaml, une centaine de salafistes du mouvement (non autorisé) Hizb Ettahrir ont saccagé la salle CinemAfricArt, sauvagement attaqué son directeur et menacé le public pour empêcher la projection du film, où la réalisatrice se met en scène en train de discuter avec des Tunisiens sur la place de la religion dans la société.

Depuis la révolution, qui les a soustraits à la chape de plomb du régime Ben Ali, les islamistes les plus radicaux affichent clairement leur profonde hostilité envers l’art et, plus généralement, toute forme de liberté d’expression. Après l’agression, en avril, du réalisateur Nouri Bouzid – frappé à la tête avec une barre de fer peu après avoir appelé à l’inscription de la laïcité dans la Constitution –, c’est donc au tour de Nadia el-Fani de cristalliser la vindicte des salafistes.

Fille d’un ex-dirigeant du Parti communiste tunisien, cette quinquagénaire n’en est pas à sa première provocation ; dans ses courts-métrages tels que Fifty-fifty, mon amour, elle a osé aborder des thématiques aussi taboues que le corps et l’homosexualité. Fin avril dernier, elle a affirmé haut et fort, sur la chaîne Hannibal TV, son athéisme. Depuis, le crâne dégarni – conséquence d’une chimiothérapie pour lutter contre un cancer du sein –, elle persiste et revendique la liberté de conscience. Cependant, face à la polémique, elle a préféré changer le titre de son film, rebaptisé… Laïcité, Inch’Allah.

Subversif

Dans le contexte confus et tendu de la transition vers la démocratie, le thème de la laïcité, mal expliqué et mal perçu, cristallise toutes les attentions. D’autant que, comme les événements du CinemAfricArt le prouvent, les salafistes ne se contentent plus de donner de la voix. Toutefois, le 26 juin, ils se sont trompés de cible ; la salle projetait en même temps un documentaire consacré au penseur égyptien Nasr Hamed Abou Zayd (décédé en 2010), condamné pour apostasie, mais qui continua, en exil, à développer et à exposer ses exégèses controversées du Coran. Bien plus subversif…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Les jihadistes tunisiens de Libye sur le pied de guerre

Sous les ordres d'Abou Iyadh, plusieurs milliers de Tunisiens s'entraînent en Libye. Avec pous but de mener prochainement des actions dans leur pays natal.[...]

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Pas de chance pour le gouvernement Essid. Entre inondations dans le Nord-Ouest et revendications sociales dans le Sud, il débute son mandat dans un climat social perturbé. Mais les plus grosses turbulences[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces