Extension Factory Builder

Alain Champeaux : "Total veut être présent dans un maximum de pays"

06/05/2011 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alain Champeaux, directeur Afrique et Moyen-Orient chez Total. Alain Champeaux, directeur Afrique et Moyen-Orient chez Total. © Paul Véronique/Total

Alors que les autres majors ont déserté le continent, le patron de l’activité aval du groupe pétrolier Total compte ouvrir une cinquantaine de stations-service chaque année dans la zone Afrique et Moyen-Orient.

Ingénieur des Mines, Alain Champeaux, 61 ans, a commencé sa carrière au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Entré à Total en tant que directeur du réseau allemand en 1980, il se consacre à la zone Afrique et Moyen-Orient depuis 2002. Sous sa houlette, l’activité aval du groupe français, loin de se désengager du continent comme ses concurrents ExxonMobil, Chevron et, dernièrement, Shell, compte au contraire y renforcer ses positions. Précisions.

Jeune Afrique: Total est la dernière major à posséder un réseau de distribution sur toute l’Afrique. Pourquoi ?

Alain Champeaux : Le continent ne représentait qu’une petite part de l’activité de nos concurrents. Shell, par exemple, est beaucoup plus présent en Asie, et ce depuis un siècle. Ce n’est pas le cas de Total, qui a en Afrique une présence historique vieille de plus de cinquante ans. Nos autres avantages sont la qualité de nos ressources humaines et notre mode de fonctionnement pays par pays. L’Europe et l’Afrique sont nos principaux marchés, et alors que nous sommes en pleine restructuration dans le premier continent, le second est en forte croissance : pourquoi ne pas en profiter ?

Les investissements pour la mise aux normes des stations-service ou des dépôts de carburant ont-ils découragé les autres groupes ?

C’est une question de choix : si on veut imposer des normes à toutes nos stations, on le fait. Ce n’est pas un obstacle pour rester.

Combien investirez-vous ?

Nous mobilisons environ 300 millions d’euros par an [Afrique et Moyen-Orient, soit 10 % du budget aval du groupe, NDLR] pour ouvrir en moyenne une cinquantaine de stations et en réaménager environ 250. Cet effort est nécessaire, d’abord pour accompagner la croissance de la demande pétrolière sur le continent, qui se situe entre 2 % et 3 % par an, ensuite parce que nos nouveaux concurrents africains sont sérieux et très actifs.

Quel sera l’impact sur vos résultats des crises en Tunisie, en Égypte, en Libye et en Côte d’Ivoire ?

Ce qui nous importe en premier lieu, c’est la sécurité de notre personnel. Ensuite, nous faisons notre possible pour maintenir une activité essentielle pour les populations. Cependant, en Égypte et en Tunisie, nous avons été obligés d’arrêter temporairement la distribution de carburant, faute de pouvoir nous approvisionner, et nous l’avons reprise dès que possible. Ces deux pays représentent quand même 10 % de nos volumes. En Libye, nous ne sommes pas présents dans l’aval. Quant à la Côte d’Ivoire, qui représente 2 % à 3 % de notre résultat, la précédente crise y avait déjà fait chuter la consommation d’un tiers. Mais globalement, les résultats d’autres régions, comme l’Afrique de l’Est et l’Afrique du Sud, ont compensé ces pertes. C’est pourquoi nous tenons à être présents dans un maximum de pays.

En tant que dernière major dans l’aval en Afrique, ne risquez-vous pas d’être trop exposé ?

Nous ne sommes pas en situation de monopole, et les nouveaux entrants, comme le sud-africain Engen et le suisse Vitol [acheteurs de Shell], font une entrée remarquée. Au Nigeria, où la concurrence est très dynamique, notre part de marché n’excède pas 15 %, ce qui est déjà bien dans le pays le plus peuplé d’Afrique. Nous devrons cependant être vigilants dans les pays où notre part de marché dépasse 30 %.

__

Propos recueillis par Michael Pauron

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil s'inst[...]

C'est du vent !

Les voyages forment tout le monde, quel que soit l'âge de chacun. Il n'y a guère longtemps, je me suis retrouvé dans la capitale - que je préfère ne pas nommer - d'un pays[...]

Électricité : quel pilote pour la (future) Agence africaine ?

Pour la promotion de son "plan Marshall" électrique pour l'Afrique, Jean-Louis Borloo a rencontré trente-sept chefs d'État africains, qui, dans leur majorité, semblent adhérer au[...]

Maryse Condé : "Ma relation avec l'Afrique s'est fondée sur un mensonge"

L'écrivaine guadeloupéenne Maryse Condé publie une biographie culinaire. L'occasion de revenir avec elle sur sa relation avec l'Afrique et de dévoiler une facette aussi importante de sa[...]

Stromae, griot sarcastique malgré lui

Le chanteur belge Stromae est en tournée africaine. Ecoutées au premier degré ou pastichées, les chansons de son album "Racine carrée" illustrent la politique du continent.[...]

Esclavage : "Libres et sans fers", paroles captives

Dans un ouvrage récent, trois chercheurs explorent les archives judiciaires françaises à la recherche de témoignages d'esclaves. De très émouvantes voix d'outre-tombe.[...]

Comment la diaspora influence l'opinion politique africaine grâce aux médias en ligne

RFI, Jeune Afrique, Le Point Afrique, (ex-) Slate Afrique, Le Monde Afrique, Afrik.com, etc. En Afrique francophone, les médias panafricains les plus sérieux et les plus influents sont… basés en France.[...]

Mondial 2022 au Qatar : trois hauts dirigeants du football africain nommément accusés de corruption

Au mois de juin 2014, le "Sunday Times" publiait une enquête dénonçant l'existence d'un système de pots-de-vin ayant conduit à l’attribution de la Coupe du monde de football au[...]

Corsafrique : à Tasso, dans la vallée des croupiers

C'est à Tasso, en Corse-du-Sud, que Michel Tomi recrutait les employés de ses casinos. En sens inverse, il a aussi importé un peu d'Afrique sur l'île, au grand dam des nationalistes.[...]

Derrière la rhétorique des guerres climatiques

Philippe Roudier est chercheur, spécialiste des impacts du changement climatique en Afrique.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers