Extension Factory Builder

Karima Charni : droit devant

12/06/2011 à 11:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Karima Charni. Karima Charni. © Cyril Lagel/W9

Révélée par la téléréalité, elle aurait pu n’être qu’une étoile filante. Mais la Franco-Tunisienne, bosseuse et déterminée, fait son trou dans le paysage audiovisuel.

Elle ne veut pas être un exemple de réussite. Pourtant, Karima Charni aurait quelques bons tuyaux à donner. Au lieu de surfer sur une notoriété éphémère acquise grâce à l’insipide téléréalité, elle a choisi de travailler dur. Pour se raconter, la jeune Franco-Tunisienne reçoit dans une petite salle de réunion sans âme des locaux du Groupe M6, à Neuilly-sur-Seine. Sans fard, un sourire franc, elle est toute en simplicité. « Nous ne sommes pas que des jolies plantes à l’antenne, prévient-elle. J’aime rentrer chez moi et me sentir épuisée. » Son emploi du temps parle pour elle.

En septembre 2010, elle a pris les commandes de l’émission Fan de stars sur W9 et d’un nouveau magazine musical, Talent tout neuf : le live. Un mois plus tard, on la retrouvait sur M6 dans 100 % poker. Sans compter que depuis 2007 elle a créé sa société, Smoker Productions, avec Cartman et Miko, les deux compères de Sébastien Cauet, animateur de radio à l’humour potache. Tous trois produisent des émissions, des séries ou des clips. « Mon entourage savait que je voulais faire de la télévision, mais m’avait dit de choisir un métier plus simple, loin des paillettes. En réalité, tout s’est enchaîné très vite », se souvient Karima. Si être chef d’entreprise à 25 ans n’est pas banal, le chemin qu’elle a emprunté ne l’est pas davantage. « Je ne voulais pas d’un parcours classique. » 

Retour en 2005. Elle a 19 ans. Alors qu’elle fête l’anniversaire de sa sœur dans un karaoké parisien, elle est repérée pour participer à l’émission de téléréalité Star Academy. « Je n’y croyais pas, mais je me suis tout de même présentée aux auditions. J’ai été choisie. » Elle accepte de cohabiter sous l’œil des caméras avec quinze autres apprentis chanteurs dans un château de la banlieue parisienne. Tous les vendredis soir, Karima est propulsée sur un plateau de télévision, avec 12 millions de spectateurs devant leur petit écran. « Il y avait une très bonne ambiance, mais le rythme était infernal. Les journées s’étalaient de 7 heures à 2 heures du matin », assure-t-elle en pianotant sur son téléphone. Un mois et demi plus tard, elle est éliminée.

« Mon envie de faire de la télévision a toujours été présente dans un coin de ma tête, même pendant cette période. Petite, je disais que quand je serai grande je serai Alexia Laroche-Joubert [la productrice de l’émission, NDLR], c’est un joli clin d’œil ! » rit-elle. Une semaine après sa sortie, elle entame une grande tournée en France et au Maghreb avec les ex-candidats et quelques chanteurs du moment, Leslie, M. Pokora ou Nâdiya. À son retour, elle est contactée pour présenter un programme musical sur W9, le E-classement. Mais Karima ne se sent pas redevable à Star Academy. Mieux, elle assume totalement, à la différence de beaucoup de ses anciens colocataires, avec qui elle n’a plus guère de contacts. « Ce n’est qu’une étape de ma vie. Je n’en suis pas nostalgique, mais j’en garde d’agréables souvenirs. » Positive, donc, et très sereine par rapport à sa forte médiatisation. « Tout cela est dû à la bonne éducation que j’ai reçue. » 

Après un baccalauréat cinéma et un BTS audiovisuel-production à Montrouge (Hauts-de-Seine), elle décroche le prix du court-métrage étudiant à Sarlat (Dordogne) et celui du public à Torcy (Seine-et-Marne). « Ce n’était pas des comédies, plutôt des grosses casseroles ! » s’amuse celle qui parle l’arabe, le français et l’anglais. Ses parents sont arrivés en France, depuis Tunis, cinq ans avant sa naissance, en 1985. Contrairement à ses deux grandes sœurs, de 30 ans et 29 ans – l’une est son manager –, Karima n’a pas vécu en Tunisie. Mais elle y passe toujours ses vacances dans la maison familiale. « J’ai reçu une éducation à l’occidentale, mais je connais toutes les traditions musulmanes et tunisiennes », confie-t-elle. Elle a grandi à Reims (Marne), où ses parents vivent toujours. D’eux, on en saura peu : « Mes proches n’ont pas choisi cette vie, je me dois de les protéger. » Karima garde aussi pour elle ses convictions politiques. Elle consent tout juste à confier qu’elle ne supporte pas « le portrait négatif que la France dresse de l’islam. Après le 11 septembre 2001, on s’est dit que c’était la faute des Arabes. J’ai toujours été fière de mes origines. »

Désormais, si on la reconnaît dans la rue (« Vous êtes “supra-nature” à l’antenne », « Vous êtes pareille qu’à l’écran »), Karima assure avoir une vie très simple. Elle n’exclut pas de s’investir à nouveau dans la musique, mais se laisse le temps et se prend à rêver d’interviewer Oprah Winfrey, le seul modèle qu’elle se reconnaisse. « Un jour, elle a regardé droit devant elle et a choisi de prendre ses propres décisions. » Voilà qui n’est pas sans rappeler quelqu’un…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

Immigration clandestine : Obama et Renzi insistent sur une solution en Libye

La crise tragique de l'immigration clandestine en Méditerranée ne pourra être résolue sans stabilisation de la situation en Libye, ont martelé jeudi Matteo Renzi et Barack Obama, soulignant que[...]

Énergie : à Paris, des maires africains se mobilisent pour l'électrifrication du continent

Une vingtaine de maires francophones de grandes villes africaines se sont réunis vendredi à Paris, à l'initiative de Jean-Louis Borloo et de Anne Hidalgo, maire de la capitale française, pour mettre en[...]

Fifa : Figo, Hayatou et les lusophones

L'Afrique unie derrière Issa Hayatou, l'inamovible patron de la CAF, pour voter comme un seul homme pour Sepp Blatter, l'inamovible patron de la Fifa ? Voire...[...]

Baisers amers d'Istanbul

Istanbul. Printemps 2015. J'ai vu la ville aux mille mosquées penchée sur le Bosphore au milieu de ses splendeurs ottomanes.[...]

Cambodge : 17 avril 1975, le cauchemar commence

Il y a tout juste quarante ans, Phnom Penh tombait entre les mains des soldats de Pol Pot et était aussitôt évacué par la force. Jusqu'en 1979, le régime khmer rouge allait faire[...]

Peinture : l'Ivoirien Ouattara Watts, au-delà de Basquiat

L'artiste ivoirien Ouattara Watts expose jusqu'au 5 mai à Paris. L'occasion de revenir sur l'œuvre de celui qui fréquenta le génie de l'art contemporain Basquiat à la fin de sa vie.[...]

Méditerranée : des migrants musulmans accusés d'avoir jeté douze chrétiens à la mer

Un drame mêlant religion et immigration s’est produit mercredi en Méditerranée. Douze Chrétiens auraient été jetés par-dessus bord après une altercation avec des[...]

Les sons de la semaine #35 : "Shake The Dust", Art Melody, Lino, Neg Marrons

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Moi, Batista, immigré angolais, la France m'a jeté en prison après des tests osseux

Batista, immigré angolais, dit être né en 1996. Arrivé en France en 2012, il a bénéficié, en tant que mineur et durant deux ans, de l'aide sociale à l'enfance. Avant que[...]

Tunisie : tapis rouge pour la démocratie

La visite de Béji Caïd Essebsi à Paris a été marquée par des honneurs exceptionnels. Les deux pays peuvent maintenant envisager une nouvelle amitié. En attendant que les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers