Extension Factory Builder
04/07/2011 à 10:15
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

C'est un sujet qui n’intéresse personne, ou presque. Ni les chefs d’État africains réunis en sommet à Malabo, ni les médias – ou si peu –, ni Abdoulaye Wade en visite à Benghazi, ni MM.Sarkozy et Juppé, ni Bernard-Henri Lévy, ni Kaddafi dans son bunker. Pas opportun, pas d’audimat, politiquement incorrect. Des scories de la petite Histoire sans impact aucun sur la grande, des anonymes aux semelles de vent à peine bons à remplir de leurs témoignages tragiquement répétitifs les rapports des ONG. L’une d’entre elles, la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), de notre amie Souhayr Belhassen, vient pourtant de publier une enquête fouillée et accablante, malheureusement passée inaperçue, sur ces damnés de la terre que sont les immigrés d’Afrique subsaharienne, victimes collatérales, dont nul n’a cure, de la guerre en Libye. Et elle n’y va pas par quatre chemins : les exactions à caractère raciste – assassinats, viols, lynchages, pillages – commises à l’encontre des Tchadiens, Nigériens, Soudanais, Nigérians dans la zone libérée par les rebelles du Conseil national de transition (CNT) sont à ce point «massives et systématiques » qu’elles peuvent être qualifiées de « crimes de guerre relevant de la Cour pénale internationale (CPI) ». En cause: l’assimilation mortelle Noir = mercenaire de Kaddafi, mais aussi, en filigrane, le rejet viscéral du tropisme africain du « Guide » honni, perçu comme la source de tous les maux, du sida à la drogue en passant par la folie des grandeurs et le gaspillage des pétrodinars.

« De Tobrouk à Benghazi, les gens nous regardent comme des chiens », confie un ouvrier agricole. C’est que le mal est à la fois profond et ancien. Le dictateur traqué ayant toujours considéré cette main-d’oeuvre servile et privée de droits comme une soupape de sûreté, les Libyens étant en quelque sorte « autorisés » à déclencher des pogroms ponctuels, histoire de trouver un exutoire à leurs frustrations. Boucs émissaires hier, boucs émissaires aujourd’hui. En cinq mois d’exercice du pouvoir, les insurgés du CNT n’ont toujours pas ouvert la moindre enquête officielle sur ces violations, ni même prononcé une seule déclaration appelant leur peuple à cesser de voir en chaque immigré à peau sombre un mourtazaka (« mercenaire ») en puissance. Pour des dirigeants censés incarner la « nouvelle Libye », c’est inquiétant. Le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, qui, après avoir inculpé à juste titre Mouammar Kaddafi, vient d’appeler ses proches à le livrer, faute de quoi ils pourraient être eux aussi poursuivis (trahison contre impunité : le deal est aussi immoral qu’efficace), jure qu’il se penchera le temps venu sur ce douloureux dossier. On espère seulement que cette promesse-là ne fera pas pschitt, comme l’histoire du même Moreno-Ocampo et de l’ambassadrice américaine à l’ONU, Susan Rice, sur les pseudo-conteneurs de Viagra destinés à servir d’armes de pénétration massive aux soldats de Kaddafi, ou celle de Kaddafi menaçant de produire les preuves du financement de la campagne de Sarkozy en 2007. Que voulez-vous, depuis la magistrale intox des bébés koweïtiens étouffés dans leurs couveuses par les hordes de Saddam Hussein, on se méfie un peu des effets d’annonce...

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Maroc : de l'Amérique à l'Afrique

Editorial précédent :
Miracles et mirages

Réagir à cet article

Libye

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Racisme : les populations noires, boucs émissaires des milices

Bien que représentés dans les plus hautes sphères, les Noirs sont trop souvent assimilés aux mercenaires de Kaddafi, et, à ce titre, persécutés.[...]

Libye - Ali Zeidan : "Je n'ai pas dit mon dernier mot"

Démis de ses fonctions à l'instigation des islamistes, l'ex-Premier ministre aujourd'hui en exil, Ali Zeidan, entend revenir à Tripoli malgré les risques encourus.[...]

Le groupe jihadiste qui a enlevé les diplomates tunisiens en Libye diffuse une vidéo

Mohamed Ben Cheikh, employé de l'ambassade de Tunisie en Libye, avait été enlevé le 21 mars à Tripoli. Un mois plus tard, un groupe jihadiste a publié une vidéo dans laquelle[...]

Carte interactive : voyagez en Afrique sans visa !

En vertu d'accords bilatéraux ou dans le cadre d'organisations sous-régionales, plusieurs pays africains ont supprimé l'obligation de visa d'entrée sur leur territoire. Grâce à une carte[...]

Libye : un diplomate tunisien enlevé à Tripoli

Un diplomate tunisien a été enlevé jeudi à Tripoli, selon une source des services de sécurité.[...]

Libye : Ibrahim al-Jadhran, un milicien exigeant

Ibrahim al-Jadhran, qui bloque les terminaux pétroliers de Cyrénaïque depuis août 2013, a conclu un accord le 6 avril avec les autorités. Mais, selon ses proches, cet accord[...]

Tunisie - Rached Ghannouchi : moi, diplomate

Fort de ses nombreux contacts noués dans le monde arabe, le leader islamiste tunisien se rêve en médiateur sur la scène politique libyenne.[...]

Terrorisme - Iyad Ag Ghaly : arrête-moi si tu l'oses !

Recherché pour terrorisme par le monde entier, le chef touareg Iyad Ag Ghaly semble pourtant poursuivi avec bien peu d'ardeur. Et pour cause : il reste un acteur essentiel dans la région.[...]

Libye : l'ambassadeur de Jordanie enlevé à Tripoli

L'ambassadeur de Jordanie en Libye, Fawaz Al-Itan, a été enlevé mardi à Tripoli par des hommes armés. Son chauffeur aurait été blessé dans l'attaque.[...]

Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar retiré en Libye ?

Selon le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), la présence en Libye de Mokhtar Belmokhtar serait une menace pour la paix. Le jihadiste algérien et ses hommes avaient occupé pendant[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces