Extension Factory Builder

Alain Champeaux : "Total veut être présent dans un maximum de pays"

06/05/2011 à 17:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Alain Champeaux, directeur Afrique et Moyen-Orient chez Total. Alain Champeaux, directeur Afrique et Moyen-Orient chez Total. © Paul Véronique/Total

Alors que les autres majors ont déserté le continent, le patron de l’activité aval du groupe pétrolier Total compte ouvrir une cinquantaine de stations-service chaque année dans la zone Afrique et Moyen-Orient.

Ingénieur des Mines, Alain Champeaux, 61 ans, a commencé sa carrière au Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Entré à Total en tant que directeur du réseau allemand en 1980, il se consacre à la zone Afrique et Moyen-Orient depuis 2002. Sous sa houlette, l’activité aval du groupe français, loin de se désengager du continent comme ses concurrents ExxonMobil, Chevron et, dernièrement, Shell, compte au contraire y renforcer ses positions. Précisions.

Jeune Afrique: Total est la dernière major à posséder un réseau de distribution sur toute l’Afrique. Pourquoi ?

Alain Champeaux : Le continent ne représentait qu’une petite part de l’activité de nos concurrents. Shell, par exemple, est beaucoup plus présent en Asie, et ce depuis un siècle. Ce n’est pas le cas de Total, qui a en Afrique une présence historique vieille de plus de cinquante ans. Nos autres avantages sont la qualité de nos ressources humaines et notre mode de fonctionnement pays par pays. L’Europe et l’Afrique sont nos principaux marchés, et alors que nous sommes en pleine restructuration dans le premier continent, le second est en forte croissance : pourquoi ne pas en profiter ?

Les investissements pour la mise aux normes des stations-service ou des dépôts de carburant ont-ils découragé les autres groupes ?

C’est une question de choix : si on veut imposer des normes à toutes nos stations, on le fait. Ce n’est pas un obstacle pour rester.

Combien investirez-vous ?

Nous mobilisons environ 300 millions d’euros par an [Afrique et Moyen-Orient, soit 10 % du budget aval du groupe, NDLR] pour ouvrir en moyenne une cinquantaine de stations et en réaménager environ 250. Cet effort est nécessaire, d’abord pour accompagner la croissance de la demande pétrolière sur le continent, qui se situe entre 2 % et 3 % par an, ensuite parce que nos nouveaux concurrents africains sont sérieux et très actifs.

Quel sera l’impact sur vos résultats des crises en Tunisie, en Égypte, en Libye et en Côte d’Ivoire ?

Ce qui nous importe en premier lieu, c’est la sécurité de notre personnel. Ensuite, nous faisons notre possible pour maintenir une activité essentielle pour les populations. Cependant, en Égypte et en Tunisie, nous avons été obligés d’arrêter temporairement la distribution de carburant, faute de pouvoir nous approvisionner, et nous l’avons reprise dès que possible. Ces deux pays représentent quand même 10 % de nos volumes. En Libye, nous ne sommes pas présents dans l’aval. Quant à la Côte d’Ivoire, qui représente 2 % à 3 % de notre résultat, la précédente crise y avait déjà fait chuter la consommation d’un tiers. Mais globalement, les résultats d’autres régions, comme l’Afrique de l’Est et l’Afrique du Sud, ont compensé ces pertes. C’est pourquoi nous tenons à être présents dans un maximum de pays.

En tant que dernière major dans l’aval en Afrique, ne risquez-vous pas d’être trop exposé ?

Nous ne sommes pas en situation de monopole, et les nouveaux entrants, comme le sud-africain Engen et le suisse Vitol [acheteurs de Shell], font une entrée remarquée. Au Nigeria, où la concurrence est très dynamique, notre part de marché n’excède pas 15 %, ce qui est déjà bien dans le pays le plus peuplé d’Afrique. Nous devrons cependant être vigilants dans les pays où notre part de marché dépasse 30 %.

__

Propos recueillis par Michael Pauron

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Terrorisme : Al-Qaïda, Daesh, même jihad

Ennemies au Moyen-Orient, les deux grandes mouvances de l'islamisme radical ont tendance à s'imbriquer à mesure que l'on s'éloigne du foyer syro-irakien.[...]

Théâtre : la misère affective du déraciné par Elise Chatauret

Dans Nous ne sommes pas seuls au monde, l'auteure et metteuse en scène Élise Chatauret évoque le déracinement affectif d'un exilé africain.[...]

CAN 2015 : en Guinée Équatoriale, des couacs mais pas le chaos redouté

La catastrophe redoutée a, pour l'instant, été évitée en Guinée Équatoriale, qui n'a eu que 50 jours pour se préparer à l'organisation de la CAN-2015 après la[...]

Ebola : la situation reste "extrêmement préoccupante"

Malgré une nette baisse du nombre de personnes affectées par le virus Ebola, la situation reste "extrêmement préoccupante" en Afrique de l'ouest, a prévenu vendredi l'Organisation[...]

Diaporama : les plus grandes (et belles) églises d'Afrique

Le christianisme est la religion dominante en Afrique avec une part de fidèles estimée à plus de 60% en 2014. Jeune Afrique revisite pour vous la richesse architecturale de lieux de culte chrétiens sur[...]

Escrocs et charlatans

Chaque année, rituellement, je consacre mon premier "PS" aux voyantes, aux soi-disant extralucides, aux horoscopes, à tous ces escrocs et charlatans qui prétendent pouvoir prévoir[...]

Quatre-vingts ans de négritude

Au mois de mai prochain, le mouvement de la négritude aura 80 ans. Le mot est en effet apparu en 1935 sous la plume d'Aimé Césaire dans " L'Étudiant noir", journal mensuel de[...]

CAN 2015 : Bifouma, Aboubakar, Mahrez, Bolasie... meilleurs espoirs masculins

Ils ne sont pas les plus jeunes, certains fréquentent même le niveau international depuis quelques années sans pour autant avoir fait parler d'eux. Et si c'était pour cette fois-ci ?[...]

C.A.N. : Coupe de l'Apathie Nationale...

Si la déprime de nouvelle année engourdit les employés dans des bureaux qui tournent au ralenti, l'événement qui la console ne contribue pas à "booster" l'efficacité[...]

Économie africaine : 2015, l'année de tous les défis

En 2014, les espoirs de prospérité de l’Afrique ont été éprouvés par des crises économiques, sécuritaires et sanitaires. Et si elle trouvait, au coeur même de ces[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers