Extension Factory Builder
10/03/2011 à 12:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le Pr. Wantchékon va bientôt publier une biographie sur son odyssée en dehors du Bénin. Le Pr. Wantchékon va bientôt publier une biographie sur son odyssée en dehors du Bénin. © Pascal Perich pour J.A.

Si cet économiste béninois enseigne aujourd’hui aux États-Unis, il entend bien créer dans son pays, à Akassato, une African School of Economics incontournable.

« Je veux être le plus grand économiste africain… Si je ne le suis pas déjà. » Dans son lumineux bureau au cœur de Manhattan, Léonard Wantchékon, professeur d’économie politique à la New York University (NYU), ne tarde pas à afficher la couleur. Il faut dire que ce Béninois de 54 ans aux mains fines et au regard espiègle a des arguments à faire valoir.

Salué par ses pairs, consulté régulièrement par la Banque mondiale, demandé par les universités les plus prestigieuses – il est en pourparlers pour rejoindre Princeton –, Wantchékon se place dans les bons temps de passage. Son dernier projet ? La création d’une École africaine d’économie (ASE, selon l’acronyme anglais) basée à Akassato, à 35 km de Cotonou (Bénin), qui, dès son ouverture, en 2014, « formera chaque année environ cinq cents étudiants et sera le lieu de regroupement de l’élite africaine ». Modèle ? La London School of Economics. Excellence, on vous dit…

« L’une de mes passions est d’essayer de comprendre les différences entre les pays africains quant à leur niveau de démocratisation. » Explications culturalistes, sous-développement chronique, le professeur Wantchékon – qui mâtine ses propos en français d’un « I mean » hérité de ses vingt ans aux États-Unis – balaie ces idées reçues avec passion. Et propose une boîte à concepts, profondément enracinés dans la réalité africaine.

Poids de l’esclavage pour expliquer le manque de confiance dans les relations professionnelles au Bénin, malédiction que représentent les ressources naturelles pour la démocratisation de pays comme le Gabon, l’Algérie ou le Nigeria, ses travaux sont éclectiques et novateurs.

Son dernier « paper » puise dans l’histoire des indépendances africaines. Avec cette conclusion : plus la lutte anticoloniale se sera développée en milieu urbain, cas du Bénin, plus il y aura eu de chances qu’elle aboutisse à un système démocratique. « Le fait que les fellaghas algériens aient gagné les montagnes pour lutter contre les Français a eu une influence sur le niveau de démocratie, aujourd’hui, en Algérie. »

La démocratie, ce fils de paysans né à Zagnanado, dans le centre du Bénin, de l’ethnie fon, en connaît le prix. Avant de la théoriser, il en fit la pratique, douloureuse. Étudiant activiste en lutte contre la dictature de Mathieu Kérékou, président du Bénin de 1972 à 1990, il fut emprisonné en 1985 et torturé près d’une année dans les différentes geôles du régime. Passé à tabac, obligé de rester debout des journées entières, Wantchékon – fluet physiquement et souffrant de rhumatismes aggravés – en garde aujourd’hui les stigmates.

Comme pour beaucoup de dissidents, le salut fut dans l’exil. Wantchékon s’évade en 1986 et rejoint le Nigeria. Après avoir déposé une demande d’asile politique dans les consulats occidentaux de Lagos, il s’envole finalement en 1987 pour le Canada, seul pays, avec la Suède, à avoir accepté son dossier (la France ayant, elle, refusé).

L’ex-révolutionnaire, directeur d’un journal clandestin (Les Lances intrépides), se met alors à gravir les marches de l’excellence universitaire. À Québec, puis aux États-Unis, où il décroche son doctorat en économie à la Northwestern University en 1995, sous la direction de Roger Myerson, qui recevra le prix Nobel d’économie en 2007. Non sans difficultés : froid, préjugés racistes de certains de ses collègues américains, solitude. Jusqu’à ce que sa femme, Catherine, le rejoigne, en 1991… Wantchékon a tout consigné de son odyssée dans une autobiographie qu’il cherche à publier. Titre provisoire ? Rêver à contre-courant.

« Aux États-Unis, j’ai appris l’idée de responsabilité personnelle. Ici, il y a toujours une possibilité. Rien n’est fermé. Ils cherchent toujours la perle rare. » À l’inverse du système français, plus frileux, pointe-t-il, même si l’un de ses modèles est l’École d’économie de Toulouse, fondée par l’économiste français, aujourd’hui décédé, Jean-Jacques Laffont, « mon maître ». Avant d’ajouter : « Il n’y aura pas de déclin américain tant qu’il y aura ces grandes universités où les élites se retrouvent. »

Cette émulation a quelque peu quitté ce père de deux enfants, qui a la double nationalité, américaine et béninoise, lorsqu’il a déménagé pour Harlem – il habitait auparavant à deux pas de la NYU – afin de partager davantage l’expérience des Africains-Américains. À ceux qu’il rencontre, son parcours sert souvent d’exemple. Et le voilà qui déplore : « Les étudiants noirs-américains sont encore très focalisés sur les questions de race. »

Cours, encadrement de ses douze étudiants en thèse – qu’il reçoit parfois en chaussettes dans son bureau –, montage financier de son école, Wantchékon travaille beaucoup. Son loisir et sa passion ? Le football. Photo de son fils Travis ballon au pied, page internet bloquée sur un site de foot pendant notre entretien… Mais là encore, pour ce panafricaniste revendiqué, l’Afrique n’est pas loin. « L’épopée du Tout Puissant Mazembe [équipe de foot de la République démocratique du Congo, finaliste du mondial des clubs en 2010, NDLR] est une fierté pour toute l’Afrique. Des joueurs africains entraînés par un entraîneur africain ! Pourquoi aller chercher des entraîneurs étrangers ? Regardez le Cameroun, qui a obtenu la médaille d’or à Sydney en 2000 [avec l’entraîneur camerounais Jean-Paul Akono] et, maintenant, le TP Mazembe ! »

Origine, recherches, emploi du temps – il y passe trois mois par an –, tout ramène Wantchékon à l’Afrique. Cette dernière ne s’est pourtant pas toujours montrée bonne fille. S’il est reconnu outre-Atlantique, il ne l’est en effet pas, ou pas assez, en Afrique.

Il n’a jamais été invité, par exemple, à parler devant les institutions africaines dans ses différents domaines d’expertise. Lors d’un séminaire sur la malédiction des ressources naturelles, l’Union africaine a ainsi préféré faire appel à un Britannique qui s’est contenté de reprendre les conclusions de Wantchékon ! Situation qui n’est pas sans avantage. « Il y a un prix à payer à être l’éminence grise d’hommes politiques beaucoup plus préoccupés par le pouvoir. Pas étonnant que les professeurs africains les plus connus comme Souleymane Bachir Diagne (Columbia) et Wole Soboyejo (Princeton) restent entièrement à l’extérieur du jeu politique. »

De cette frustration face à une Afrique complexée, Wantchékon a fait son moteur intime. Celui, aussi, de son dernier projet, cette fameuse École africaine d’économie qui devrait attirer, grâce à des salaires élevés, les meilleurs professeurs du monde. Un système de bourse et de mécénat permettra d’accueillir des étudiants de tout le continent, mais aussi du reste du monde.

L’ASE œuvrera par la formation de son élite au développement de l’Afrique. Mais permettra aussi – son fondateur l’avoue sans ambages – d’imposer davantage Wantchékon sur la scène intellectuelle et politique africaine. Qui finira bien un jour par reconnaître son enfant prodigue.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Bénin

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

Boko Haram : pourquoi la coopération régionale patine

L'Assemblée nationale tchadienne a autorisé vendredi à l'unanimité l'envoi de soldats tchadiens au Cameroun et au Nigeria pour lutter contre le groupe islamiste Boko Haram. De quoi redynamiser la coop[...]

Marche "Je suis Charlie" : les couacs des présidents africains

Absents ou présents, les dirigeants africains ont, à leur manière, fait l’actualité de la manifestation parisienne en mémoire des victimes de "Charlie Hebdo"…[...]

Bénin : Reckya Madougou, pasionaria de l'économie sociale

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

France : la "marche républicaine" des dirigeants africains à Paris

Plusieurs présidents et ministres du continent ont défilé dimanche à Paris aux côtés de dirigeants du monde entier pour la "marche républicaine" contre le terrorisme. De la[...]

Bénin : Angélique Kidjo, diva engagée

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Élections au Bénin : très chère Lepi

À quatre mois des législatives et à quinze mois de la présidentielle - sans parler des élections locales censées se tenir depuis près de deux ans mais qui ne sont[...]

Bénin : Patrice Talon contre Boni Yayi, c'est reparti !

On croyait le contentieux apuré entre l'homme d'affaires Patrice Talon et le président béninois Thomas Boni Yayi depuis que le second avait accordé son pardon au premier, en mai 2014. Il[...]

Bénin : le procès du trafic de bébés s'ouvrira le 2 janvier à Niamey

Le procès de l'ex-président du Parlement du Niger et opposant, Hama Amadou, et d'une vingtaine de personnes dont son épouse, impliquées dans un présumé trafic international de[...]

Bénin : un réfugié burkinabè nommé François Compaoré

Disparu de la circulation depuis la démission de son frère Blaise, le 31 octobre dernier, François Compaoré a refait surface. "Jeune Afrique" a retrouvé sa trace... près de[...]

Abdoulaye Bio-Tchané : "Le chômage des jeunes est un enjeu de sécurité nationale"

L’économiste béninois, président du Fonds africain de garantie, pose un regard lucide sur les défis économiques et sociaux que son pays doit relever.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers