Extension Factory Builder

Ce que l'AFD a prévu pour Tunis et Abidjan

17/05/2011 à 15:31
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dov Zerah. Dov Zerah. © Vincent Fournier/J.A.

Le directeur général de l’Agence française de développement (AFD) Dov Zerah précise les contours des plans d’aide annoncés pour la Côte d'Ivoire et la Tunisie.

Jeune Afrique : L’AFD met en place le plan d’aide français de 350 millions d’euros en Tunisie, annoncé le 20 avril. En quoi consiste-t-il ?

Dov Zerah : La composition de cette aide est en train d’être précisée pour coller au plus près des besoins. Les premières demandes ont été formulées dès la nomination du gouvernement du Premier ministre Béji Caïd Essebsi, en février. Il y a trois priorités : l’emploi et la formation professionnelle ; le développement régional et le soutien aux zones défavorisées, avec notamment la rénovation de quartiers ; et le secteur financier.

Cette aide se décline-t-elle sous forme de dons ou de prêts ? Et est-ce une aide budgétaire ?

Par cette aide sectorielle, nous allons financer des programmes qui relèvent du budget de l’État tunisien. Tout apport de devises revient à soutenir la balance des paiements. Il s’agit d’un prêt avec des éléments concessionnels et déclarable au titre de l’aide publique au développement (APD). Les conditions du prêt sont en cours de discussion. Les autorités tunisiennes souhaitent signer une première convention d’ici à la fin du mois de mai et, si possible, en marge de la réunion du G8, les 26 et 27 mai, à Deauville, à laquelle elles sont invitées. Les premiers décaissements pourraient ensuite intervenir rapidement.

Les autorités tunisiennes chiffrent les besoins extérieurs à 2,5 milliards d’euros pour relancer l’économie. Si on ajoute les engagements des autres bailleurs, nous sommes encore loin du compte…

Elles sont invitées à Deauville pour que d’autres bailleurs accompagnent ce que nous avons initié. Il faut éviter que l’économie tunisienne ne tombe en récession. Heureusement, le pays a de bons fondamentaux, une classe moyenne, une main-d’œuvre compétente, un endettement public limité (40 % du PIB) et il respecte ses échéances de remboursement de prêts internationaux. Par ailleurs, les exportations ont redémarré.

Mais il faut reconnaître que la Tunisie fait face à trois chocs : la baisse de la fréquentation touristique, les effets de la crise libyenne, estimés à 1 % ou 2 % du PIB, et enfin les incertitudes, liées aux prochaines échéances politiques, auxquelles font face les entreprises.

La France a annoncé, le 12 avril, un plan de soutien à la Côte d’Ivoire de 400 millions d’euros. Où en sommes-nous ?

Un accord de prêt de 350 millions d’euros a été signé le 26 avril. Une première tranche de 200 millions a aussitôt été débloquée, principalement pour payer les fonctionnaires en avril et solder les arriérés de mars. Il s’agit d’une aide budgétaire directe sous la forme d’un prêt concessionnel. Une partie de cette enveloppe sera également affectée aux arriérés de l’État vis-à-vis des sociétés d’eau et d’électricité. Viendra ensuite une seconde tranche de 150 millions. Les 50 millions restants contribueront à l’apurement d’arriérés auprès de la Banque africaine de développement (BAD) et de la Banque mondiale pour permettre à la Côte d’Ivoire de renouer avec les institutions financières internationales et d’atteindre, à la mi-2012, le point d’achèvement du Programme des pays pauvres très endettés (PPTE).

N’est-il pas risqué d’accorder une aide budgétaire dans un pays en crise ? Avez-vous obtenu toutes les garanties du gouvernement Ouattara-Soro quant à la bonne utilisation de ces fonds ?

L’AFD accorde ce prêt avec une garantie du Trésor français. En outre, nous avons obtenu toutes les assurances des autorités ivoiriennes. Une mission d’évaluation financière se rendra d’ailleurs sur place pour examiner l’exécution de la première tranche avant d’envisager la seconde, qui reste à définir. Mais cette dernière devrait porter sur des créations d’emplois dans le cadre de programmes de réhabilitation (voirie, quartiers, bâtiments publics…).

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Ebola : le plan d'Obama en six questions

Ebola : le plan d'Obama en six questions

Barack Obama a annoncé mardi soir le déploiement de 3 000 militaires américains en Afrique de l'Ouest pour lutter contre la propagation d'Ebola. Point par point, voici ce que prévoit Washington pour s[...]

#BurnISISFlagChallenge : pourquoi la flamme s'est éteinte

Largement relayé dans les médias, le #BurnISISFlagChallenge - qui consiste, sur le principe du #IceBucketChallenge, à brûler un drapeau de l’État Islamique (ISIS en anglais) en[...]

Sanctions de l'UE contre la Russie : Mugabe soutient Moscou

À l'issue d'un entretien accordé mardi à Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, le président zimbabwéen, Robert Mugabe, a apporté son soutien à[...]

Ebola : Washington va déployer 3 000 militaires américains en Afrique de l'Ouest

Le président américain, Barack Obama, va annoncer, mardi, le déploiement de quelque 3 000 militaires en Afrique de l'Ouest pour "faire reculer" l'épidémie d'Ebola.[...]

Najat Vallaud-Belkacem : bulldozer de charme

Depuis son arrivée au ministère de l'Éducation nationale, cette icône de la gauche d'origine marocaine suscite la haine de l'extrême droite. Mais Najat Vallaud-Belkacem n'en a cure : elle[...]

Francophonie - Philippe Suinen : "Voir émerger de nouvelles idées grâce au français"

Philippe Suinen, l'actuel Commissaire général du Forum mondial de la langue française, organisé par l'Organisation internationale de la francophonie, a répondu aux questions de "Jeune[...]

Racisme : un homme politique mexicain compare Ronaldinho à un singe

À peine arrivé au Querétaro FC, un club mexicain, l'emblématique joueur brésilien Ronaldinho a reçu un accueil bien singulier de la part d'un membre du "Partido Acción[...]

Cinéma : my name is Bond, Denzel Bond

Un James Bond noir ? Pourquoi pas ? D'ailleurs, l'acteur américain Denzel Washington se verrait bien dans le rôle.[...]

Ebola : Barack Obama souhaite lancer un plan d'action estimé à 88 millions de dollars

Le président Barack Obama va demander au Congrès américain une enveloppe de 88 millions de dollars pour lutter contre le virus Ebola en Afrique de l'ouest, a rapporté lundi le Wall Street Journal.[...]

France : le militant radical Kemi Seba incarcéré à Paris

Kémi Séba, militant controversé de la cause noire et proche du polémiste Dieudonné, a été incarcéré dimanche à Paris pour exécuter une vieille[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex