Extension Factory Builder

Alain Champeaux : "Total veut être présent dans un maximum de pays"

06/05/2011 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alain Champeaux, directeur Afrique et Moyen-Orient chez Total. Alain Champeaux, directeur Afrique et Moyen-Orient chez Total. © Paul Véronique/Total

Alors que les autres majors ont déserté le continent, le patron de l’activité aval du groupe pétrolier Total compte ouvrir une cinquantaine de stations-service chaque année dans la zone Afrique et Moyen-Orient.

Ingénieur des Mines, Alain Champeaux, 61 ans, a commencé sa carrière au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Entré à Total en tant que directeur du réseau allemand en 1980, il se consacre à la zone Afrique et Moyen-Orient depuis 2002. Sous sa houlette, l’activité aval du groupe français, loin de se désengager du continent comme ses concurrents ExxonMobil, Chevron et, dernièrement, Shell, compte au contraire y renforcer ses positions. Précisions.

Jeune Afrique: Total est la dernière major à posséder un réseau de distribution sur toute l’Afrique. Pourquoi ?

Alain Champeaux : Le continent ne représentait qu’une petite part de l’activité de nos concurrents. Shell, par exemple, est beaucoup plus présent en Asie, et ce depuis un siècle. Ce n’est pas le cas de Total, qui a en Afrique une présence historique vieille de plus de cinquante ans. Nos autres avantages sont la qualité de nos ressources humaines et notre mode de fonctionnement pays par pays. L’Europe et l’Afrique sont nos principaux marchés, et alors que nous sommes en pleine restructuration dans le premier continent, le second est en forte croissance : pourquoi ne pas en profiter ?

Les investissements pour la mise aux normes des stations-service ou des dépôts de carburant ont-ils découragé les autres groupes ?

C’est une question de choix : si on veut imposer des normes à toutes nos stations, on le fait. Ce n’est pas un obstacle pour rester.

Combien investirez-vous ?

Nous mobilisons environ 300 millions d’euros par an [Afrique et Moyen-Orient, soit 10 % du budget aval du groupe, NDLR] pour ouvrir en moyenne une cinquantaine de stations et en réaménager environ 250. Cet effort est nécessaire, d’abord pour accompagner la croissance de la demande pétrolière sur le continent, qui se situe entre 2 % et 3 % par an, ensuite parce que nos nouveaux concurrents africains sont sérieux et très actifs.

Quel sera l’impact sur vos résultats des crises en Tunisie, en Égypte, en Libye et en Côte d’Ivoire ?

Ce qui nous importe en premier lieu, c’est la sécurité de notre personnel. Ensuite, nous faisons notre possible pour maintenir une activité essentielle pour les populations. Cependant, en Égypte et en Tunisie, nous avons été obligés d’arrêter temporairement la distribution de carburant, faute de pouvoir nous approvisionner, et nous l’avons reprise dès que possible. Ces deux pays représentent quand même 10 % de nos volumes. En Libye, nous ne sommes pas présents dans l’aval. Quant à la Côte d’Ivoire, qui représente 2 % à 3 % de notre résultat, la précédente crise y avait déjà fait chuter la consommation d’un tiers. Mais globalement, les résultats d’autres régions, comme l’Afrique de l’Est et l’Afrique du Sud, ont compensé ces pertes. C’est pourquoi nous tenons à être présents dans un maximum de pays.

En tant que dernière major dans l’aval en Afrique, ne risquez-vous pas d’être trop exposé ?

Nous ne sommes pas en situation de monopole, et les nouveaux entrants, comme le sud-africain Engen et le suisse Vitol [acheteurs de Shell], font une entrée remarquée. Au Nigeria, où la concurrence est très dynamique, notre part de marché n’excède pas 15 %, ce qui est déjà bien dans le pays le plus peuplé d’Afrique. Nous devrons cependant être vigilants dans les pays où notre part de marché dépasse 30 %.

__

Propos recueillis par Michael Pauron

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Pour MSF, 'le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola'

Pour MSF, "le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola"

Médecins sans frontières (MSF) a estimé mardi que "six mois après son début, le monde est en train de perdre la bataille contre la pire épidémie d'Ebola de l'histoire".[...]

L'Afrique part à la pêche aux "islamodollars"

Au Maghreb comme au sud du Sahara, les produits financiers compatibles avec la charia se multiplient. Autant de vecteurs qui permettent aux pays du Golfe d'investir dans les infrastructures.[...]

Abidjan, Kinshasa, Le Cap : trois "spots" tendance pour sortir

Être riche, c'est aussi connaître les derniers lieux à la mode, là où il faut absolument se montrer. Jeune Afrique a sélectionné les trois "spots" du moment.[...]

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme[...]

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex