Extension Factory Builder

Julien Boyer : "Davantage d'entreprises marocaines s'intéressent à l'optimisation énergétique"

04/05/2011 à 14:37
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Julien Boyer est le patron et cofondateur de RIO, homologué par l'Aderee. Julien Boyer est le patron et cofondateur de RIO, homologué par l'Aderee. © Hassan Ouazzani pour J.A.

Bientôt, les entreprises devront réaliser des audits pour réduire leur consommation. Entretien avec le directeur général délégué de Reduce Invent Optimize (RIO), première start-up marocaine du secteur.

Jeune Afrique : Qu’est-ce qui va changer en matière d’audit énergétique ?

Julien Boyer : L’optimisation énergétique s’inscrivait jusqu’à présent dans une démarche volontaire des entreprises. Très prochainement, un projet de loi sur l’efficacité énergétique sera examiné au Parlement. Il vise à mettre en place les obligations et les moyens nécessaires pour réduire la consommation, à travers le respect de performances énergétiques minimales, l’instauration d’un audit obligatoire au-delà d’un certain seuil de consommation, l’analyse des rendements des équipements, la réalisation d’études d’impact pour les nouveaux projets et la mise en œuvre du contrôle technique.

Quelle est l’ampleur du marché ?

Actuellement, près d’une vingtaine de bureaux d’études homologués au Maroc par l’Agence pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique [Aderee] proposent des prestations d’audit. De plus en plus d’entreprises s’intéressent à l’optimisation énergétique, qui leur permet de réaliser d’importants bénéfices en termes de compétitivité et d’image.

Tous les secteurs sont concernés. De grandes entreprises publiques et privées, des collectivités ainsi que des sociétés en cours de certification – ISO 14001, etc. – nous adressent des demandes spontanées. Pour les PME, un réel travail de sensibilisation reste à faire. Souvent, nous constatons l’absence de budget pour réaliser un plan d’investissement comprenant le diagnostic, les actions à mettre en œuvre et le suivi. Les choses devraient changer avec la mise en place de nouvelles incitations fiscales et douanières, l’implication du secteur bancaire et l’innovation en matière de montage financier.

Quelles prestations attendre d’un cabinet spécialisé ?

En matière d’études, cela va du pré­diagnostic rapide, qui met en évidence les grands axes d’amélioration, au diagnostic détaillé avec plan de mesures élaboré, et aux études spécifiques – simulation thermique dynamique d’un bâtiment, faisabilité en termes d’énergies renouvelables, bilan carbone, etc.

Concernant l’accompagnement dans la mise en œuvre des actions, notre travail consiste à sélectionner les différentes solutions envisageables et leur retour sur investissement : éclairage efficient, chauffage solaire, chaudières à haut rendement, optimisation de la climatisation, détecteurs de présence, utilisation de matériaux d’isolation, maintenance préventive, réglages des appareils et gestion de l’énergie à distance, sensibilisation du personnel…

Enfin, pour ce qui est de la comptabilité énergétique, nous permettons aux entreprises de gérer à distance et en temps réel leurs consommations pour les différents postes, avec systèmes d’alertes.

Les sociétés bénéficient-elles d’aides pour réaliser ces études ?

Certaines incitations existent déjà, notamment la réduction des droits de douane à 2,5 % ou la baisse de la TVA à 14 % pour les chauffe-eau solaires. Mais si l’on veut que les actions d’efficacité énergétique se généralisent, il faut encourager les entreprises à investir : prêts à taux bonifié, subventions, avantages fiscaux et douaniers… Par ailleurs, l’Aderee et ses partenaires tels que le Programme des Nations unies pour le développement [Pnud] ou la Banque africaine de développement [BAD] ont subventionné des projets pilotes pour la réalisation d’audits énergétiques dans l’industrie et le bâtiment.

___

Propos recueillis par Pascal Airault.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Maroc

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

Racisme au Maroc : à Tanger, un pogrom anti-migrants fait au moins un mort

À Tanger, une expédition sauvage menée par des Marocains contre des migrants à fait au moins un mort, le 29 août. Un drame qui met à nouveau en lumière le problème du racisme [...]

Maroc : les maraîchers disent "merci Poutine"

Depuis que Moscou a décrété un embargo sur les importations en provenance de l'Union européenne, les agriculteurs marocains s'organisent pour profiter de ce marché estimé à[...]

Le Maroc "solidaire" des pays touchés par Ebola au nom de sa politique africaine

Avec la suspension des vols d'Air France vers la Sierra Leone, le Maroc est le dernier pays à desservir de manière régulière les trois principaux pays frappés par l'épidémie[...]

Algérie - Maroc : la déchirure

Tranchées d’un côté, clôture de l’autre. Alors que le fossé entre les deux voisins ne cesse de se creuser, "Jeune Afrique" a enquêté, vingt ans après la[...]

Maroc : Rabat rêve de lumières

Confinée de longue date au statut de ville administrative, la capitale du Maroc se rêve en cité internationale de la culture et du savoir.[...]

Mariage au Maroc : quand la haute fait la noce

Ils font rarement la une des journaux, mais les mariages entre grandes familles sont une tradition bien établie dans le royaume. Une façon de perpétuer richesse, pouvoir et rang social.[...]

Justice : brèche humanitaire entre le Maroc et la France

Selon un responsable du ministère marocain de la Justice, le royaume chérifien s'apprête à transférer en France des détenus français.[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Algérie - Maroc : vingt ans après, faut-il rouvrir la frontière commune ?

Vingt ans après sa fermeture, la frontière commune entre le Maroc et l'Algérie n'est toujours pas rouverte. Une situation préjudiciable pour les deux États qui se contentent, pour l'instant, de[...]

Maroc : quand Mohammed VI se fait arrêter par la Guardia civil espagnole

Selon le quotidien espagnol "El Mundo", une patrouille de la Guardia civil espagnole a arrêté, par erreur, le yacht du roi du Maroc le 7 août dernier au large de Ceuta. Une bourde de taille qui n'a[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex