Extension Factory Builder

Mohamed Néjib Karafi : "La déstabilisation de l'administration tunisienne est contre-productive"

04/05/2011 à 11:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Néjib Karafi. Mohamed Néjib Karafi. © Nicolas Fauqué/imagesdetunisie.com

Secrétaire d’État tunisien au Développement régional et local, Mohamed Néjib Karafi veut parer au plus pressé pour stabiliser les régions prioritaires. Une enveloppe de 1,483 milliard de dinars sera octroyée au développement local et permettra de lutter contre les disparités.  

Jeune Afrique : En cent jours, la population de Sidi Bouzid a récusé trois gouverneurs à qui elle reproche d’arriver sans budget ni plan de développement local. Que lui répondez-vous ?

Mohamed Néjib Karafi : Que la déstabilisation de l’administration est contre-productive. Pour élaborer des budgets et s’occuper du programme de développement local, encore faut-il pouvoir travailler. Sur les cent jours que vous évoquez, combien de journées de travail dans la sérénité a eues le gouvernement ? Cela dit, nous avons avancé et pris des mesures urgentes pour relancer un tant soit peu la vie économique dans nos régions.

Quelle est votre priorité ?

La première est d’ordre financier. La loi de finances 2011 prévoit une enveloppe de 1,232 milliard de dinars [620 millions d’euros] pour le développement local. Le dernier Conseil des ministres a décidé de l’augmenter de 251 millions. Pour mieux lutter contre les disparités régionales, nous avons établi des critères de manière à identifier les régions prioritaires, sur la base de la démographie, du taux de chômage, dont celui des diplômés-chômeurs, ainsi que du taux de la population vivant au-dessous du seuil de pauvreté. En outre, le gouvernement a décidé de recruter 20 000 fonctionnaires, au lieu des 10 000 que permettent nos objectifs de croissance. Autre effort du gouvernement : la réduction du temps nécessaire au recrutement dans la fonction publique, qui est passé de huit à deux mois. Cela nous permettra de recruter dès le 1er juin. Mais aucun programme ne saurait être efficace sans une relance de l’économie locale, paralysée par l’instabilité et l’insécurité.

Vous voulez dire que la fièvre révolutionnaire n’est pas retombée ?

Je veux dire que la contestation permanente, la revendication de « tout et maintenant » consument beaucoup d’énergie. Nous avons peu de temps et les chantiers sont immenses. Mais je sens comme un vent de rationalité ; la société civile s’implique, et les associations locales préfèrent désormais nous envoyer une plateforme de propositions plutôt que d’organiser des sit-in. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, 'nous voulons remporter la Ligue des champions'

Tunisie - Philippe Troussier : avec Sfax, "nous voulons remporter la Ligue des champions"

Dimanche à Kinshasa (RDC), Sfax se présentera avec l’étiquette de favori, lors de la demi-finale aller de la Ligue des champions face à l’AS Vita Club. Philippe Troussier, l’entra&ic[...]

La Tunisie face à la menace terroriste à l'approche des élections

Faisant état de "menaces terroristes sérieuses" à l'approche des élections législatives et présidentielle (26 octobre et 23 novembre), le Premier ministre Mehdi Jomaa[...]

Tunisie : jasmin fané...

J'ai failli manquer à mon devoir de vous emmener faire un petit tour du côté de Hammamet, comme chaque été. Puis-je me rattraper ? Voici donc la ville symbole du tourisme tunisien et[...]

Religion : le pape François reçoit le président tunisien Marzouki

Le pape François a reçu jeudi dans la matinée en audience privée au Vatican le président tunisien, Moncef Marzouki. Les deux hommes se sont engagés en faveur du dialogue interreligieux,[...]

En Tunisie, Syphax vote Blanc

La compagnie aérienne Syphax Airlines a choisi comme nouveau patron Christian Blanc, ancien PDG d'Air France de 1993 à 1997.[...]

Tunisie : Kamel Morjane, la force tranquille

Respecté, compétent, homme de consensus s'il en est, l'ex-ministre des Affaires étrangères de Ben Ali, Kamel Morjane, hésite pourtant à briguer la magistrature suprême.[...]

Diplomatie : l'axe Tunis-Riyad passe par Paris

Alors que les Saoudiens s'intéressent à de grands projets en Tunisie, un axe diplomatico-économique semble se dessiner de plus en plus nettement entre Rabat, Tunis, Riyad et Paris.[...]

Le jeune homme retrouvé mort démembré en septembre à Paris était tunisien

Plusieurs sources concordantes ont affirmé, mardi, que le corps démembré retrouvé début septembre dans des sacs poubelles déposés en pleine rue à Villepinte, en[...]

Tunisie : "entreprise d'avenir" cherche partenaires

Co-organisée avec la France, la conférence « Investir en Tunisie : start up democracy » a rassemblé le 8 septembre Etats, institutions internationales et investisseurs. 22 projets  pour une[...]

"Investir en Tunisie" : grand oral pour le gouvernement de Mehdi Jomâa

Devant les acteurs majeurs du monde de l'économie, le gouvernement tunisien a entamé lundi, à Tunis, son grand oral du colloque "Investir en Tunisie, une start-up démocratie".[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex