Extension Factory Builder
14/04/2011 à 16:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
M. Issoufou et S. Oumarou plaisantant devant un bureau de vote, le 12 mars à Niamey. M. Issoufou et S. Oumarou plaisantant devant un bureau de vote, le 12 mars à Niamey. © Djibo Tagaza pour J.A.

Le 14 mars 2011, la Commission électorale nationale indépendante du Niger annonce la victoire de Mahamadou Issoufou au second tour de la présidentielle avec 58 % des suffrages. Une victoire de la démocratie mais aussi de tous les Nigériens.  

Un candidat qui, quatre jours à peine après le scrutin, prend acte de la victoire de son adversaire, le félicite et renonce publiquement à exercer son droit au recours. Un élu qui rend hommage à son concurrent et salue ceux qui n’ont pas voté pour lui, parce qu’en agissant ainsi « ils ont vivifié la démocratie »…

Ce n’est pas le scénario fictif et rêvé de la présidentielle ivoirienne avant qu’elle ne bascule dans le cauchemar, mais, mot pour mot, le script qu’ont coécrit sous nos yeux, en ce mois de mars 2011, à Niamey, deux hommes d’État : Mahamadou Issoufou le vainqueur et Seini Oumarou le battu. Si l’on ajoute à cela une junte militaire exemplaire qui, après un an et un mois de transition, rend le pouvoir aux civils à la date prévue, on se dit que désespérer de l’Afrique est décidément une forfaiture. 

Pourtant, s’il est un pays où l’on ne pensait pas qu’un jour les contes de fées deviendraient réalité, c’est bien le Niger. Cet immense losange aux trois quarts désertique, à mille kilomètres de la mer la plus proche, avec ses huit mois de saison sèche et torride balayée par l’harmattan, a toujours été de ceux où la politique, comme le climat, ne donnait pas dans la nuance. Le pays de Hamani Diori, de Seyni Kountché, d’Ibrahim Maïnassara Baré, de Mamadou Tandja et de quelques autres a connu son lot de coups d’État, de dictatures, de corruption, de famines, de rébellions armées et, même, d’assassinats au sommet de l’État : un président et une première dame en exercice y ont connu une fin tragique.

L’uranium, cet autre pétrole des sables, entré en exploitation il y a quarante ans et dont la manne financière devait permettre un développement harmonieux, n’a pas empêché que le pays bascule, à la fin des années 1970, de l’état de pauvreté à celui de misère.

C’est sur ce terreau ingrat que l’arbre de la démocratie a lentement pris racine, pour s’épanouir aujourd’hui. Le mérite en revient à une classe d’hommes politiques responsables et d’officiers patriotes, à l’image du chef de l’État sortant, le général Salou Djibo, qui ont su s’opposer aux dérives d’un régime de restauration autoritaire sans renoncer à leurs principes. Il en revient aussi à un électorat mature, familier des joutes démocratiques et depuis longtemps éduqué à la contestation pacifique par une longue tradition de revendications syndicales.

Pour son décollage attendu, le Niger ne part heureusement pas de zéro. En dépit d’une certaine mal-gouvernance, les bases d’un nouveau départ ont été, au cours de la dernière décennie, restaurées : libéralisation du commerce, restructuration du secteur financier, taux de croissance supérieur à 5 % en 2011, 7 % espérés en 2012, et amélioration des indices – parmi les plus bas du monde – de développement humain et social.

La tâche qui attend le président Issoufou, élu à son quatrième essai depuis 1992, signe d’une belle obstination, est lourde. Pour l’accomplir, le nouveau chef de l’État nigérien jouit sur le plan symbolique d’un double totem. Son surnom : Zaki, « le lion » en haoussa. Et la couleur fétiche de toute sa campagne : le rose. La force et la tendresse, en somme. Cocktail prometteur. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Gbagbo n'est pas Ben Ali

Editorial précédent :
Où va le Maroc ?

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Niger

Trafic de bébés au Niger : la justice se déclare incompétente

Trafic de bébés au Niger : la justice se déclare incompétente

Se déclarant incompétent, le tribunal correctionnel de Niamey a décidé vendredi d'abandonner les poursuites à l'encontre d'une vingtaine de personnes accusées d'avoir participé &agr[...]

Boko Haram : intervention tchadienne, présence française et métastases

La lutte contre Boko Haram est LE sujet du sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union africaine qui se tient du 30 au 31 janvier à Addis-Abeba. Dernières nouvelles du front.[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

ONU - Hiroute Guebre Sellassie : "Boko Haram nous concerne tous"

Pour Hiroute Guebre Sellassie, l’envoyée spéciale de Ban Ki-moon au Sahel, Boko Haram n’est pas que le problème du Nigeria et la communauté internationale doit se mobiliser avant[...]

Niger : des artistes chantent contre les violences communautaires

Dix jours après de graves émeutes anti-chrétiennes consécutives à la publication de la caricature du prophète Mahomet en une du journal "Charlie Hebdo", plusieurs artistes[...]

Jusqu'où ira Boko Haram ?

Le monstre grandit aux confins du Nigeria. Villes et villages tombent les uns après les autres, toujours dans le sang, et personne ne paraît en mesure d'arrêter les islamistes armés. Ni le[...]

Niger : libération des 90 opposants arrêtés après un rassemblement interdit

Quatre-vingt dix manifestants arrêtés dimanche à Niamey lors d'un rassemblement politique interdit par les autorités ont été remis en liberté, a-t-on appris vendredi auprès[...]

Boko Haram : Shekau menace Déby, Biya et Issoufou

Dans une mise en scène vidéo dont il est coutumier, Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, a défié les pays voisins du Nigeria de l'attaquer, au moment où ceux-ci se sont réunis[...]

Mgr Judes Bicaba, évêque burkinabè : "Après un incendie, les braises ne s'éteignent pas tout de suite"

Monseigneur Judes Bicaba préside depuis 2005 le diocèse de Dégoudou dans le nord du Burkina Faso. Il revient pour Jeune Afrique sur les évènements des 16 au 18 janvier au Niger, où 45[...]

Sécurité : à Niamey, la communauté internationale s'est réunie contre Boko Haram

Une vingtaine de pays et d'organisations régionales et internationales se sont réunies ce mardi à Niamey pour tenter de mettre sur pied une force multinationale efficace contre l'avancée du groupe[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers