Extension Factory Builder

Ouattara doit tenir ses troupes

27/06/2011 à 11:25
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Deux mois et demi après la chute de Laurent Gbagbo, la Côte d’Ivoire panse laborieusement ses plaies. Si le volet économique et la reconstruction ne semblent pas devoir poser de problème à Alassane Ouattara, il en va tout autrement de la réconciliation nationale.Comme l’attestent les affrontements violents du 22 juin entre gendarmes et Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI), qui ont fait une victime civile touchée par une balle « perdue ». Il ne se passe plus un jour sans que le comportement des FRCI ne soit pointé du doigt : agissements délictueux, mise en coupe réglée de certains quartiers d’Abidjan, rackets, règlements de comptes, passe-droits, pillages, viols, exécutions sommaires… Le tout dans la plus grande impunité, que dénoncent les ONG présentes sur le terrain et la Mission des Nations unies en Côte d’Ivoire (Onuci).

Cocktail explosif s’il en est, tous les membres des FRCI ne sont pas pour autant, bien sûr, à mettre dans le même sac. Qu’y a-t-il de commun entre les anciennes Forces nouvelles (ex-rébellion), les éléments des Forces de défense (FDS) qui se sont ralliés à Ouattara et les bataillons de déshérités qui ont rejoint leurs rangs et pour qui les seuls débouchés étaient militaires et le moyen de subsistance le plus sûr la prédation? La plupart ont découvert le maniement des armes – et le pouvoir qu’elles confèrent – il y a seulement quelques semaines, n’ont pas été formés pour le maintien de l’ordre et n’ont pas la moindre idée de ce que signifie le mot « discipline ». Leurs chefs, qui rivalisent de talent et d’inventivité pour s’affubler de noms de guerre grotesques ou incongrus (Ben Laden, Rambo, Anaconda…), n’ont fait aucune école militaire, se soucient comme d’une guigne des multiples dérapages de leurs troupes, accumulent les richesses et se fournissent chez leurs concitoyens en 4x4 comme on chaparde au supermarché du coin... Les scènes surréalistes sont devenues monnaie courante à Abidjan : un nain empêtré dans un tee-shirt noir FRCI et vacillant sous le poids de son kalach règle la circulation à un carrefour, deux soldats en guenilles et tongs, visiblement pressés et remontant à moto une rue en sens interdit, percutent un bus, chutent et repartent en abandonnant leurs armes sur le bas-côté. On rêve! Ou plutôt on cauchemarde... Alassane Ouattara mais aussi Guillaume Soro donnent pour l’instant l’impression de regarder ailleurs. L’exaspération de la population est pourtant à son comble. Même ceux pour qui ils étaient hier des libérateurs voient en eux aujourd’hui des bourreaux. Mais ADO et Soro devront un jour répondre du comportement de leurs « troupes ». Certes, leur tâche n’est pas aisée ; nettoyer les écuries d’Augias ne se fait pas en un claquement de doigt. Mais c’est justement parce que Ouattara a été élu, qu’il est légitime et que son combat a été exemplaire qu’il se doit d’être lui-même irréprochable et de faire en sorte que ses hommes – tous ses hommes – le soient aussi. Quel que fût leur rôle dans sa victoire.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Les larmes d'Aïcha

Editorial précédent :
Maroc : de l'Amérique à l'Afrique

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Le gouvernement ivoirien va liquider la Banque pour le financement de l'agriculture

Le gouvernement ivoirien va liquider la Banque pour le financement de l'agriculture

 Le gouvernement ivoirien a décidé de liquider la Banque pour le financement de l'agriculture (BFA). Lancée en 2004 pour soutenir les PME et le monde rural, cet établissement bancaire&nbs[...]

Côte d'Ivoire : pour l'accusation, Blé Goudé est responsable "de certains des pires crimes"

L'audience de confirmation des charges retenues contre Charles Blé Goudé devant la CPI a débuté lundi à la Haye. Elle doit se poursuivre jusqu'à jeudi.[...]

Coup de mou pour l'hévéa

Alors que le cours du caoutchouc ne cesse de baisser depuis trois ans, les producteurs font le dos rond en attendant des jours meilleurs. Et demandent au gouvernement de moins taxer leur activité.[...]

CPI : dernière chance pour Blé Goudé

L'audience de confirmation des charges contre l'Ivoirien Charles Blé Goudé se tient ce lundi à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye. L'ancien bras droit de Laurent Gbagbo, qui s'exprimera dans[...]

Nouvelle ère pour Finagestion

 Rebaptisé Eranove, l'ex-Finagestion, holding de tête des compagnies d'électricité et d'eau en Côte d'Ivoire et au Sénégal ne veut plus être perçu comme un[...]

Frontière maritime : Abidjan demande à son tour un arbitrage international

La côte d'Ivoire a décidé , "à son tour", de porter plainte devant un tribunal international, après "la décision unilatérale" du Ghana, de saisir cette même[...]

Côte d'Ivoire : la primature prend les manettes de la TNT

 C'est désormais le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, en personne qui assure la présidence du comité national de migration vers la télévision numérique terrestre.[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Le Ghana demande à un tribunal international de trancher son différend maritime avec la Côte d'Ivoire

 Après l'échec du dixième round de négociations entre les deux pays, le Ghana a demandé au Tribunal international du droit de la mer de trancher le conflit qui l'oppose à la[...]

Les Brasseries ivoiriennes mettent la pression

La filiale d'Eurofind, nouvelle venue sur le marché de la bière, tourne la tête aux amateurs de houblon. Au point de faire tituber la Solibra, leader historique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers