Extension Factory Builder
21/06/2011 à 11:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
La fille du 'Guide' libyen, Aïcha Mouammar Kaddafi. La fille du "Guide" libyen, Aïcha Mouammar Kaddafi. © Mahmud Turkia/AFP

Le 10 juin, Aïcha Kadhafi, la fille de Mouammar, a déposé une plainte devant le tribunal de grande instance de Paris contre l'Otan pour "meutre de mineurs" lors d'un bombardement qui avait atteint une résidence du "Guide" libyen et aurait tué des membres de sa famille, dont son propre fils Saif al-Arab.

C'est entendu : Mouammar Kadhafi est un dictateur déséquilibré et, même s’il confiait récemment à un visiteur de passage ne pas comprendre de quel poste on voulait le chasser – puisqu’il n’en occupe officiellement aucun –, le meilleur service qu’il puisse rendre à la Libye est de disparaître dans un vent de sable. C’est entendu aussi : la France est en guerre contre lui depuis cent jours.

Une guerre high-tech, parfaitement indolore pour les Français, totalement asymétrique et sans aucun comptage des victimes au sol puisque les frappes aériennes, l’Otan nous le répète, sont à ce point millimétrées et intelligentes qu’elles sauraient distinguer un civil d’un militaire. Une guerre soft, donc, dans laquelle nous, les médias, ne sommes pas en reste, qui classifions les informations venues du front en fonction de notre camp : anti-Kadhafi (tout le monde) ou pro-Kadhafi (personne).

C’est dire, dans ce contexte, si la plainte pour « meurtre de mineurs » déposée le 10 juin devant le tribunal de grande instance de Paris par une certaine Aïcha Mouammar Kadhafi ne semble intéresser personne. « Dans la soirée du 30 avril 2011, à 20h7 », peut-on y lire, « ma fille Mastoura Hmaid Bouzaitaiya, 5 mois, dormait chez mes parents dans le quartier résidentiel de Ghargour, à Tripoli, sous la garde de mon frère Seif el-Arab, lorsqu’un avion militaire de l’Otan a procédé à un tir de missile ciblé. À la suite de ce bombardement, cinq personnes ont été tuées : mon frère, l’un de ses amis, Ismaïl Mohamed Othman et trois petits enfants : ma fille, née le 5 décembre 2010, l’une de mes nièces, Carthage Hannibal Kadhafi, née le 2 août 2008, et l’un de mes neveux, Seif Mohammed Kadhafi, né le 30 janvier 2009. Je précise que mon père et ma mère Safia, son épouse, avaient quitté la maison un peu moins de trente minutes auparavant. »

Avocate, 33 ans, fausse blonde sulfureuse et arrogante, Aïcha Kadhafi, la fille du dictateur, n’inspire pas plus l’empathie que le reste de la fratrie. Mais voilà : une mère est une mère, et la vie d’un enfant en vaut une autre. Alors de deux choses l’une. Soit cette histoire est un montage machiavélique, comme l’affirment les rebelles du CNT dont l’unique relais sur ce point précis est un homme à qui nul n’oserait acheter une voiture d’occasion : Silvio Berlusconi. Soit elle est plus que vraisemblable, comme le concèdent désormais la plupart des sources informées, et il faudra bien que l’Otan, ses chefs et ses présidents en répondent. Je sais bien que leur ligne de défense est déjà prête : ce n’était pas une villa d’habitation, mais un centre de commandement militaire, donc une cible légitime.

Kadhafi se serait donc servi de sa propre chair comme bouclier humain. L’avantage, avec les dictateurs, c’est qu’on peut leur prêter toutes les horreurs, même les plus invraisemblables : Bokassa n’était-il pas cannibale ? Tout laisse à penser que les morts du 30 avril, et en particulier les trois enfants dont le tort était de s’appeler Kadhafi, ont été les victimes d’une violation claire des conventions de Genève. Cette frappe destinée à tuer le «Guide » ne fournit certes pas la moindre circonstance atténuante aux crimes qu’il a lui-même commis. Mais à l’heure où les citoyens des pays membres de la coalition ont l’humeur estivale, elle sonne comme un rappel. « Le propre des guerres justes », disait l’écrivain égyptien Georges Henein, « est de ne pas le demeurer longtemps ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Où va le Maroc ?

Editorial précédent :
Ouattara doit tenir ses troupes

Réagir à cet article

Libye

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Terrorisme au Sahel : la stratégie de Sisyphe

Peut-être a-t-on crié victoire un peu vite : il ne suffit pas de couper quelques têtes pour éradiquer la menace jihadiste. Soldats français et Casques bleus l'apprennent à leurs[...]

Libye : le médiateur de l'ONU appelle à arrêter les combats

L'émissaire onusien pour la Libye a appelé vendredi soir à l'arrêt des combats qui ont opposé durant la journée des forces de la coalition Fajr Libya à celles du gouvernement[...]

Tunisie : les terroristes du musée du Bardo ont été entraînés en Libye

Selon le secrétaire d'État tunisien chargé des affaires sécuritaires, les deux auteurs de l'attentat du musée du Bardo à Tunis, qui a coûté la vie à 21 personnes[...]

Libye : douze miliciens tués par des combattants de l'EI dans la région de Syrte

Au moins douze miliciens antigouvernementaux ont été tués mercredi près de Syrte en Libye dans des affrontements avec des jihadistes du groupe État islamique (EI), ont rapporté une source[...]

Bernardino León : Veni vidi Libye...

L'Espagnol dirige les négociations de la dernière chance, à Alger, entre les factions libyennes. Une mission onusienne qui n'a rien d'une sinécure...[...]

Libye : combats entre jihadistes de l'État islamique et miliciens à Syrte

Des combats ont opposé samedi des jihadistes du groupe Etat islamique (EI) et des miliciens antigouvernementaux à Syrte, dans le centre de la Libye, pays plongé dans le chaos, selon des responsables.[...]

Libye : l'État islamique enlève neuf étrangers dans le sud du pays

Neuf étrangers dont un Ghanéen ont été enlevés vendredi lors d'une attaque contre un champ pétrolier dans le sud de la Libye. L'annonce a été faite ce lundi par les[...]

Libye : deux Parlements, une crise et deux médiateurs... le Maroc et l'Algérie

Une réunion de dialogue va s'ouvrir mardi à Alger entre des parties au conflit libyen, a indiqué dimanche Ramtane Lamamra, le ministre algérien des Affaires étrangères. Elle[...]

Dialogue interlibyen au Maroc : les camps rivaux et l'ONU confiants

Les représentants des deux Parlements rivaux, qui tiennent des discussions indirectes au Maroc, ainsi que le médiateur de l'ONU ont affiché leur confiance vendredi quant à la possibilité d'un[...]

France : Claude Guéant placé en garde à vue dans l'enquête sur le financement libyen de Sarkozy

Claude Guéant, ancien ministre de l'Intérieur et fidèle lieutenant de Nicolas Sarkozy, a été placé en garde à vue vendredi matin dans l'enquête sur les accusations de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers