Extension Factory Builder

Tunisie : Néjiba Hamrouni, "madame Liberté de la presse"

27/06/2011 à 08:41
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Néjiba Hamrouni n'a pas attendu le 14 janvier pour dénoncer la dictature de ben Ali. Néjiba Hamrouni n'a pas attendu le 14 janvier pour dénoncer la dictature de ben Ali. © Hichem

Cette quadra qui n’a jamais transigé avec ses convictions a été élue, le 13 juin, présidente du Syndicat national des journalistes tunisiens.

Elle a le regard franc de ceux qui portent des projets, alors que ses traits reflètent encore les épreuves endurées durant les deux dernières années. Néjiba Hamrouni est la première femme à être désignée par ses pairs à la présidence du Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT). Cette fille du Sud hérite de la lourde tâche de veiller au respect de la liberté de la presse dans un environnement qui en fait l’apprentissage et négocie une délicate période de transition. Après huit ans passés au quotidien de langue arabe Assabah, Néjiba aurait pu se contenter de son poste de rédactrice en chef de la revue Cawtaryat, publiée par le Centre arabe d’étude et de formation de la femme (Cawtar), mais cette quadragénaire va toujours au bout de ses convictions.

Simple adhérente de l’Association des journalistes tunisiens (AJT), elle devient, en 2008, membre chargé des libertés de la presse, puis trésorière du tout premier Syndicat national des journalistes, qui n’a pas attendu le 14 janvier 2011 pour réclamer et défendre la liberté d’expression. En rendant public, en 2009, un rapport dénonçant les problèmes de la profession, le syndicat s’attire les foudres de l’ancien régime. Surveillée, maltraitée, Néjiba Hamrouni ne cesse, envers et contre tous, de dénoncer le musellement de la presse, déclarant à des médias étrangers qu’« on ne peut pas écrire ni publier librement. Des journaux sont régulièrement interdits de parution, des sites internet sont bloqués, des journalistes sont harcelés, empêchés de travailler, mis sur écoute, arrêtés, traduits en justice, parfois malmenés physiquement ».

Dossiers chauds. Représentant le syndicat au sein de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, Néjiba planchera sur les conditions de travail des journalistes, les salaires, la formation, le respect des conventions collectives, l’indépendance des comités de rédaction, ainsi que sur les négociations avec le tout nouveau ­syndicat des patrons de presse. Quatre dossiers requerront toute son attention : les finances du SNJT ; les droits syndicaux ; la rupture des médias nationaux avec les pratiques de l’ancien régime ; le respect de la liberté de la presse.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Tunisie : le gouvernement Essid confronté à la fronde des enseignants

Pas de chance pour le gouvernement Essid. Entre inondations dans le Nord-Ouest et revendications sociales dans le Sud, il débute son mandat dans un climat social perturbé. Mais les plus grosses turbulences provienne[...]

Tunisie : génération électro, reportage au coeur d'une révolution musicale

En Tunisie, quelques milliers de jeunes se sont rassemblés le week-end des 21 et 22 février pour le festival des Dunes électroniques, à Nefta, dans le désert, à une heure de route de[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Sexe, mensonge, pouvoir : la trilogie infernale

Du Français Dominique Strauss-Kahn au Malaisien Anwar Ibrahim, on ne compte plus les responsables politiques dont les moeurs débridées, ou supposées telles, ont brisé la carrière.[...]

Tunisie : Moez Sinaoui, le porte-parole

Moez Sinaoui est directeur de communication et porte-parole de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de[...]

Tunisie : Rafaa Ben Achour, le légiste

Rafaa Ben Achour est conseiller de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : Mohsen Marzouk, le stratège

Mohsen Marzouk est ministre conseiller en charge des affaires politiques de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du[...]

Tunisie : Ridha Belhaj, le dircab

Ridha Belhaj est ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi. C'est l'un des hommes forts du président. Portraits de ceux qui entourent et conseillent le nouveau locataire du palais de Carthage.[...]

Tunisie : les hommes du président Béji Caïd Essebsi

Conseillers, collaborateurs ou proches, ils bénéficient d'un accès direct au palais de Carthage. Et joueront un rôle clé dans le dispositif du nouveau chef de l'État.[...]

Tunisie : décès d'Abdelaziz Ben Dhia, ex-homme de confiance de Ben Ali

Abdelaziz Ben Dhia est décédé d’une longue maladie à Tunis, lundi 23 février, à l’âge de 79 ans.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces