Extension Factory Builder

"La Conquête" : Saïda Jawal dans la peau de Rachida Dati

02/06/2011 à 14:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ambition, pouvoir, bling bling, la campagne de Nicolas Sarkozy racontée sur grand écran. Ambition, pouvoir, bling bling, la campagne de Nicolas Sarkozy racontée sur grand écran. © Emilie de la Hosseraye

L’actrice d’origine marocaine Saïda Jawad incarne l’ancienne garde des Sceaux dans le film de Xavier Durringer, La Conquête.

Petite robe blanche et noire, chignon sage, sourire hésitant… Sur le tapis rouge qui conduit au Palais des festivals, à Cannes, Saïda Jawad a l’air de ceux qui préféreraient de loin être ailleurs. En haut des marches, il faut presque la forcer à passer au premier plan pour la photo de famille. Rien à voir avec la forte tête aux dents longues qu’elle incarne dans La Conquête, film tant attendu du réalisateur français Xavier Durringer. Dans ce long-métrage – qui raconte la campagne présidentielle de 2007 et la victoire de Nicolas Sarkozy – l’actrice incarne Rachida Dati, porte-parole du candidat, puis première garde des Sceaux d’origine maghrébine.

Sur le grand écran, Saïda Jawad a les cheveux courts, sa démarche est assurée, ses lèvres écarlates. Sa voix, ses expressions sont tellement calquées sur celles de l’original que, parfois, l’on ne fait plus la différence. « Troublant. Ça m’a rappelé de mauvais souvenirs… » ironise un journaliste à la sortie de la projection à Cannes, tant l’ex-ministre de la Justice a été controversée. Mais ça, ça ne compte pas pour Saïda Jawad. « Je ne fais pas de politique, cela ne m’intéresse pas. En revanche, j’ai trouvé sa nomination extraordinaire : une ministre jeune, jolie, intelligente et maghrébine… Une lueur d’espoir pour tous les enfants d’immigrés. » Les deux femmes ont en commun des parents arrivés du Maroc, dans les années 1960 pour Rachida Dati et 1970 pour Saïda Jawad. Des Maghrébins avides de se fondre dans la France et de faire de leur progéniture de vrais petits Gaulois.

Discrétion. Mais, contrairement à la femme politique, dont la vie personnelle s’est souvent retrouvée à la une de la presse people, l’actrice se dit parfois « agacée » du nombre d’informations qui peut circuler sur sa vie privée. « Mon âge ? Pour quoi faire ? » ; « Mes parents vont bien, j’ai deux frères et une sœur… et je préfère les laisser hors de tout ça » ; « Gérard [Jugnot, acteur français, son compagnon depuis 2004, NDLR] et moi, non, je ne préfère pas en parler. » La fille de Roubaix – elle y est née en 1973 – cultive cette discrétion propre aux gens du Nord. « Pour me connaître, il vaut mieux voir Monsieur Accordéon. » La première pièce de théâtre qu’elle a écrite et qui l’a fait connaître du grand public en 2006.

Elle y raconte sa vie de petite fille condamnée à faire ses gammes au lieu de jouer dehors avec ses copines. « Mon père voulait que je sois une vraie Française, alors il m’a inscrite à des cours d’accordéon », raconte-t-elle un rire dans la voix. « Je détestais cela. C’est pour ça que je me suis inscrite au club de théâtre au collège. » L’occasion parfaite pour retrouver ses copines et faire la même chose que toutes les filles de son âge. Elle évoque également le début de sa carrière : « Très vite, je me suis rendu compte que ça devenait plus qu’un passe-temps. » Et après le bac, Saïda Jawad entre au conservatoire de Roubaix, avant de partir à Paris, son diplôme et une ambition affirmée en poche.

Apparition. Commence la période de vaches maigres où elle court les castings… Jusqu’à ce qu’un coup de fil vienne tout changer. « Le théâtre d’Amiens cherchait une Antigone et la directrice avait eu mon contact par un directeur artistique lillois. J’ai passé l’audition et j’ai été retenue. » Après deux ans de tournée en France, elle tente le cinéma et la télé. Sa première apparition remarquable dans un long-métrage, ce sera dans le drame du réalisateur Chad Chenouga, 17, rue Bleue, en 2001.

Saïda Jawad enchaîne les longs-métrages et les téléfilms : Ali Baba et les 40 Voleurs (2007), Musée haut, musée bas (2008), Rose et Noir (2009), Aïcha, job à tout prix (2010)… À la rentrée, elle signera son premier scénario télé, Tout est bon dans le cochon, pour France 3. En attendant, elle planche déjà sur un autre projet, songe « pourquoi pas » à passer derrière la caméra, sans pour autant abandonner l’accordéon. Jadis tant détesté, aujourd’hui tant assumé. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Littérature : 'Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)'

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui "noircit&[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Lee Kuan Yew, l'homme qui inventa Singapour

Premier ministre pendant trente ans, Lee Kuan Yew avait fait de l'économie de l'île-État l'une des plus florissantes de la planète. Il est mort le 23 mars à l'âge de[...]

Idris Elba pas assez "anglais-anglais" pour interpréter James Bond, selon Roger Moore

Faute d'être "anglo-anglais", Idriss Elba ne pourra pas incarner James Bond, a déclaré l'ancien agent 007 Roger Moore, dans une interview accordée à Paris Match. Face à la[...]

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers