Extension Factory Builder

Francis Sorin : "Le nucléaire a une image dégradée, mais nous en avons besoin"

29/03/2011 à 17:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cheminées d'une centrale nucléaire. Cheminées d'une centrale nucléaire. © AFP

La catastrophe au Japon met en lumière les risques de cette technologie, mais selon cet expert, les besoins énergétiques sont tels qu’il est inenvisageable de s’en passer.

Jeune Afrique : Comment expliquer une telle série de défaillances dans la centrale de Fukushima ?

Francis Sorin : La centrale puisait l’eau de refroidissement dans la mer, mais le tsunami a détérioré ses pompes et bloqué le système de refroidissement. Le cœur des réacteurs [sur les six réacteurs, trois étaient à l’arrêt au moment de la catastrophe, NDLR] a alors commencé à chauffer. Les systèmes de secours et les groupes électrogènes n’ont pu prendre le relais car le tremblement de terre avait également mis hors d’usage le réseau électrique.

Francis Sorin, directeur du Pôle information de la Société française d'énergie nucléaire. ©D.R.

Pourquoi et comment cette surchauffe du cœur du réacteur conduit à une explosion ?

Les éléments combustibles n’étant plus immergés, ils produisent avec l’air de l’hydrogène – qui, au contact de l’oxygène, explose. Puis, étant donné la très forte température, l’eau se transforme en vapeur d’eau. Ce mélange vapeur-hydrogène provoque une surpression. Les ingénieurs de Tepco, l’exploitant, ont alors dépressurisé l’enceinte de confinement en le rejetant dans le bâtiment. Ils savaient qu’ils risquaient une explosion, mais c’était un moindre mal : mieux vaut une explosion de la structure du bâtiment que dans la cuve du réacteur.

Comme à Tchernobyl ?

La centrale de Tchernobyl n’avait pas d’enceinte de confinement. Le cœur en fusion s’est donc retrouvé à l’air libre. Qui plus est, l’incendie du graphite [forme de carbone utilisée à Tchernobyl] a propulsé les produits radioactifs dans l’atmosphère.

Quels sont les risques de contamination à Fukushima ?

À partir du moment où des matières radioactives s’échappent lors de l’explosion, il y a contamination, mais à faible intensité. En revanche, si les enceintes de confinement lâchent, les éléments très radioactifs du cœur vont émettre par rayonnement des radiations autour du site. C’est ce que l’on appelle l’irradiation. Et puis il y a la contamination via les retombées d’atomes radioactifs qui se répandent dans l’environnement.

Cette catastrophe au Japon peut-elle remettre en cause l’appétence pour l’énergie nucléaire au niveau mondial ?

Oui. Le nucléaire va avoir une image dégradée, mais nous en avons besoin. La population sera de 9 milliards d’habitants en 2050, la demande énergétique va donc augmenter, même si on fait des économies. Or les combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon), sur lesquels on s’appuie pour produire 85 % de l’énergie mondiale, sont en voie de raréfaction et émettent des gaz à effet de serre, dont le CO2. Le nucléaire (6,5 %) est, lui, capable de prendre le relais, car les autres énergies renouvelables ne peuvent répondre à la demande : l’hydraulique ne représente que 2,5 % de la production, le solaire et l’éolien oscillent entre 1 % et 2 % malgré de considérables investissements, le reste étant de la biomasse.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Tomi, IBK, Bongo : des écoutes embarrassantes

Des chefs d’Etat étrangers, qui plus est des amis de la France, écoutés dans le cadre d’investigations judiciaires ? Voilà qui, d’un point de vue diplomatique, et même si [...]

François Durpaire : "La commémoration de la fin de l'esclavage est l'affaire de tous"

François Durpaire est historien, membre du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage.[...]

Birmanie : les nouveaux boat people

Plus d'un million de Rohingyas, musulmans, sont privés de tout droit et confinés dans des camps de déplacés dans des conditions déplorables. Leur seul espoir ? Fuir par la mer. Au[...]

Niger - Putsch de Seyni Kountché : et si la France n'y était pour rien ?

On croyait tout savoir de la chute du président Diori, en 1974. Mais des archives encore confidentielles suggèrent que le putschiste Seyni Kountché a pris tout le monde de court. Y compris Paris.[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

"Princess of North Sudan" : Disney accusé de glorifier le colonialisme

Le prochain Disney, encore dans les cartons, s'appuie sur l'histoire vraie d'un Américain venu planter l'étendard familial dans le nord du Soudan pour faire de sa fille une "princesse"... Au mépris[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Chine-Taïwan : nuages noirs sur le détroit

À huit mois d'une élection présidentielle à haut risque, la poignée de main très médiatisée entre Xi Jinping et Eric Chu Li-luan ne doit pas faire illusion :[...]

Génocide des Tutsis au Rwanda : déjà condamné en Allemagne, Rwabukombe sera rejugé

L'ancien maire rwandais Onesphore Rwabukombe, condamné l'an passé pour "complicité" dans le génocide des Tutsis en 1994, encourt désormais la perpétuité. Il est[...]

Union européenne : Brexit* or not Brexit ?

Après son succès aux législatives du 7 mai, David Cameron va devoir organiser l'an prochain un référendum sur l'éventuel retrait de son pays de l'Union européenne.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers