Extension Factory Builder
24/05/2011 à 17:17
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Leïla Kilani à Cannes, le 18 mai 2011. Leïla Kilani à Cannes, le 18 mai 2011. © AFP

La Marocaine a présenté "Sur la planche", son premier film de fiction, à Cannes le 19 mai dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs.

Surprise ! La cinéaste marocaine Leïla Kilani venait de finir le montage de son premier film de fiction, et elle était en train de chercher les meilleures promotions sur les séjours autour de la mer Rouge pour pouvoir enfin décompresser après des mois de travail intense, quand la nouvelle est arrivée : Sur la planche venait d’être retenu pour la plus prestigieuse des sélections « off » du Festival de Cannes, la Quinzaine des réalisateurs. Elle s’y attendait si peu, assure-t-elle, qu’elle n’avait ni attaché de presse ni dossier prêt à envoyer à la critique internationale et aux distributeurs. Et devait effectuer encore des réglages visuels ou sonores…

Retour sur "les années de Plomb"

Travailler et réagir sans délai ? Habituel pour Leïla Kilani, qui, bien que née à Casablanca, a grandi à Tanger, cette ville « interlope, romantique et excessive » où le rapport au temps est très particulier et où l’on vit, dit-elle, « dans une tension permanente ». Elle ne peut envisager d’ailleurs de réaliser des films autrement que pour satisfaire « une urgence cinéma­tographique » et « en répondant à une nécessité impérieuse de fabriquer des images qui seront les nôtres », loin des clichés. Ce fut vrai dès son premier documentaire,Tanger, le rêve des brûleurs, tourné il y a dix ans pour raconter les errances tragiques de ces immigrés clandestins qui préparent la difficile traversée de la Méditerranée à la recherche d’un « ailleurs » fantasmé. Ce le fut tout autant avec Nos lieux interdits : elle décida alors de filmer des familles de victimes des « années de plomb » – et quelques rescapés – au moment où était mise en place au Maroc l’Instance Équité et Réconciliation, créée par Mohammed VI pour faire la lumière sur les terribles années de répression sous le règne de son père, Hassan II, et encourager une opération de catharsis nationale.

Historienne de formation, n’ayant jamais fréquenté d’école de cinéma, Leïla Kilani dit être « cinéphage depuis toujours », passionnée « d’images et de son ». Rien d’étonnant si cette femme d’instinct aime les réalisateurs qui filment « à l’estomac », avec une grande liberté, des personnages « subversifs à souhait ». Parmi les nombreux films qu’elle a montrés aux actrices non professionnelles de Sur la planche, « pour qu’elles comprennent ce que j’aime », il y avait en premier lieu le mythique Wanda, de Barbara Loden, portrait d’une femme aussi attachante qu’excessive et désespérée, mais aussi Gare centrale, de Youssef Chahine, des longs-métrages de Martin Scorsese, des frères Dardenne et de Mike Leigh, et même certains venus de Hong Kong.

Vitalité et créativité

Rien d’étonnant non plus si elle se passionne pour « les révolutions arabes » en cours, « qui ne se sont pas faites en un printemps », car la génération qui les porte, la sienne, « refuse l’aliénation de l’individu telle qu’on la subit depuis quarante ans ». Et elle se sent à l’aise au sein du cinéma marocain contemporain, car, grâce « au volontarisme » des autorités, il « vit un temps stimulant, plein de vitalité et de créativité » où « sont en train d’éclore des écritures singulières et tellement libres ». Des écritures qui, comme la sienne, se soucient d’« articuler l’individuel et le collectif ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Maroc : Curzio Malaparte, tout oser... ou presque

Maroc : Curzio Malaparte, tout oser... ou presque

Ayant pour seuls armes une feuille de papier et un crayon, ils croquent, à pleines dents, les thèmes les plus tabous de la société : religion, sexe, chefs d'Etat, tout y passe ! Portraits choisis de c[...]

Jean-Pierre Bat : "Houphouët-Boigny était la tête de pont du système" de la Françafrique

Les archives de Jacques Foccart, le premier "Monsieur Afrique" de la Ve République livrent leurs secrets. Entretien avec le chercheur qui a la charge de ce fonds d'une richesse exceptionnelle.[...]

Ciments du Maroc consolide ses positions

Dans un marché local toujours en berne, la filiale d'Italcementi se bat pour rester numéro deux. Et permettre au groupe italien de poser ses premiers jalons au sud du Sahara.[...]

Nabil Dirar (AS Monaco) : "Je ne regrette pas d'avoir choisi le Maroc"

À 29 ans, le milieu de terrain marocain est l'un des cadres de l’AS Monaco, plus que jamais en lice pour disputer la prochaine Ligue des champions après sa victoire à Lens (3-0) dimanche. Nabil Dirar[...]

Maroc : la polémique darija divise le royaume

Faut-il ou non introduire l'arabe dialectal dans les cursus scolaires ? La question divise le royaume. Éléments de réponse.[...]

Longtemps déserté, le Sahara marocain attire enfin les patrons

Fin mars, les provinces du Sud étaient au centre d'un nouveau forum de l'investissement à Laayoune. À la clé, soixante projets et 6 milliards de dirhams pour une région[...]

Maroc - Laurent Sablé : "Fini les procès, place au sport !"

Au terme d'une procédure internationale d'arbitrage, la suspension des Lions de l'Atlas des CAN 2017 et 2019 a été annulée. Entretien avec l'un des avocats de la partie marocaine.[...]

Finance : le marocain OCP lève un milliard de dollars sur les marchés internationaux

Pour sa deuxième incursion sur les marchés internationaux en à peine un an, le géant marocain des phosphates OCP a émis un eurobond d'un milliard de dollars. L'emprunt, d'une maturité de[...]

Maroc : l'avant-projet de réforme du code pénal est-il rétrograde ?

La réforme du code pénal marocain devait permettre des avancées démocratiques. C'est raté : son avant-projet est contesté par la société civile, qui le trouve[...]

Accident d'autocar au Maroc : les victimes méritent-elles le deuil national ?

Depuis le tragique accident d’autocar, les messages de condoléances et de soutien aux familles des victimes se muent en une gronde sur les réseaux sociaux demandant un deuil national.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces