Extension Factory Builder

Francis Sorin : "Le nucléaire a une image dégradée, mais nous en avons besoin"

29/03/2011 à 17:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Cheminées d'une centrale nucléaire. Cheminées d'une centrale nucléaire. © AFP

La catastrophe au Japon met en lumière les risques de cette technologie, mais selon cet expert, les besoins énergétiques sont tels qu’il est inenvisageable de s’en passer.

Jeune Afrique : Comment expliquer une telle série de défaillances dans la centrale de Fukushima ?

Francis Sorin : La centrale puisait l’eau de refroidissement dans la mer, mais le tsunami a détérioré ses pompes et bloqué le système de refroidissement. Le cœur des réacteurs [sur les six réacteurs, trois étaient à l’arrêt au moment de la catastrophe, NDLR] a alors commencé à chauffer. Les systèmes de secours et les groupes électrogènes n’ont pu prendre le relais car le tremblement de terre avait également mis hors d’usage le réseau électrique.

Francis Sorin, directeur du Pôle information de la Société française d'énergie nucléaire. ©D.R.

Pourquoi et comment cette surchauffe du cœur du réacteur conduit à une explosion ?

Les éléments combustibles n’étant plus immergés, ils produisent avec l’air de l’hydrogène – qui, au contact de l’oxygène, explose. Puis, étant donné la très forte température, l’eau se transforme en vapeur d’eau. Ce mélange vapeur-hydrogène provoque une surpression. Les ingénieurs de Tepco, l’exploitant, ont alors dépressurisé l’enceinte de confinement en le rejetant dans le bâtiment. Ils savaient qu’ils risquaient une explosion, mais c’était un moindre mal : mieux vaut une explosion de la structure du bâtiment que dans la cuve du réacteur.

Comme à Tchernobyl ?

La centrale de Tchernobyl n’avait pas d’enceinte de confinement. Le cœur en fusion s’est donc retrouvé à l’air libre. Qui plus est, l’incendie du graphite [forme de carbone utilisée à Tchernobyl] a propulsé les produits radioactifs dans l’atmosphère.

Quels sont les risques de contamination à Fukushima ?

À partir du moment où des matières radioactives s’échappent lors de l’explosion, il y a contamination, mais à faible intensité. En revanche, si les enceintes de confinement lâchent, les éléments très radioactifs du cœur vont émettre par rayonnement des radiations autour du site. C’est ce que l’on appelle l’irradiation. Et puis il y a la contamination via les retombées d’atomes radioactifs qui se répandent dans l’environnement.

Cette catastrophe au Japon peut-elle remettre en cause l’appétence pour l’énergie nucléaire au niveau mondial ?

Oui. Le nucléaire va avoir une image dégradée, mais nous en avons besoin. La population sera de 9 milliards d’habitants en 2050, la demande énergétique va donc augmenter, même si on fait des économies. Or les combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon), sur lesquels on s’appuie pour produire 85 % de l’énergie mondiale, sont en voie de raréfaction et émettent des gaz à effet de serre, dont le CO2. Le nucléaire (6,5 %) est, lui, capable de prendre le relais, car les autres énergies renouvelables ne peuvent répondre à la demande : l’hydraulique ne représente que 2,5 % de la production, le solaire et l’éolien oscillent entre 1 % et 2 % malgré de considérables investissements, le reste étant de la biomasse.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Après Cuba, l'Iran, la Palestine

Retenons cette date du 17 décembre 2014 : elle marque un tournant dans les relations internationales et, sachons-le, ce premier tournant pourrait en annoncer d'autres tout aussi positifs et qui sont susceptibles [...]

Livres : et il est comment Poilus nègres, le dernier livre de Serge Bilé ?

L'écrivain et polémiste Serge Bilé a publié Poilus nègres pour rendre hommage aux anciens combattants africains de la Première guerre mondiale. À sa manière, et donc avec[...]

Réveillon africain pour Jean-Yves Le Drian

Le ministre français de la Défense passera la nuit du 31 décembre en compagnie des troupes engagées sur le terrain. Soit, en Afrique, bien sûr.[...]

Décès de la journaliste Colette Berthoud

Colette Berthoud est décédée à Paris le  25 décembre 2014  des suites d'un cancer. La journaliste avait créé la première émission de santé de RFI en[...]

Corée du sud : l'héritière, l'hôtesse et les cacahuètes

Être la fille du patron de Korean Air ne donne pas le droit de traiter comme un chien le petit personnel ? Décidément, les traditions se perdent au pays du Matin clair ![...]

Dossier : ces avocats français qui se pressent en Afrique

De confortables honoraires, une grande exposition médiatique, le tout dans un cadre juridique familier, hérité du temps des colonies... Quelles que soient la complexité des dossiers ou la[...]

Francophonie : l'élan du Canada

La participation d'Ottawa au budget de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) augmente, alors que celle de Paris ne cesse de diminuer. Est-ce la clé de l'élection de Michaëlle Jean ?[...]

Le pape François dénonce la persécution brutale des jihadistes contre les chrétiens

Le pape a dénoncé la "persécution brutale" des chrétiens d'Irak et de Syrie par le groupe Etat islamique (EI), et fustigé, jeudi lors de sa bénédiction de Noël, les[...]

Le pape François célèbre Noël sur fond de guerre et de fondamentalisme religieux

Le pape François célèbre jeudi la fête de Noël, en envoyant à 1,2 milliard de catholiques sa bénédiction "urbi et orbi", sur fond de guerres et de fondamentalisme[...]

Meurtres de Noirs par la police aux États-Unis : arrêtez le massacre !

Depuis 2006, une centaine de jeunes Noirs sont tués chaque année par des policiers blancs. Le plus souvent sans raison. Et en toute impunité.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers