Extension Factory Builder

"Cessons de jouer le jeu du Sénégal. Extradons Hissène Habré"

24/06/2011 à 14:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
L'ancien dirigeant Hissène Habré à Dakar, en novembre 2005. L'ancien dirigeant Hissène Habré à Dakar, en novembre 2005. © AFP

Clément Abaifouta est président de l’Association des victimes des crimes du régime de Hissène Habré (AVCRHH). Devant les réticences du Sénégal à juger l'ancien dictateur tchadien, il demande son extradition vers la Belgique.

Au Tchad, pendant le régime de Hissène Habré, j’étais connu comme le « fossoyeur ». Tous les jours, pendant quatre ans, j’ai été contraint d’enterrer mes compagnons de cellule, morts dans les geôles de la dictature. Vingt et un ans se sont écoulés, pendant lesquels je n’ai vécu que pour que justice soit rendue.

En décidant de reporter sine die les discussions qui devaient se tenir du 30 mai au 3 juin avec l’Union africaine (UA) sur la création de la juridiction chargée de juger l’ex-dictateur tchadien, le Sénégal a dit clairement son refus de rendre justice aux victimes.

Depuis plus de vingt ans, nous nous battons sans relâche contre l’impunité. Mais au lieu de voir notre cause entendue, nous avons eu droit à ce que l’archevêque sud-africain et Prix Nobel de la paix Desmond Tutu a qualifié d’« interminable feuilleton politico-judiciaire ».

Retour en arrière

En 2000, un juge d’instruction sénégalais a inculpé Hissène Habré, mais les Nations unies ayant dénoncé certaines ingérences politiques, les tribunaux sénégalais se sont déclarés incompétents. Nous nous sommes donc tournés vers Bruxelles et, après quatre ans d’enquête, un juge belge a lancé, en 2005, un mandat d’arrêt international contre Habré. Le Sénégal, pourtant, a refusé de l’extrader. En 2006, le Comité des Nations unies contre la torture a condamné l’immobilisme de Dakar et lui a demandé de choisir entre poursuivre ou extrader Habré. La même année, l’UA a donné mandat au Sénégal pour juger Habré « au nom de l’Afrique ». Pourtant, jusqu’en 2010, le Sénégal a refusé de commencer l’instruction judiciaire tant que les fonds nécessaires au démarrage du procès ne seraient pas débloqués.

La Cour de justice de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) avait demandé au Sénégal de juger Habré dans le cadre d’un tribunal « ad hoc à caractère international ». En réponse, l’UA a présenté, en janvier 2011, un projet de création de « chambres extraordinaires », composées de juges sénégalais et internationaux sur le modèle du tribunal qui juge les Khmers rouges au Cambodge. Ce projet a été rejeté par le Sénégal, qui entend faire juger Hissène Habré par un tribunal international déconnecté de son système judiciaire, alors qu’il est évident que le budget arrêté par la communauté internationale (8,59 millions d’euros) ne permet pas de couvrir la mise en place d’une telle juridiction. Et voilà qu’au moment où l’UA présentait un nouveau projet qui tentait de satisfaire ses exigences, la délégation sénégalaise a coupé court aux discussions !

L'Union africaine est trop indulgente. Juger l'ancien dictateur tchadien est une exigence juridique aussi bien que morale.

Maintenant, il faut dire stop. Cessons de jouer le jeu du Sénégal ! Comment serait-il encore possible de nier que nos doutes étaient fondés et que le Sénégal n’a, en réalité, jamais eu l’intention de juger Habré ? Comment pourrait-il en être autrement, dès lors que Habré a utilisé les millions qu’il a dérobés dans les caisses de l’État tchadien pour s’offrir un confortable réseau de protecteurs au Sénégal ? Que deux de ses anciens avocats occupent aujourd’hui des postes clés dans le gouvernement sénégalais ?

Si le Sénégal ne juge pas Habré, il doit, en vertu de ses engagements internationaux, procéder à son extradition vers la Belgique. Le système judiciaire belge a déjà rassemblé suffisamment de preuves pour poursuivre l’ancien tyran et ainsi rendre justice aux victimes.

Les manœuvres dilatoires du président sénégalais, Abdoulaye Wade, ne peuvent plus échapper ni à ses homologues africains ni à la communauté internationale. L’UA doit cesser d’être aussi indulgente.

Évidemment, nous aurions tous préféré que Habré soit jugé en Afrique. Mais le Sénégal refuse de le poursuivre et le Tchad ne peut pas lui garantir un procès équitable. Qu’on ne nous dise pas que les Blancs doivent juger les Blancs et les Noirs les Noirs. Ce n’est plus tenable au XXIe siècle, la justice n’a pas de couleur !

La Belgique a certes un passé colonial regrettable, mais elle a les moyens d’organiser un procès équitable. Après vingt et une années d’attente, le Sénégal et l’UA doivent nous permettre de nous retrouver un jour devant un tribunal. C’est une exigence juridique. C’est une exigence morale.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Lettre ouverte à Laurent Gbagbo

Forum-Tribunes Article précédent :
Pour une initiative en faveur des revenus moyens

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Sénégal

Sénégal : ci-gît le PDS

En faisant d'un Karim Wade incarcéré depuis près de deux ans son candidat à la prochaine élection présidentielle, le Parti démocratique sénégalais (PDS[...]

Mouvements citoyens africains : qui sont ces jeunes leaders qui font du bruit ?

Citoyens avant tout, ils se sont pourtant imposés comme des acteurs politiques à part entière. Smockey le Burkinabè, Fadel Barro le Sénégalais, Fred Bauma le Congolais... Voici notre[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Sénégal : Macky et le minimandat

Macky Sall l'avait promis pendant sa campagne : il réduirait le mandat présidentiel à 5 ans. Presque 3 ans après son accession au pouvoir, la réforme n'est toujours pas lancée et continue[...]

Sénégal : Vieux Aïdara, "dommage collatéral" de l'affaire Karim Wade

Au lendemain de la condamnation de Karim Wade par la Crei pour enrichissement illicite, Vieux Aïdara, qui est considéré comme l'homme de paille du fils de l'ancien président sénégalais, a[...]

Sénégal : Fadel Barro, génération 2.0

"Y'en a marre", le mouvement fondé par cet ancien journaliste sénégalais, fait des émules dans toute l'Afrique. Son objectif : inciter les jeunes à se conduire en citoyens[...]

Sénégal : la défense de Karim Wade entend "faire juger la CREI" - récit d'un verdict contesté

La Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade à six ans de prison et ses complices de 5 à dix ans de réclusion. Le jugement est contesté par les[...]

Sénégal : les avocats de Karim Wade vont saisir la Cour suprême

Les avocats de Karim ont annoncé lundi, en début d'après-midi, qu'ils allaient saisir la Cour suprême pour revoir le jugement de la CREI, qui a condamné dans la matinée leur client à[...]

Sénégal : Karim Wade condamné à six ans de prison ferme

Karim Wade a été condamné, lundi, à six ans de prison ferme et 138 milliards de francs CFA d'amende pour enrichissement illicite.[...]

Sénégal : Karim Wade désigné candidat du PDS pour la prochaine présidentielle

À 48 heures du jugement de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (Crei), le Parti démocratique sénégalais (PDS) vient de désigner Karim Wade comme candidat officiel en vue[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces