Extension Factory Builder

Mehdi Houas : "Le secteur touristique tunisien est à revoir de fond en comble"

12/04/2011 à 17:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mehdi Houas est le ministre tunisien du Commerce et Tourisme. Mehdi Houas est le ministre tunisien du Commerce et Tourisme. © AFP

Entretien avec le ministre du Commerce et du Tourisme au lendemain d'une révolution qui a ébranlé le secteur touristique en Tunisie.

Jeune Afrique : Quel est le bilan de l’impact de la révolution sur le tourisme ?

Mehdi Houas : Sur les deux premiers mois de l’année, nous avons détruit environ 30 000 emplois, et les recettes touristiques ont enregistré une baisse de plus de 40 %. Si nous parvenons à réaliser 60 % de notre objectif de départ, nous aurons sauvé notre saison. Bien que l’activité soit à venir et s’étale entre avril et octobre, nous avons déjà perdu les réservations des familles qui prévoient leurs vacances à l’avance. De plus, la Tunisie recevait 2 millions de Libyens chaque année : la situation du pays voisin est un nouveau coup dur pour notre industrie touristique.

Que deviendront les biens des Ben Ali-Trabelsi dans le secteur ?

Nous avons répertorié 25 hôtels appartenant au clan Ben Ali-Trabelsi. Ils ont tous été nationalisés et mis dans un fonds. Une réflexion est actuellement en cours pour voir la façon dont ce fonds pourra être redistribué au peuple tunisien.

Les opérateurs tunisiens doivent-ils brader les tarifs pour attirer les touristes ?

Je leur ai demandé dès le départ de ne pas céder à la facilité. 2011 sera une année très difficile, il est certain que le secteur perdra de l’argent. Mais on peut éviter de brader les tarifs et regarder les choses différemment en se disant qu’on est en train d’investir pour l’année prochaine. En Allemagne [au salon du tourisme de Berlin, du 7 au 11 mars, NDLR], j’ai été provocateur et je leur ai dit : “Si j’étais vous, j’augmenterais les prix de 10 % ou 15 %. C’est une quote-part citoyenne.”

Quelles sont vos priorités aujourd’hui ?

Le secteur touristique est à revoir de fond en comble. Dans l’immédiat, ma responsabilité est d’opérer une relance avec l’offre dont dispose la Tunisie actuellement, et franchement, le produit n’est pas mauvais. Mais la Tunisie ne doit pas se limiter à une offre bon marché, elle possède les compétences pour proposer des prestations haut de gamme. En attendant, nous allons dès cette année faire la promotion du centre du pays, notamment autour des sites archéologiques : une réflexion est en cours pour les valoriser avec des sons et lumières et y installer des infrastructures de base.

___

Propos recueillis par Julien Clémençot.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

Les Tunisiens votent pour élire un président et tourner la page de la transition

En se choisissant un nouveau chef d’État dimanche, la Tunisie tournait, avec émotion ou indifférence, la page d’une transition postrévolutionnaire qui aura duré quatre ans. Un scrut[...]

Présidentielle historique en Tunisie, un mort dans une attaque

Les Tunisiens votaient dimanche pour élire leur président après une transition chaotique de quatre ans dans ce pays où les tensions restent vives, un homme armé ayant été[...]

Présidentielle tunisienne : soulagement général à la fin de la campagne

Le 21 décembre, les Tunisiens décideront qui de Moncef Marzouki ou Béji Caïd Essebsi sera le premier président postrévolution légitimé par les urnes. Jusqu’au bout, les[...]

Tunisie : fin de la campagne pour le second tour de l'élection présidentielle

Les Tunisiens de l'étranger, notamment en France, ont commencé à voter dès vendredi, dernier jour de la campagne pour le second tour de la présidentielle, qui opposera dimanche Moncef Marzouki[...]

Tunisie : le "cas" Marzouki divise Ennahdha

À quelques jours de la présidentielle, au sein du parti islmaiste tunisien Ennahdha, on se demande comment gérer le "cas" Moncef Marzouki avec un minimum de dommages collatéraux ?[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, mercredi, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la[...]

Tunisie - Aziz Krichen : "Marzouki est l'esclave de sa propre passion dévorante du pouvoir"

À quelques jours du second tour du scrutin présidentiel prévu le 21 décembre, Aziz Krichen, ancien ministre-conseiller en affaires politiques de Moncef Marzouki, analyse les récents changements[...]

Tunisie : Hamadi Jebali, à droite toute !

Déçu des orientations prises par Ennahdha, le dirigeant islamiste tunisien claque la porte du parti. Et prépare la suite... en essayant de doubler Marzouki sur sa droite.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers