Extension Factory Builder

Burkina Faso : Luc Adolphe Tiao, le joker de Blaise Compaoré

10/05/2011 à 15:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Luc Adoplhe Tiao a proposé des mesures contre la vie chère. Luc Adoplhe Tiao a proposé des mesures contre la vie chère. © AFP

Le tout nouveau Premier ministre burkinabè a annoncé, le 28 avril, une série de mesures destinées à calmer le jeu.

Ouagadougou, le 15 avril. La capitale burkinabè se remet péniblement d’un énième mouvement de colère de soldats. Cette nuit-là, ce sont des membres de la garde présidentielle qui ont manifesté, ceux dont on dit qu’ils sont les mieux lotis. Leur mécontentement a eu raison du commandement militaire et du gouvernement de Tertius Zongo.

Parmi les premiers à témoigner de la sympathie à l’ex-Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, 57 ans, ambassadeur du Burkina Faso en France depuis 2008. Un SMS, pour souhaiter bon courage à l’ami qu’il voit et consulte souvent. Le diplomate est loin de se douter que, trois jours plus tard, c’est à lui que Blaise Compaoré proposera de former un nouveau gouvernement. « J’étais sonné, abasourdi… Je pensais sincèrement qu’il plaisantait », raconte-t-il. « C’est d’autant plus surprenant qu’il n’a pas toujours été en phase avec le pouvoir, mais je le voyais mal refuser de servir son pays », commente un ancien collaborateur parisien.

Marx et Lénine

Fils de fonctionnaire né à Tenkodogo, en 1954, il entre au petit séminaire Notre-Dame-d’Afrique (1969-1974). Sur les bancs de cette école catholique qui a vu passer nombre de politiques burkinabè – dont Roch Marc Christian Kaboré, président de l’Assemblée nationale, et Tertius Zongo –, il se destine à la prêtrise. « Mais à la fin du lycée, je me suis rendu compte que ce n’était pas pour moi. Lire Marx ou Lénine, c’était trop progressiste pour être prélat », confesse-t-il.

Des années plus tard, diplômé du Centre d’études des sciences et techniques de l’information de l’université de Dakar (Cesti) et titulaire d’une maîtrise en droit obtenue à l’université de Ouagadougou, il devient journaliste. Pour ceux qui l’ont côtoyé, au sein de la rédaction de l’hebdomadaire Carrefour africain, puis en tant que directeur des Éditions Sidwaya (1987-1990) et président du Conseil supérieur de l’information (CSI, 2001-2008), c’est un homme travailleur et respectueux de la déontologie, qui a fait de la Convention collective des journalistes et de la carte de presse ses priorités. « Luc sait prendre le temps d’écouter avant de parler, témoigne Justin Coulibaly, ancien rédacteur en chef du principal quotidien burkinabè, Sidwaya. Et, même si nous étions un média d’État, il tenait à ce que nous couvrions toute l’actualité, quitte à contrarier les autorités de l’époque. » Ce que Tiao n’a pas hésité à faire, en 1982, alors que le régime du médecin militaire Jean-Baptiste Ouédraogo réduit les libertés individuelles. Jeune journaliste, il a bravé le pouvoir pour donner la parole aux rebelles de l’époque. Il s’est rendu au Centre d’entraînement commando de Pô, où un jeune capitaine du nom de Blaise Compaoré préparait une révolution.

Près de trente ans plus tard, le militaire et le journaliste sont de nouveau réunis. Le premier taiseux, le second affable et ouvert. Et les Burkinabè ont hâte de voir comment va procéder le tandem. « Luc Adolphe Tiao n’est pas du genre à se taire quand cela ne va pas. Quant à Blaise Compaoré, il est bien décidé à reprendre le pays en main. J’ai des doutes sur leur capacité à travailler de concert », commente un journaliste burkinabè. En attendant, Tiao a annoncé le 28 avril plusieurs mesures pour lutter contre la vie chère. Pas sûr que cela suffise à rassurer les Burkinabè.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Burkina Faso

Papas présidents !

C'est reparti. La plupart de nos dirigeants, bien ou mal élus, malgré de longues années de pouvoir, se sont illustrés par leur impéritie. Ils n'ont pas réussi à nous faire m[...]

Burkina Faso : Compaoré - Kaboré, chronique d'un divorce annoncé

Entre Blaise Compaoré et Roch Marc Christian Kaboré, rien ne va plus. Comment en sont-ils arrivés là ?[...]

Crise politique au Burkina Faso : Alassane Ouattara prend les choses en main

Le chef de l'État ivoirien, Alassane Ouattara, est désormais impliqué en personne dans les tentavies de trouver une solution à la crise politique au Burkina Faso. Il a reçu à Abidjan les[...]

Burkina Faso : Zongo et Sankara, les fantômes chahuteurs de Compaoré

Au moment où le régime du président burkinabè, Blaise Compaoré, est fragilisé, deux assassinats officiellement non élucidés remontent à la surface : ceux de Thomas[...]

Les enfants mineurs, victimes de la ruée vers l'or au Burkina Faso

Au Burkina Faso, entre un demi-million et 700 000 adolescents ou pré-adolescents travailleraient dans le secteur minier et risquent quotidiennement leur vie pour trouver de l'or, principal produit d'exportation du pays.[...]

"Une nuit à la présidence" : il était une fois en Afrique, dans la République démocratique populaire...

Rire pour s’insurger. Présidents africains, Premières dames, hommes d’affaires occidentaux, FMI, Banque mondiale en prennent tour à tour pour leur grade dans "Une nuit à la[...]

Burkina Faso : Sankara, es-tu là ?

Est-ce bien l'ancien président Thomas Sankara, assassiné en 1987, qui a été inhumé à Ouagadougou ? Sa famille a saisi la justice. Et attend toujours les réponses.[...]

High Tech : le top 10 des innovations africaines

Dans les domaines de la santé, de la téléphonie mobile, de l'agriculture ou du développement durable, le continent sait être à pointe de la modernité lui aussi. On fait le point[...]

Sécurité aérienne : l'armée française inquiète l'Asecna

La multiplication des vols militaires français en Afrique n'est pas du goût de l'Asecna. En cause : un sérieux manque de transparence.[...]

Burkina Faso : qui a peur de la tombe de Thomas Sankara ?

Le 2 avril prochain, le tribunal de grande instance de Ouagadougou se prononcera sur la demande d'identification du corps qui se trouve dans la tombe supposée de l'ancien président burkinabè Thomas Sankara.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers