Extension Factory Builder
21/06/2011 à 08:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Homme engagé, le directeur général de Richbond a notamment créé la Banque alimentaire en 2002. Homme engagé, le directeur général de Richbond a notamment créé la Banque alimentaire en 2002. © Hassan Ouazzani

À la tête d’une entreprise de 1 200 salariés, Karim Tazi affiche son soutien aux manifestants du Maroc. Y compris sur le plan matériel.

« Tous les hommes d’affaires qui ont une cabine de première classe devraient se poser une question : serions-nous sur le Titanic ? » Karim Tazi aime répéter cette boutade à ses intervieweurs. Elle fait mouche depuis que le directeur général de Richbond, société leader dans le textile d’ameublement, la création et la vente de salons marocains, soutient ouvertement le Mouvement du 20 février. Le dirigeant d’une société de 1 200 salariés encourageant des manifestations, n’est-ce pas un paradoxe ? Lorsqu’on le taquine à ce sujet, il réagit vivement : « Ce qui a tué l’économie [du Maroc], ce sont les fonctionnaires en grève depuis des années et dont l’État paie les journées chômées. Au moins, les jeunes manifestent le week-end ! »

Cet entrepreneur de 50 ans, qui n’a pas la langue dans sa poche, a hérité des responsabilités de papa, membre du Parti démocratique de l’indépendance (PDI) puis du Parti communiste marocain (PCM), et de la fibre sociale de maman, féministe, cheville ouvrière de la Ligue marocaine pour la protection de l’enfance. « Un peu comme Obélix », Karim Tazi est tombé très tôt dans la marmite – politique –, mais son engagement dénote un esprit plus casse-cou. Électron libre, il crée la Banque alimentaire en 2002 et participe à la fondation du Réseau des associations de quartier (Resaq) en 2003. Président de l’Amith, fédération des professionnels du textile, entre 2004 et 2007, il sait aussi défendre bec et ongles une industrie nationale fragile « face à une compétition mondialisée féroce ». C’est clair, Karim Tazi aime le combat. Et la culture. Mécène, il a aidé les groupes de la nouvelle scène musicale, la fameuse Nayda, alors qu’il avoue « détester le rap et la musique urbaine ».

"Dépendants des marchés de l'État"

Son engagement aux côtés des manifestants lui a valu quelques ennuis. Accusé de financer le mouvement, il ne s’en cache pas : « Oui, j’ai aidé. Je l’ai fait par conviction. Je n’ai pas donné d’argent, mais du matériel, l’équivalent de 5 000 euros en ordinateurs et clés internet 3G. » Fin mai, un courrier préfectoral lui notifie une interdiction de manifester. « On m’en veut de dire tout haut ce que d’autres pensent tout bas. Dans les salons, les patrons pensent tous le plus grand mal du système, mais ils sont souvent dépendants des marchés de l’État. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des 'disparités sociales'

Maroc : 15 ans de règne pour Mohammed VI, qui regrette des "disparités sociales"

Le roi du Maroc Mohammed VI a fêté mercredi ses 15 ans de règne. Dans son discours, il a appelé à une "pause introspective" et a commandé une étude au Conseil économ[...]

Wikipédia : le classement des chefs d'État africains les plus populaires

Créé en 2001, Wikipédia s'est imposée depuis comme l'encyclopédie numérique la plus consultée au monde. Participative, elle rassemble des informations collectées par les[...]

Le FMI accorde au Maroc une nouvelle "ligne de précaution" de 5 milliards de dollars

Le Fonds monétaire international (FMI) a renouvelé la ligne de protection ouverte en faveur du Maroc. Valable sur deux ans, ce mécanisme permet au pays de se financer à hauteur de 5 milliards de dollars[...]

Maroc : gnaoua, le blues à l'âme

Menacée de disparaître, la tradition musicale des descendants d'anciens esclaves subsahariens revit grâce au festival d'Essaouira. Mais les maalem doivent aujourd'hui relever un nouveau défi :[...]

Maghreb : sur les routes du jihad pour la Syrie ou l'Irak

Ils sont des milliers à partir depuis Rabat, Tunis, Alger ou Tripoli pour rejoindre la Syrie ou l'Irak. Qui sont-ils ? Pourquoi partent-ils ? Quelles routes empruntent-ils ? "Jeune Afrique" a [...]

Ramadan 2014 : Aïd mabrouk !

Un peu partout dans le monde, les musulmans ont commencé à fêter l’Aïd el-Fitr, la fête de la fin du mois sacré de ramadan. Si certains ont débuté les festivités[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Maroc - Prix Draper : Rachid Yazami, "Monsieur 100 000 Volts"

Le chimiste Rachid Yazami a inventé les batteries au lithium qui font vivre nos téléphones. Il est le premier lauréat français, mais aussi africain, du prestigieux prix Draper.[...]

Maroc : un millier de migrants clandestins tentent en vain de passer la frontière à Melilla

Mercredi, un millier de migrants en provenance d'Afrique subsaharienne ont tenté de pénétrer dans l'enclave espagnole de Melilla au Maroc, ont annoncé les autorités locales. Leur tentative a[...]

Maroc : mort de Hassan II, la nuit du destin

À l'occasion des quinze ans de la mort de Hassan II, Jeune Afrique réedite quelques articles d'époque. Dans celui-ci, paru dans JA n° 2012 du 30 juillet au 9 août 1999, François Soudan[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers