Extension Factory Builder

Yacouba Konaté : "L'excentrique a une fonction sociale : être critique"

06/05/2011 à 11:45
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Yacouba Konaté est Président de l’Association internationale des critiques d’art, professeur de philosophie à l’Université de Cocody-Abidjan.

Jeune Afrique : Qu’est-ce qu’un excentrique ?

Yacouba Konaté : Je ne définirais pas outre mesure l’excentricité. Elle ne correspond pas à une école en particulier. Elle tient surtout à la production d’un regard sur une activité. Ce n’est pas le propre des artistes que d’être excentriques. Tous les artistes ne sont pas excentriques et il ne suffit pas d’être excentrique pour être artiste. Dalí était un artiste excentrique. L’Allemand Joseph Beuys aussi. Il avait décidé de ne jamais mettre les pieds aux États-Unis. Mais quand il a été contraint de s’y rendre, il s’est arrangé de la manière suivante : une ambulance est venue le chercher à l’aéroport, il a vécu sur une scène qui l’isolait du sol avec un coyote, animal totémique par excellence. Littéralement, il n’a pas mis les pieds aux États-Unis. En Côte d’Ivoire, Bruly Bouabré pourrait être considéré comme excentrique. Être excentrique, c’est aussi une façon de mettre son corps en scène, de lui faire porter des concepts.

Certains artistes utilisent la figure de l’excentrique sans l’être pour autant…

Oui, et c’est le message que je tiens à faire passer aux jeunes. Je me méfie de tous ceux qui jouent les excentriques pour avoir un look. Être excentrique n’est pas une condition pour être artiste. Ahmadou Kourouma ou Cheikh Hamidou Kane sont tout à la fois des génies et des gens comme vous et moi. Il y a, cela dit, une attente. Une certaine permissivité est associée au statut d’artiste et l’on attend qu’il l’assume dans son œuvre, mais aussi dans sa vie.

Quelle est la différence entre excentricité et folie ?

L’excentrique n’est pas un fou. Il joue sur les normes, sur des écarts qui sont tolérés. Cette permissivité correspond à un niveau de la connaissance. Dans les sociétés mandingue et bambara, le stade le plus élevé est celui de koroduga, synonyme de « bouffon ». Ces sages ont le devoir de faire des pitreries, ils jouent des scènes. Cela signifie que la grande sagesse ne peut se départir de la capacité de rire de soi. Les wolosso, les « esclaves nés à la maison », ceux que l’on envoyait aux travaux forcés pendant la colonisation, ont quant à eux le droit de tout dire, y compris les insultes que les nobles s’interdisent. Les femmes peuvent se travestir en hommes et se promener ainsi sur les marchés. Les wolosso jouent avec une certaine théâtralisation. Cette tradition circule d’une certaine manière. À Abidjan, où nous sommes très loin de la tradition, des groupes de coupé-décalé utilisent le label « wolosso ».

Vous voulez dire que l’excentrique remplit une fonction sociale ?

Oui, celle d’être critique. En lui, chacun peut voir ses propres excès. Il permet aussi à la société de se défouler en faisant sauter les interdits. S’il n’y a pas d’acteurs sociaux qui prennent le risque de flirter avec les marges, il n’y a pas d’évolution de la sensibilité.

__

Propos recueillis par Marianne Meunier.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Côte d'Ivoire

Drissa Traoré : 'Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs'

Drissa Traoré : "Les crimes de sang reprochés à Simone Gbagbo seront jugés, à la CPI ou ailleurs"

"Justice des vainqueurs", "procès politique"... Que ce soit au sujet du prochain procès de Simone Gbagbo ou de ceux de son mari, Laurent, et de Charles Blé Goudé, les critiques son[...]

Côte d'Ivoire : le procès de Simone Gbagbo reporté sine die

Le gouvernement ivoirien a annoncé mercredi le report sine die du procès de Simone Gbagbo. Il était censé s'ouvrir ce mercredi 22 octobre.[...]

La course pour la direction du bureau Afrique de l'OMS est lancée...

Qui, début novembre, succédera à l'Angolais Luís Gomes Sambo à la tête du bureau Afrique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ?[...]

Côte d'Ivoire : incertitudes sur le début du procès de Simone Gbagbo

La date du procès de 83 personnalités pro-Gbagbo, dont l'ancienne première dame Simone Gbagbo, censé s'ouvrir mercredi, reste hypothétique. L'un des avocats de la défense a[...]

Sondage : faut-il reporter la CAN 2015, la déplacer ou l'annuler à cause d'Ebola ?

Se jouera-t-elle ou pas ? À quelle date ? Où ? Les rumeurs vont bon train au sujet de la Coupe d'Afrique des nations, prévue en janvier 2015 au Maroc mais menacée par l'épidémie d'Ebola.[...]

En Guinée, le doute plane à nouveau sur le mont Simandou

Quatre mois après la signature d'un accord entre la compagnie Rio Tinto et l'État pour relancer le développement du mégagisement, la chute des cours du fer vient compromettre leurs plans.[...]

Bling-bling : mariage fastueux, mariage malheureux...

Alors que les cérémonies nuptiales africaines sont des démonstrations de force financière, une récente étude américaine indique qu’une bague de fiançailles trop[...]

Côte d'Ivoire : Didier Drogba de retour en sélection ?

Deux conseillers du président Alassane Ouattara travaillent actuellement au retour de Didier Drogba en sélection nationale. Pas sûr que l'attaquant star de Chelsea accepte de rempiler avec les[...]

Orrick s'installe officiellement à Abidjan

Exclusif - Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le président et le patron Afrique d'Orrick expliquent pourquoi ce géant mondial du droit avec 1100 avocats dans 25 pays a choisi la capitale[...]

Le Marocain Karim Tazi veut installer deux usines à Abidjan

 Le groupe Tazi va construire deux usines à Abdijan dans le secteur de la literie et du plastique. Le tout pour un investissement de 15 millions d'euros et un démarrage effectif de la production prévu[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers