Extension Factory Builder

Tunisie : l'autre Bouazizi, mémoire de la région de Sidi Bouzid

03/05/2011 à 16:27
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Lamine Bouazizi est un spécialiste de la région de Sidi Bouzid. Lamine Bouazizi est un spécialiste de la région de Sidi Bouzid. © Nicolas Fauqué / www.imagesdetunisie.com

Professeur à l’Institut national du patrimoine, Lamine Bouazizi est spécialisé dans l’histoire de la région de Sidi Bouzid. Pour lui, la révolution aurait eu lieu même sans l'immolation par le feu de son célèbre homonyme.

Le nom Bouazizi est très répandu à Sidi Bouzid. Le plus souvent, ces homonymes n’ont aucun lien de parenté, ni même, parfois, d’affinités particulières. Premier martyr de la révolution, Mohamed Bouazizi a rendu célèbre son patronyme en s’immolant par le feu, geste qui marqua le début de la révolution tunisienne.

Avant cela, un autre Bouazizi avait acquis une grande notoriété locale. Lamine, 40 ans, diplômé en anthropologie et enseignant à l’Institut national du patrimoine, à Tunis, passe pour la mémoire de Sidi Bouzid. Ses travaux sur l’histoire de la région, les origines de sa population et les circonstances de ses révoltes paysannes successives en ont fait un interlocuteur incontournable pour mieux comprendre ce qui s’est passé. Sa frêle silhouette contraste avec son regard de braise, et sa voix fluette s’accommode de la détermination de son propos.

Après une enfance et une adolescence passées à Sidi Bouzid, Lamine est contraint de s’éloigner de sa terre natale pour poursuivre des études supérieures. Cette terre nourricière que ses ancêtres ont durement travaillée sans jamais en être les propriétaires est l’obsession de l’historien qu’il est devenu. Il se spécialise dans les questions foncières, fait des recherches spécifiques sur la région de Sidi Bouzid et publie ses articles dans les revues prêtes à défier le plus gros propriétaire foncier : l’État.

Accélérateur de révolution

« Bien sûr, analyse-t-il, que le régime RCD bridait les libertés, que la corruption, le népotisme et le clientélisme en constituaient la marque de fabrique. Mais l’erreur de Ben Ali a été de sous-estimer la capacité de mobilisation du monde paysan. » Pour Lamine, l’immolation de Mohamed n’a pas été le déclencheur de la révolution, mais son accélérateur. « Une année avant son geste, Sidi Bouzid était déjà en ébullition, un processus qui a débuté en 2005, quand des dizaines de familles de paysans ont été chassées de leurs terres sur décision du directeur de l’agriculture au sein du gouvernorat. »

Selon Lamine, si la chute de Ben Ali permet de « respirer la liberté, elle ne change pas fondamentalement les choses. Cela peut reprendre à tout moment », ne cesse-t-il de marteler dans ses prises de parole lors des meetings sur la place centrale de Sidi Bouzid, devenue le haut lieu de la révolution et un espace de débat quotidien. Lamine refuse cependant d’inscrire son action dans un cadre partisan. « Comme la majorité des gens d’ici, je me sens proche des nationalistes panarabes. Si vous cherchez une étiquette, accolez-moi celle de nassérien progressiste. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

Tunisie : 26 candidats en lice face à Marzouki pour la présidentielle du 23 novembre

L'Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie) a dévoilé mardi les noms de 27 candidats retenus pour la présidentielle du 23 novembre en Tunisie.[...]

Tunisie - Troussier : "Il fallait que je quitte Sfax"

À peine trois mois après son arrivée à Sfax, Philippe Troussier (59 ans), quitte la Tunisie, après l’élimination samedi soir en demi-finale de la Ligue des champions face aux[...]

Tunisie : le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables de viol reporté au 6 novembre

Le procès en appel de deux policiers tunisiens reconnus coupables d'avoir violé une jeune femme a été reporté au 6 novembre à la demande des avocats de la jeune femme.[...]

Démographie : si la Tunisie m'était comptée

Exode rural massif, baisse de la natalité, réduction de la taille des familles, boom de l'immobilier... Le recensement va-t-il orienter l'action du prochain gouvernement tunisien ?[...]

Maghreb : une lueur au bout du couloir de la mort

Au Maghreb, des centaines de détenus croupissent dans les prisons, attendant une hypothétique exécution. À moins que le parti des abolitionnistes ne l'emporte. Rendez-vous à Tunis les 25[...]

Amina Sboui : son "agression" par des salafistes à Paris était bien "un mensonge"

L’ancienne Femen, Amina Sboui a inventé son agression de juillet dernier par des salafistes à Paris. Un mensonge qui était avant tout un "appel au secours", avoue-t-elle au quotidien[...]

Immigration : mort à crédit en Méditerranée

Ils paient des passeurs sans scrupule à prix d'or pour traverser la Méditerranée. Cette année, trois mille migrants ont perdu la vie dans ce voyage. Un commerce lucratif et un drame humain face[...]

Élections tunisiennes : guerre d'influence dans les médias

Profitant d'un flou juridique, plusieurs hommes d'affaires tunisiens ont investi dans les médias pour servir leur camp politique. Voire défendre leur propre candidature aux prochaines élections.[...]

Tunisie : à Gabès, le gouvernement bloque un projet de 25 millions d'euros et 300 emplois

Avec une relance en panne, la Tunisie multiplie les appels aux investisseurs étrangers. Mais le gouvernement ne donne pas toujours une suite positive aux projets, sans pour autant motiver son refus de manière[...]

Divergences jihadistes en Tunisie

Les dirigeants du mouvement jihadiste tunisien Ansar al-Charia se divisent sur l'opportunité d'une lutte armée en période pré-électorale. La base, elle, rêverait d'en découdre.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers