Extension Factory Builder

Abdellatif Maazouz : "L'expérience du Maroc intéresse ses voisins"

29/06/2011 à 17:50
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Pour Abdellatif Maazouz, il faut 'stimuler l'entrepreneuriat par la concurrence extérieure'. Pour Abdellatif Maazouz, il faut "stimuler l'entrepreneuriat par la concurrence extérieure". © Hassan Ouazzani pour J.A.

Le ministre du Commerce extérieur fait le point sur les performances du royaume et sur les mesures envisagées pour accroître les exportations, en particulier à destination du continent.

Jeune Afrique : Pouvez-vous commenter les performances du Maroc à l’exportation en 2010 ?

Abdellatif Maazouz : L’année 2010 a été excellente ! Nos exportations de marchandises ont progressé de presque 31 % et les exportations globales, avec les services, de 19,4 %. Il est vrai que les phosphates et dérivés ont généré des bénéfices importants, mais ce secteur mis à part, nous avons atteint une croissance de 18,5 %. On constate aussi une évolution de la structure de nos exportations, aussi bien en termes de secteurs que de marchés : les industries automobile, électrique, pharmaceutique, l’industrie et les services aéronautiques et l’offshoring, secteurs émergents de l’économie marocaine, prennent de l’ampleur dans nos exportations. Nos marchés aussi se diversifient : l’Asie, l’Amérique latine et particulièrement l’Afrique commencent à prendre de l’importance par rapport à il y a quatre ou cinq ans. C’est un moyen de sécuriser nos exportations, mais aussi de proposer des produits spécifiques sur des marchés de niche.

Depuis quelques années, les entreprises marocaines ont engagé une offensive sur le continent africain…

Je tiens à souligner que, au plus haut niveau, le Maroc a une stratégie de rapprochement et de coopération à long terme avec les pays amis du continent : nous ne cherchons pas à saisir des occasions à court terme. L’exportation ne doit pas seulement être vue comme un échange de marchandises mais comme du codéveloppement : nous sommes dans une nouvelle phase du commerce Sud-Sud. L’effort que nous sommes en train de déployer pour notre pays, nous voulons le partager avec nos amis et voisins. C’est un schéma sur lequel il nous faut de plus en plus travailler, pour tirer le développement du Sud et dépasser certains problèmes de société que nous vivons aujourd’hui, comme l’émigration.

En quoi l’exemple marocain peut-il aider les autres pays du continent ?

L’expérience du Maroc intéresse nos voisins : c’est un pays proche, ils constatent le chemin accompli en dix ans et se disent qu’une telle stratégie réussirait bien mieux chez eux que des modèles plus complexes et lointains. Nous comptons vraiment développer la chaîne Sud-Sud : nous voulons que notre modèle de développement soit un levier également pour nos voisins. Par exemple en termes de production en effectuant une première transformation chez nous et la finition en Afrique subsaharienne pour distribuer dans la zone. Ainsi, les précédentes « caravanes de l’export » ont déjà enfanté des investissements marocains : des entreprises sont allées s’installer dans des pays comme le Mali, le Sénégal ou la Guinée pour en faire des relais de production et de diffusion dans la région. 

Comment l’État assiste-t-il les entreprises exportatrices ou potentiellement exportatrices ?

Nous n’avons pas assez d’entreprises internationalisées ; c’est notre principale faiblesse. Nous travaillons énormément là-dessus, avec des résultats : en 2010, le nombre de ces sociétés a augmenté trois fois plus que sur les six dernières années. S’agissant des entreprises déjà exportatrices, nous voulons les inciter à exporter davantage encore, en les accompagnant par des actions de communication, par la recherche de marchés, par des prises de contacts, ce qui, tout en leur ouvrant des portes, leur fera économiser des frais d’établissement importants.

Principaux clients du Maroc en Afrique

Tunisie (19e rang de ses partenaires à l’export),

Algérie (20e)

Égypte (25e)

Guinée équatoriale (26e)

Sénégal (27e)

(Source : ministère du Commerce extérieur, pour l’année 2010)

Pour les entreprises qui n’exportent pas régulièrement ou qui débutent dans ce domaine, l’idée est de les structurer aussi bien en matière de ressources humaines que de planification stratégique et marketing. La formation est très importante, et nous sommes en train de mettre en place un programme universitaire consacré à l’internationalisation des entreprises. Cette année, nous avons également réservé une enveloppe budgétaire destinée à l’accompagnement des entreprises qui veulent s’installer dans les pays d’Afrique subsaharienne, soit en tant qu’investisseurs, soit en tant que plateformes de distribution. Nous voulons également les accompagner dans leurs premières opérations internationales à travers des actions de promotion, dans des événements sectoriels, dans des actions B to B [business to business], comme nous le faisons avec les « caravanes de l’export ».

Enfin, nous allons jusqu’à contacter de grands clients et inciter les importateurs étrangers à venir s’approvisionner au Maroc. Nous avons en effet remarqué.

____

Propos recueillis par Laurent de Saint Périer.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme [...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex