Extension Factory Builder
21/06/2011 à 11:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La fille du 'Guide' libyen, Aïcha Mouammar Kaddafi. La fille du "Guide" libyen, Aïcha Mouammar Kaddafi. © Mahmud Turkia/AFP

Le 10 juin, Aïcha Kadhafi, la fille de Mouammar, a déposé une plainte devant le tribunal de grande instance de Paris contre l'Otan pour "meutre de mineurs" lors d'un bombardement qui avait atteint une résidence du "Guide" libyen et aurait tué des membres de sa famille, dont son propre fils Saif al-Arab.

C'est entendu : Mouammar Kadhafi est un dictateur déséquilibré et, même s’il confiait récemment à un visiteur de passage ne pas comprendre de quel poste on voulait le chasser – puisqu’il n’en occupe officiellement aucun –, le meilleur service qu’il puisse rendre à la Libye est de disparaître dans un vent de sable. C’est entendu aussi : la France est en guerre contre lui depuis cent jours.

Une guerre high-tech, parfaitement indolore pour les Français, totalement asymétrique et sans aucun comptage des victimes au sol puisque les frappes aériennes, l’Otan nous le répète, sont à ce point millimétrées et intelligentes qu’elles sauraient distinguer un civil d’un militaire. Une guerre soft, donc, dans laquelle nous, les médias, ne sommes pas en reste, qui classifions les informations venues du front en fonction de notre camp : anti-Kadhafi (tout le monde) ou pro-Kadhafi (personne).

C’est dire, dans ce contexte, si la plainte pour « meurtre de mineurs » déposée le 10 juin devant le tribunal de grande instance de Paris par une certaine Aïcha Mouammar Kadhafi ne semble intéresser personne. « Dans la soirée du 30 avril 2011, à 20h7 », peut-on y lire, « ma fille Mastoura Hmaid Bouzaitaiya, 5 mois, dormait chez mes parents dans le quartier résidentiel de Ghargour, à Tripoli, sous la garde de mon frère Seif el-Arab, lorsqu’un avion militaire de l’Otan a procédé à un tir de missile ciblé. À la suite de ce bombardement, cinq personnes ont été tuées : mon frère, l’un de ses amis, Ismaïl Mohamed Othman et trois petits enfants : ma fille, née le 5 décembre 2010, l’une de mes nièces, Carthage Hannibal Kadhafi, née le 2 août 2008, et l’un de mes neveux, Seif Mohammed Kadhafi, né le 30 janvier 2009. Je précise que mon père et ma mère Safia, son épouse, avaient quitté la maison un peu moins de trente minutes auparavant. »

Avocate, 33 ans, fausse blonde sulfureuse et arrogante, Aïcha Kadhafi, la fille du dictateur, n’inspire pas plus l’empathie que le reste de la fratrie. Mais voilà : une mère est une mère, et la vie d’un enfant en vaut une autre. Alors de deux choses l’une. Soit cette histoire est un montage machiavélique, comme l’affirment les rebelles du CNT dont l’unique relais sur ce point précis est un homme à qui nul n’oserait acheter une voiture d’occasion : Silvio Berlusconi. Soit elle est plus que vraisemblable, comme le concèdent désormais la plupart des sources informées, et il faudra bien que l’Otan, ses chefs et ses présidents en répondent. Je sais bien que leur ligne de défense est déjà prête : ce n’était pas une villa d’habitation, mais un centre de commandement militaire, donc une cible légitime.

Kadhafi se serait donc servi de sa propre chair comme bouclier humain. L’avantage, avec les dictateurs, c’est qu’on peut leur prêter toutes les horreurs, même les plus invraisemblables : Bokassa n’était-il pas cannibale ? Tout laisse à penser que les morts du 30 avril, et en particulier les trois enfants dont le tort était de s’appeler Kadhafi, ont été les victimes d’une violation claire des conventions de Genève. Cette frappe destinée à tuer le «Guide » ne fournit certes pas la moindre circonstance atténuante aux crimes qu’il a lui-même commis. Mais à l’heure où les citoyens des pays membres de la coalition ont l’humeur estivale, elle sonne comme un rappel. « Le propre des guerres justes », disait l’écrivain égyptien Georges Henein, « est de ne pas le demeurer longtemps ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Où va le Maroc ?

Editorial précédent :
Ouattara doit tenir ses troupes

Réagir à cet article

Libye

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Libye : des islamistes armés s'emparent de deux champs pétrolifères

Des islamistes radicaux se sont emparés mardi des deux champs pétrolifères d'Al-Bahi et Al-Mabrouk, situés dans le centre du pays. Ils menacent désormais celui d'Al-Dahra.[...]

Reprise jeudi au Maroc du dialogue pour une sortie de crise en Libye

Après l'annulation d'une réunion la semaine dernière, un nouveau round de dialogue entre les deux parlements rivaux en Libye, celui reconnu par la communauté internationale et le Congrès[...]

Libye : le général Khalifa Haftar nommé commandant général de l'armée

Le général Khalifa Haftar a été nommé à la tête de l'armée libyenne, a annoncé lundi le président du Parlement reconnu par la communauté internationale,[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

Attention : dangers

J'ai la curieuse et désagréable impression que notre pauvre monde ressemble en ce moment à un avion sans pilote, alors qu'il est entré dans une zone de turbulences. Comment ne pas en être[...]

Libye : qui arrêtera Daesh ?

D'un côté, un pays déchiré par les milices, squatté par l'État islamique et sur lequel prétendent régner deux gouvernements. De l'autre, des voisins africains et des[...]

Libye : suspension du dialogue pour une sortie de crise

Le Parlement libyen siégeant à Tobrouk (Est), reconnu par la communauté internationale, a décidé lundi de suspendre sa participation au dialogue sur une sortie de crise parrainé par[...]

Libye : attentat de l'EI contre la résidence de l'ambassadeur iranien, pas de victimes

La résidence de l'ambassadeur iranien à Tripoli, la capitale libyenne désertée par la majorité des diplomates étrangers, a été visée dimanche par un double attentat,[...]

Libye : un nouveau foyer jihadiste qui inquiète l'Europe et les pays voisins

Aux portes de l'Europe, le nouveau foyer jihadiste qui se développe en Libye alimente les pires craintes du Vieux continent mais inquiète aussi les voisins immédiats du pays, qui craignent un renforcement de[...]

Libye : 195 égyptiens évacués via la Tunisie

195 ressortissants égyptiens ont fui lundi la Libye en direction de la Tunisie après l’assassinat de 21 chrétiens coptes par le groupe État islamique (EI). Le gouvernement tunisien craint[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces