Extension Factory Builder

RDC : Denis Mukwege, docteur Courage

01/07/2011 à 16:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le prix Olof Palme 2008 a été décerné au gynécologue congolais Denis Mukwege. Le prix Olof Palme 2008 a été décerné au gynécologue congolais Denis Mukwege. © AFP

Depuis dix ans, dans son hôpital de Bukavu en RDC, Denis Mukwege soigne gratuitement les victimes de violences sexuelles. Formé en Europe, il a été plusieurs fois récompensé pour son travail. Portrait.

Il ne pose pas de questions, il préfère leur laisser le temps. Denis Mukwege est un homme patient. Des jours, parfois même des semaines passent avant que les femmes du Sud-Kivu (dans l’est de la République démocratique du Congo, RDC) acceptent de lui raconter leurs douleurs. Celles de leur corps meurtri par les coups. Celles de leurs parties génitales, détruites par des balles, des produits chimiques ou des tessons de bouteille. Des femmes victimes de violences sexuelles, ce gynécologue réputé en reçoit une dizaine par jour dans son hôpital de Panzi, à Bukavu, la capitale de la province du Sud-Kivu. « Emmenées comme esclaves sexuelles dans la forêt, elles ont réussi à s’échapper et à retrouver le chemin du village, raconte-t-il. Souvent grièvement blessées, elles sont prises en charge par des équipes médicales qui les orientent ici. »

Dans cette province en proie à la violence depuis plus de quinze ans, les bandes armées continuent de semer la terreur dans les campagnes. Les viols massifs et collectifs – auxquels l’entourage de la victime est souvent forcé d’assister – font fuir les villageois. En s’en prenant aux femmes, les combattants anéantissent des générations entières et brisent l’économie des villages. Une fois la terre libre, ils s’emparent de ces zones riches en ressources minières. « Le viol est devenu une arme à faible coût, dont les conséquences sont au moins aussi lourdes que celles de la guerre classique », explique Denis Mukwege.

Le viol est devenu une arme à faible coût.

Ce « tableau macabre », l’homme de 56 ans aux fines lunettes et à la voix grave l’a découvert alors qu’il s’orientait vers la pédiatrie. Né dans le Sud-Kivu, il est le troisième d’une fratrie de neuf enfants. Plus jeune, il accompagnait son père pasteur au chevet des malades. « Je lui avais fait remarquer que lorsqu’il priait il ne donnait pas de médicaments, se souvient-il. J’ai décidé de devenir médecin pour soigner tous ces malades. La vocation était déjà en moi. »

Bloc opératoire

Après des études de médecine au Burundi, il travaille au sein d’un hôpital rural à Lemera, à 100 km de Bukavu. Il découvre avec stupeur la mortalité maternelle due au manque de soins adaptés chez des femmes souvent très jeunes. Denis Mukwege étudie alors la gynécologie et l’obstétrique en France (à Angers), avant de retourner à Lemera. Quand son hôpital est détruit lors de la première guerre civile (1996-1997), il se réfugie à Bukavu. Là, il constate que même en ville les difficultés liées à l’accouchement sont monnaie courante et que rien n’est prévu pour pratiquer des césariennes. En 1999, l’hôpital public de Panzi, équipé d’une maternité avec bloc opératoire, ouvre ses portes. « J’ai découvert les barbaries de la guerre, dit-il. Face à l’urgence, nous avons fait venir des médecins éthiopiens, spécialisés en reconstruction vaginale, et nous en avons formé d’autres. »

J’ai découvert les barbaries de la guerre.

Dix ans plus tard, l’équipe du docteur Mukwege compte 260 personnes, dont 34 médecins et 12 chirurgiens. En moyenne, 3 600 femmes y sont soignées gratuitement chaque année pour des traumatismes liés à des violences sexuelles. Pour son combat, il a reçu le prix Olof-Palme et celui des droits de l’homme des Nations unies en 2008, ainsi que le prix international Roi-Baudouin pour le développement, le 24 mai dernier.

Ces récompenses sont l’occasion pour lui de dénoncer le silence de la communauté internationale. « Ces femmes martyrisées ont aussi droit à une protection, revendique Mukwege. Il y a une incroyable disproportion entre l’horreur de la situation et les efforts fournis. » Lui-même père de cinq enfants, il reçoit régulièrement des lettres de menaces, mais dit ne pas vouloir renoncer. « Je suis parfois révolté et je me pose beaucoup de questions sur l’homme. On ne s’habitue jamais à la souffrance. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

RD Congo

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Carderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses accusati[...]

RDC : Joseph Kabila cherche des alliés

Les concertations nationales de septembre et octobre 2013 en RDC entre Joseph Kabila et une partie de l'opposition n'auraient-elles servi à rien ? C'est bien possible. Explications.[...]

RDC : le journaliste Magloire Paluku toujours inquiet pour sa sécurité

Réchappé d'une tentative d'assassinat le 10 août, Magloire Paluku, directeur de Radio Kivu 1 et correspondant de RFI swahili à Goma, assure aujourd'hui lui-même sa[...]

RDC : l'isolement de la région touchée par Ebola limite la progression de l'épidémie

L’enclavement de la zone touchée par l’épidémie de fièvre hémorragique due au virus Ebola en République démocratique du Congo limite considérablement sa[...]

RDC - Affaire Chebeya : plainte contre Mwilambwe confirmée au Sénégal

À la suite de la plainte déposée par la FIDH et les familles des victimes dans l'affaire Chebeya début juin, la justice sénégalaise a ouvert mardi une information judicaire à[...]

RDC 

Kin-Kiey Mulumba : "La majorité des Congolais souhaitent voir Kabila continuer"

Au cœur du débat sur l'éventuelle modification de la Constitution en RDC, Kin-Kiey Mulumba, ministre congolais en charge des Nouvelles technologies, lance "Kabila désir". Une structure qui[...]

RDC : l'épidémie d'Ebola n'a "aucun lien avec celle qui sévit en Afrique de l'Ouest"

"Les résultats sont sortis positifs. Le virus Ebola est confirmé en RDC", a déclaré le ministre congolais (RDC) de la Santé, Félix Kabange Numbi.[...]

RDC : la fièvre hémorragique d'origine indéterminée "sous contrôle"

Le ministre congolais de la Santé, le Dr Félix Kabange Numbi, a annoncé vendredi que la fièvre hémorragique d'origine indéterminée qui a fait treize morts depuis le 11 août[...]

RDC : Jean-Claude Kifwa, le général "action, réaction" à Kisangani

Alors que Kisangani, dans le nord-est de la RDC, s’apprête à accueillir temporairement des ex-rebelles FDLR, le climat est tendu entre société civile et autorités militaires. Sur place, le[...]

RDC - Congo : Mbata ya bakolo, un retour fortement conseillé

Les ressortissants de RDC sont priés de se mettre en règle ou de quitter le pays. Une opération qui accentue les tensions entre les deux voisins.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex