Extension Factory Builder
05/07/2011 à 09:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Manifestation d'ouvriers de la construction en 2007 à Beijing. Manifestation d'ouvriers de la construction en 2007 à Beijing. © Teh Eng Koon/AFP

Alexandre Kateb, économiste et maître de conférences à Sciences-Po, analyse l'attrait exercé par le "miracle économique" chinois sur les peuples arabes....et l'linfluence des révolutions tunisienne et égyptienne sur l'Empire du Milieu.

La province chinoise du Guangdong a été le théâtre ce mois-ci de violences opposant les travailleurs migrants – les mingong –, très nombreux dans cette province exportatrice du sud du pays, aux forces de l’ordre. Tout est parti d’une altercation dans la localité de Zengcheng entre des policiers municipaux et une vendeuse ambulante enceinte, jetée à terre par les policiers.

Certains commentateurs ont vite fait le parallèle avec l’immolation du jeune Tunisien Mohamed Bouazizi, le 17 décembre 2010, à la suite d’une altercation avec la police. On s’en souvient, c’est cet incident en apparence insignifiant qui avait déclenché le « printemps arabe ».

Cependant, le parallèle entre la Chine et le monde arabe est trompeur. Les innombrables émeutes et jacqueries qui secouent périodiquement la Chine – et les dernières en date ne dérogent pas à la règle – ne sont pas dirigées contre le pouvoir central, mais contre des autorités locales, dont la corruption et l’incurie sont régulièrement dénoncées, y compris dans les médias officiels.

En plus d’être localisées, les revendications sont avant tout économiques et sociales, et portent sur des problèmes concrets : situation précaire des travailleurs migrants, développement industriel et urbain exponentiel qui empiète sur l’environnement et les droits des plus faibles, polarisation sociale et régionale croissante.

Si le gouvernement reste vigilant face aux risques de contagion – les activistes qui avaient tenté d’organiser des rassemblements à Pékin et à Shanghai ont vite été circonscrits –, le ­principal danger pour le pouvoir actuel réside dans un ralentissement de la croissance ­économique, qui signalerait la fin du « mira­cle chinois ».

Qu’en est-il de la perception de la Chine dans le monde arabe ? La réponse à cette question est complexe. D’un côté, l’abstention de la Chine lors du vote de la résolution 1973 de l’ONU, autorisant le recours à la force contre le régime de Kadhafi, a pu être perçue comme un manque d’empathie envers le peuple libyen. Mais, d’un autre côté, le sentiment plus que réservé de la rue arabe vis-à-vis d’une intervention militaire qui s’apparente à un changement de régime imposé de l’extérieur a rehaussé le prestige d’une conception très westphalienne des relations internationales.

Il existe en outre une réelle fascination des élites arabes pour le « miracle chinois », qui s’est traduite par une intensification des ­échanges commerciaux entre les deux zones. Ceux-ci ont été multipliés par cinq en cinq ans, pour dépasser les 150 milliards de dollars en 2010. Hormis dans le secteur énergétique – la Chine est le premier client pour le pétrole moyen-oriental –, les entreprises chinoises sont de plus en plus présentes en Afrique du Nord et au Moyen-Orient dans le commerce, le textile, le BTP, les infrastructures (routes, ports, zones franches), mais aussi dans l’informatique et les télécoms. Au point que certains parlent de la reconstitution d’une nouvelle « route de la Soie » sino-arabe au XXIe siècle, voire d’une « Chinarabie ».

Dans un monde postcolonial et postoccidental, les liens des pays arabes avec les anciennes puissances coloniales se sont en effet distendus, et le modèle américain ne fait plus autant rêver dans les bidonvilles du Caire. Pourtant, sur le terrain des valeurs, le vent de l’Histoire ne souffle toujours pas de l’est.

Tant que la Chine n’aura pas achevé sa propre transition vers la démocratie – cette « cinquième modernisation » qui tarde à venir –, son soft power restera limité et elle n’apparaîtra, au mieux, que comme une expérience historique sui generis dont la réplication n’est pas possible. Cela n’empêchera pas le renforcement des relations sino-arabes, sur le mode du pragmatisme et d’intérêts réciproques bien compris, conformément à la déclaration de Tianjin signée en 2010.

Mais il ne suffira pas à Pékin de multiplier les instituts Confucius ou les contrats commerciaux pour gagner la « bataille des cœurs ». Tout comme la Chinafrique, la Chinarabie n’est pour l’instant guère plus qu’un mirage. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Le souverain marocain, Mohammed VI, quittera le Sénégal vendredi, après avoir signé de nombreux accords économiques.[...]

Les nouveaux passeports palestiniens revendiquent l'"État de Palestine"

Les nouveaux passeports palestiniens arboreront dès à présent la mention "État de Palestine". Plus symbolique qu’officielle, cette modification a tout de même suscité un[...]

Festival de Fès - Alain Weber : "La musique est un peu une revanche pour l'Afrique"

Entretien avec Alain Weber, directeur artistique de la 21e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde.[...]

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des[...]

Ali Benmakhlouf : "À sa mort, le Prophète n'a laissé aucune directive"

Le penseur marocain en est persuadé : sans l'apport de la pensée arabe médiévale, le paysage intellectuel européen actuel ne serait pas ce qu'il est. Et pourtant qui le sait ? Dans un[...]

Libye : tentative d'assassinat contre le Premier ministre Al-Theni

Le Premier ministre Abdallah al-Theni a échappé mardi soir à une tentative d'assassinat à Tobrouk, dans l'est du pays, lors d'une attaque menée par des hommes armés non identifiés.[...]

Égypte : pour les Frères musulmans, c'est le moment de compter ses amis

Condamné à mort avec 106 coaccusés, l'ex-président Morsi verra-t-il sa peine commuée ? En attendant, dans le monde arabe, les partis islamistes proches des Frères musulmans sont[...]

Algérie : camouflet pour Amar Saadani, le patron du FLN...

C'est une sacrée gifle que vient de recevoir Amar Saadani, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), déjà confronté à la contestation de plusieurs[...]

Mehdi Benatia : "Fier et heureux, avec le Bayern et avec le Maroc"

Recruté à l’été 2014 par le Bayern Munich pour 30 millions d’euros, Mehdi Benatia a remporté avec le championnat d’Allemagne le premier titre de sa carrière. À[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers