Extension Factory Builder

Mohamed Néjib Karafi : "La déstabilisation de l'administration tunisienne est contre-productive"

04/05/2011 à 11:43
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mohamed Néjib Karafi. Mohamed Néjib Karafi. © Nicolas Fauqué/imagesdetunisie.com

Secrétaire d’État tunisien au Développement régional et local, Mohamed Néjib Karafi veut parer au plus pressé pour stabiliser les régions prioritaires. Une enveloppe de 1,483 milliard de dinars sera octroyée au développement local et permettra de lutter contre les disparités.  

Jeune Afrique : En cent jours, la population de Sidi Bouzid a récusé trois gouverneurs à qui elle reproche d’arriver sans budget ni plan de développement local. Que lui répondez-vous ?

Mohamed Néjib Karafi : Que la déstabilisation de l’administration est contre-productive. Pour élaborer des budgets et s’occuper du programme de développement local, encore faut-il pouvoir travailler. Sur les cent jours que vous évoquez, combien de journées de travail dans la sérénité a eues le gouvernement ? Cela dit, nous avons avancé et pris des mesures urgentes pour relancer un tant soit peu la vie économique dans nos régions.

Quelle est votre priorité ?

La première est d’ordre financier. La loi de finances 2011 prévoit une enveloppe de 1,232 milliard de dinars [620 millions d’euros] pour le développement local. Le dernier Conseil des ministres a décidé de l’augmenter de 251 millions. Pour mieux lutter contre les disparités régionales, nous avons établi des critères de manière à identifier les régions prioritaires, sur la base de la démographie, du taux de chômage, dont celui des diplômés-chômeurs, ainsi que du taux de la population vivant au-dessous du seuil de pauvreté. En outre, le gouvernement a décidé de recruter 20 000 fonctionnaires, au lieu des 10 000 que permettent nos objectifs de croissance. Autre effort du gouvernement : la réduction du temps nécessaire au recrutement dans la fonction publique, qui est passé de huit à deux mois. Cela nous permettra de recruter dès le 1er juin. Mais aucun programme ne saurait être efficace sans une relance de l’économie locale, paralysée par l’instabilité et l’insécurité.

Vous voulez dire que la fièvre révolutionnaire n’est pas retombée ?

Je veux dire que la contestation permanente, la revendication de « tout et maintenant » consument beaucoup d’énergie. Nous avons peu de temps et les chantiers sont immenses. Mais je sens comme un vent de rationalité ; la société civile s’implique, et les associations locales préfèrent désormais nous envoyer une plateforme de propositions plutôt que d’organiser des sit-in. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers