Extension Factory Builder
06/06/2011 à 10:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Rabat, début juin. Premier soleil d’été avant l’heure. Les chauffeurs de taxi pestent contre l’absence de touristes, les bourgeois s’inquiètent du dernier scandale sexuel venu de France et qui ne va pas contribuer à redorer l’image de Marrakech, le roi revient juste de l’Oriental où il a fait ce qu’il saitle mieux faire – inaugurer des projets de développement, avec la minutie d’un arpenteur –, et la classe politique retient son souffle.

Dans cinq mois, si tout va bien, le royaume se sera doté d’une nouvelle Constitution largement remaniée, d’une monarchie parlementaire et d’une Chambre des députés new-look repeinte aux couleurs de la réforme. La matrice des révoltes arabes aura donc accouché ici d’une évolution copernicienne, ou d’une révolution veloutée, comme on voudra. Une omelette sans oeufs cassés. Fin du conte de fées. Car rien n’est aussi simple, bien sûr. Même si les journalistes étrangers venus en nombre assister au Maroc à la réplique des séismes tunisien, égyptien ou syrien ont dû rentrer chez eux bredouilles et déçus, ce qui s’annonce n’a rien d’un chemin jonché de pétales.

En cause, la disjonction entre les trois forces d’inégale importance qui structurent, en cette année 2011, le champ politique marocain. Le roi, les partis et le mouvement du 20 février : chacun évolue dans son propre couloir aérien. Mohammed VI, tout d’abord. Son discours du 9 mars a surpris par son audace et pris de court ses détracteurs. Il porte un projet novateur, original et fécond de Constitution qui sera sans aucun doute adopté par référendum, mais il est le seul ou presque à le faire. Les partis politiques ensuite. Eux n’ont guère évolué. L’onde des révolutions arabes et les réformes annoncées par le roi font apparaître leur discours comme pauvre et obsolète. Or ce sont eux qui en octobre prochain auront la lourde tâche de faire voter les électeurs, avec à leur tête des leaders blanchis sous le harnais du Makhzen, que leurs nouvelles responsabilités semblent effrayer. On peut d’ores et déjà douter de leur efficience à mobiliser le camp, majoritaire, des abstentionnistes. Les protestataires du 20 février, enfin. Quoi qu’en dise le pouvoir, l’impulsion royale du 9 mars leur doit beaucoup, sans doute l’essentiel.

Mouvement acéphale

Mais ce mouvement issu de la société civile, en même temps qu’il se radicalise, se marginalise et s’isole. Ce qui a fait sa force fait aussi sa faiblesse : il est acéphale, sans idéologie distincte ni leader d’envergure capable de négocier, de former des coalitions et demain peut-être de gouverner. Sa base originelle est trop fragile, inexpérimentée et embryonnaire pour lui permettre de résister aux OPA de toutes origines. Pourtant, comme le démontrent aujourd’hui les aléas tunisiens, une société civile forte et organisée serait, en l’absence de partis politiques réellement représentatifs, une alliée précieuse pour qui veut maintenir l’élan démocratique et empêcher une restauration autoritaire d’où qu’elle vienne.

Le roi du Maroc, dont nul ne met en doute la sincérité – « ma volonté est d’aller de l’avant sur la voie de la réforme, autant que je le puis » – est bien seul dans le cockpit à naviguer entre les turbulences, en attendant que le copilote, le peuple marocain, ait achevé sa phase d’instruction. On ne peut donc que lui souhaiter une chose en cette période incertaine et passionnante : la baraka.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Niger : tous vainqueurs

Editorial précédent :
Les larmes d'Aïcha

Réagir à cet article

Maroc

Le Maroc 'solidaire' des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie d'Ebola[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Football : le Mondial des clubs 2014 maintenu au Maroc par la Fifa

Le Mondial des clubs 2014, avec entre autres le Real Madrid vainqueur de la Ligue des champions, pourra se tenir en décembre comme prévu au Maroc, le pays n'étant pas touché par[...]

Mohammed VI : le Maroc peut intégrer "le concert des pays émergents"

Lors de son discours, mercredi, à l'occasion de la "Fête de la révolution, du roi et du peuple, Mohammed VI a estimé que le Maroc avait vocation à intégrer "le concert des pays[...]

Maroc : Rachid Andaloussi, horizon CasArts

L'architecte marocain Rachid Andaloussi a dessiné, avec Christian de Portzamparc, le projet CasArts, à Casablanca. Un théâtre conçu comme une "medina culturelle" qui vise à[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex