Extension Factory Builder

Nabil al-Arabi, donner un nouvel élan à la Ligue arabe

26/05/2011 à 14:55
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Rencontre avec une délégation de l'Initiative israélienne pour la paix, le 19 mai au Caire. Rencontre avec une délégation de l'Initiative israélienne pour la paix, le 19 mai au Caire. © Mohamed abd El Ghany/AFP

Populaire, audacieux, très attaché au droit international, Nabil al-Arabi, le successeur d’Amr Moussa, réussira-t-il à sortir l’institution de sa léthargie ?

La somnolente Ligue des États arabes, dont le siège se trouve au Caire, dispose, depuis le 15 mai, d’un nouveau secrétaire général : le bien nommé Nabil al-Arabi (« l’Arabe »). La désignation du ministre égyptien des Affaires étrangères a été acclamée par la foule à l’extérieur du bâtiment. Très populaire, il a fait partie, à la fin de janvier, du comité de trente sages choisi par les jeunes de la place Al-Tahrir pour dialoguer avec les autorités. Intègre, il avait rompu avec le régime Moubarak il y a dix ans : son esprit d’indépendance quand il représentait l’Égypte à l’ONU agaçait.

"État de droit"

Diplômé en droit international de l’université de New York, Arabi, 76 ans, a été de toutes les grandes négociations internationales auxquelles a participé son pays. En 1978, à Camp David, il n’avait pas hésité à dire au président Anouar al-Sadate qu’il désapprouvait certains aspects du traité de paix en préparation avec Israël. C’est avec Tel-Aviv, encore, qu’il avait ensuite négocié, pied à pied, la restitution de la ville de Taba à l’Égypte. Arabi est aussi profondément légaliste. C’est ce qui l’a poussé à annoncer la levée prochaine du blocus de Gaza, illégal du point de vue du droit international, et à préparer l’adhésion de l’Égypte à la Cour pénale internationale (CPI). « Faire de l’Égypte un État de droit », telle est l’obsession de cet ancien juge à la Cour internationale de justice (2001-2006).

Nommé à la tête des Affaires étrangères le 6 mars, il a secoué en dix petites semaines une diplomatie égyptienne déclinante et sous influence américaine. Première grande victoire : la signature, le 4 mai, d’un accord de réconciliation entre le Fatah et le Hamas palestiniens. Il n’hésite pas ensuite à tendre la main à Téhéran, avec qui Le Caire n’a plus de relations diplomatiques depuis 1980. Une initiative audacieuse qui suscite l’inquiétude à Washington et à Tel-Aviv.

Trop loin et trop vite ?

Certains estiment alors qu’il va trop loin et trop vite. Selon Khaled Saad Zaghloul, du quotidien Al-Ahram, « sa nomination à la Ligue arabe permet de l’éloigner. En période de reconstruction, on a préféré le mettre “au frigo” ». À l’instar de son prédécesseur, Amr Moussa, envoyé à la Ligue en 2001 pour ne plus faire d’ombre à Moubarak. Mais Moussa est aujourd’hui le candidat le mieux placé pour la présidentielle de septembre : tout n’est donc pas perdu pour Arabi sur le plan national. D’autant que celui-ci n’a pas postulé à la Ligue. C’est un candidat proche de Moubarak, Moustapha al-Fiqi, qui était initialement présenté par l’Égypte. Mais, devant les réticences de plusieurs pays et la candidature épouvantail du Qatari Abderrahmane al-Attiya, Arabi a été appelé à la rescousse. Une solution qui permet à ceux qui l’ont convaincu (les militaires ? le gouvernement ? les États-Unis ?) de faire d’une pierre deux coups. Cette fois encore, le secrétaire général de la Ligue sera égyptien.

Aujourd’hui, Arabi prend la tête d’une institution en crise : report à mars 2012 du sommet initialement prévu à Bagdad en mai 2011, cafouillage verbal après la décision de l’ONU de bombarder la Libye, blocage de la réforme de la charte de la Ligue censée mettre fin à la règle de l’unanimité pour chaque décision… Les chantiers du nouveau secrétaire général sont titanesques. Face à une institution sclérosée et divisée où se côtoient désormais jeunes États « révolutionnaires », vieilles républiques crispées et monarchies pétrolières fort peu démocratiques, Arabi va devoir redoubler d’audace et d’imagination pour faire honneur à son nom.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Carte interactive : où et quand se tiennent les élections de 2015 en Afrique

Du Nigeria au Burundi en passant par la Côte d'Ivoire et la Centrafrique, les élections présidentielles, législatives et locales sont nombreuses en 2015 sur le continent africain. "Jeune Afrique&quo[...]

Égypte : 10 à 15 ans de prison pour 68 partisans de Mohamed Morsi

La justice égyptienne a condamné mercredi 63 partisans de Mohamed Morsi à 15 ans de prison. 5 autres ont écopé d'une peine de 10 ans de détention.[...]

Hanane Lamgharraze : la mariée était en blanc

Jeune patronne d'Oriental Wedding, cette créatrice propose ses caftans aux Franco-Maghrébines à la recherche de robes de mariage traditionnelles... et modernes.[...]

Libye : Mahmoudi sous haute protection

Abdelhakim Belhaj, l'ex-jihadiste libyen réfugié en Turquie, assure que l'ancien Premier ministre de Kadhafi, Baghdadi Mahmoudi, peut compter sur sa protection. Celui-ci est détenu depuis juin 2012 à[...]

Algérie : Jund al-Khilafa, des "soldats" pas si inconnus

Qui sont les terroristes de Jund al-Khilafa, qui ont exécuté l'otage français Hervé Gourdel ? Leur chef, Abdelmalek Gouri, a fait allégeance à l'État islamique.[...]

Maroc : pour "l'enfant sans visage", l'espoir renaît grâce à des médecins australiens

Né défiguré suite à une complication prénatale empêchant ses os de se former normalement, le petit Marocain de trois ans surnommé "l'enfant sans visage" va enfin pouvoir[...]

Maroc : Jamal Benomar... militant un jour, militant toujours

Des rangs de l'extrême gauche marocaine au monde feutré de l'ONU en passant par Amnesty, l'envoyé spécial de Ban Ki-moon au Yémen n'a jamais transigé avec ses convictions.[...]

Algérie - O. Dehendi : "Nous avons supplié les terroristes de libérer Hervé Gourdel"

Alors que les autorités algériennes ont annoncé mardi avoir identifié des auteurs de l'enlèvement et de l'assassinat du Français Hervé Gourdel, un premier témoin s'est[...]

Des ravisseurs d'Hervé Gourdel identifiés, selon le ministre algérien de la Justice

Selon le ministre algérien de la Justice, des ravisseurs de l'otage français Hervé Gourdel, enlevé puis décapité la semaine dernière en Algérie, ont été[...]

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers