Extension Factory Builder

Libye : Béchir Salah Béchir, le dernier kaddafomane

01/07/2011 à 13:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Béchir Salah Béchir se dit prêt à mourir aux côtés de Kaddafi, son Pygmalion. Béchir Salah Béchir se dit prêt à mourir aux côtés de Kaddafi, son Pygmalion. © D.R.

Profitant des nombreuses défections dans l’entourage du "Guide", Béchir Salah Béchir a connu une ascension fulgurante en Libye. Au point de devenir le quasi-numéro deux du régime.

Lorsque l’émissaire russe pour la Libye Mikhaïl Margelov évoquait, il y a peu, l’existence de « contacts » entre des proches de Kadhafi et des insurgés à Paris et à Pretoria, c’est à lui qu’il pensait. Sa présence a en effet été signalée, il y a une dizaine de jours, dans la capitale française. Béchir Salah Béchir, 64 ans, directeur de cabinet du « Guide », a longtemps été négligé par les observateurs : personnalité affable et plutôt effacée, il ne pèse ni sur l’échiquier tribal ni au sein de l’appareil sécuritaire. Mais dans la Libye en guerre, alors que l’entourage fidèle au dictateur se réduit comme peau de chagrin, son ascension a été fulgurante. Au point de devenir aujourd’hui le vrai Premier ministre et le quasi-numéro deux du « Kadhafiland » assiégé.

L’un des très rares proches du colonel à bénéficier encore de sa confiance, Béchir Salah est né en 1946 à Traghan, petite palmeraie du Sud, à une cinquantaine de kilomètres de Mourzouk. Il apprend le français au Tchad voisin, devient enseignant dans un collège de Sebha et milite très jeune au sein de l’opposition à la monarchie. Au lendemain du 1er septembre 1969, le Conseil de la révolution en fait un ambassadeur : en Centrafrique d’abord, puis en Tanzanie et en Algérie. Au milieu des années 1980, le voici gouverneur de son Fezzan natal, poste qu’il occupera jusqu’en 1992, quand il rejoint le ministère des Affaires étrangères en tant que directeur du protocole d’État. C’est là que Kadhafi le remarque vraiment. En 1998, Béchir Salah devient le directeur de cabinet de celui qui a toujours été son unique modèle.

Le messager

Depuis, cet homme qui n’a pas son pareil pour rendre logiques et rationnels les discours et décisions les plus invraisemblables de son patron est devenu progressivement incontournable. La communication extérieure du « Guide » sur le continent africain, avec financement de journaux, radios et agences de presse à l’appui, c’est lui, tout comme le grotesque « Forum des rois, sultans, princes, cheikhs et chefs coutumiers d’Afrique ». Il le fait à la libyenne, sans états d’âme et avec la conviction que tout s’achète, y compris les consciences.

De passage à Paris en 2007, l’Élysée lui déroule le tapis rouge.

À partir de 2006, Béchir Salah prend une tout autre envergure. Cette année-là, Kadhafi le place à la tête du Libya Africa Investment Portfolio (LAP), fonds d’investissement doté de 8 milliards de dollars et de multiples tentacules. La compagnie aérienne Afriqiyah, le distributeur Oil Libya, l’opérateur Green Networks, plusieurs banques de développement, l’étrange Fondation Teresys basée à Saint-Marin, la chaîne d’hôtels Laico et le très opaque LAP Suisse SA tombent ainsi dans son escarcelle. Une position de puissance qui lui vaut de porter régulièrement les messages du « Guide » et d’être reçu au plus haut niveau partout où il se rend – particulièrement en Afrique. De passage à Paris en décembre 2007, l’Élysée de Nicolas Sarkozy, où officie Claude Guéant, lui déroule le tapis rouge. Tout comme les patrons d’Airbus, d’Arianespace, de Lafarge, de Total et de quelques autres grands groupes.

Depuis mars 2011, le vent a tourné. Placé sur la liste des personnalités sous sanctions américaines et européennes, ses avoirs à l’étranger gelés – tout comme les fonds extérieurs du LAP –, Béchir Salah Béchir n’est même plus en mesure d’utiliser la demi-douzaine de passeports diplomatiques africains (sénégalais, notamment) dont ses hôtes reconnaissants le gratifiaient en des temps meilleurs : tous périmés. À Tripoli, où ses relations avec Seif el-Islam, le fils aîné de Kadhafi, se sont considérablement dégradées – il est même monté au créneau début avril pour démentir que ce dernier joue le moindre rôle dans les négociations : « C’est faux. Seul le ministre des Affaires étrangères a ce pouvoir » –, le « dircab » du « Guide » se dit prêt à mourir aux côtés de son Pygmalion. S’il n’en reste qu’un…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Libye

Libye : la Banque centrale sous tutelle internationale ?

Libye : la Banque centrale sous tutelle internationale ?

 Pour tenter de mettre fin à la guerre civile, l'ONU envisage de frapper les leaders des milices libyenes à la caisse.[...]

L'ambassade de France en Libye s'installe à La Marsa, en Tunisie

L'ambassade de France en Libye vient de s'installer... dans une jolie villa de La Marsa, près de Tunis. Sise dans l'hôtel Radisson, la représentation diplomatique de ce pays à Tripoli a en effet été fermée le [...]

Libye : raid sur l'aéroport de Mitiga revendiqué par les hommes du général Haftar

Selon des témoins, un avion de combat a visé lundi le seul aéroport encore en service à Tripoli, qui est sous contrôle des milices de Fajr Libya. Le raid aérien a été[...]

Libye : confusion à tous les étages

En décidant d'invalider le Parlement de Tobrouk, pourtant élu et reconnu par la communauté internationale, la Cour suprême a ajouté à la confusion ambiante. Et semé le[...]

Libye - Fethi Benkhalifa : "Les Amazighs n'ont pas à choisir leur camp dans la guerre civile"

Fethi Benkhalifa, ex-président du Congrès mondial amazigh, s'est rendu à Paris. À cette occasion, il a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" et de donner son [...]

Libye : l'administration Obama blanchie dans l'attaque de Benghazi

L'administration Obama n'a pas failli dans sa réponse à l'attaque du complexe américain de Benghazi, en Libye, qui avait fait quatre morts le 11 septembre 2012, a conclu une commission parlementaire dont le[...]

Libye : au moins quatre morts dans les combats entre les islamistes et les hommes de Khalifa Haftar

Selon des sources militaires libyennes, des combats ont opposé, dimanche, des milices islamistes aux partisans du général Khalifa Haftar, à Tripoli. Le premier bilan fait état d'au moins quatre[...]

Libye : au mois 356 morts en un mois de violences à Benghazi

Au moins 356 personnes ont péri à Benghazi depuis le lancement il y a un mois d'une nouvelle offensive du général Haftar pour tenter de reprendre cette ville de l'Est libyen tombée en juillet[...]

Libye : au mois 340 morts en un mois de violences à Benghazi

Au moins 340 personnes ont péri à Benghazi depuis le lancement il y a un mois d'une nouvelle offensive du général Haftar pour tenter de reprendre cette ville de l'est libyen tombée en juillet[...]

Libye : deux voitures piégées explosent près des ambassades d'Égypte et des Émirats

Les explosions de deux voitures piégées, jeudi, près des ambassades fermées d'Égypte et des Émirats arabes unis ont fait au moins trois blessés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces