Extension Factory Builder
09/03/2011 à 11:49
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Terence et Dida, le 30 avril 2010 à Genève. Terence et Dida, le 30 avril 2010 à Genève. © Olivier Vogelsang pour J.A.

Installé à Genève, ce tandem sénégalo-camerounais a créé Money Cash, service international de transfert de fonds. Ahmedoune Dida Diagne et Terence Niba travaillent aujourd’hui sur d’autres projets...

Septembre 1999 : rentrée universitaire à la cité U de Genève. D’un côté du couloir : Ahmedoune Dida Diagne le noceur, avec ses dîners et soirées à répétition. De l’autre : Terence Niba le réservé, qui, excédé par les décibels de son voisin ou peut-être désireux de se joindre à la fête, vient un soir frapper à la porte 108. À peine trois ans plus tard, Terence Niba et Dida Diagne, associés, montent leur entreprise.

Drôle de tandem que ces deux anciens étudiants en économie qui n’ont, a priori, pas grand-chose en commun, si ce n’est un sens presque inné du commerce. « C’est comme ça, explique Terence Niba, je suis un homme d’affaires par excellence. Toujours en train de chercher à créer de la plus-value. À 11 ans, j’avais déjà monté un business de vente de glaces pour me payer de nouveaux pantalons. » Élevé dans le quartier très commerçant de Ndogbati 2, à Douala, Terence Niba avait en effet de qui tenir : un père banquier, marié à une brodeuse qui disposait de son propre atelier. À 3 000 km de là, à Dakar, Ahmedoune Dida Diagne, élevé par un frère aîné n’ayant pas hésité à démissionner d’un poste prestigieux – directeur national de la Régie des chemins de fer – pour monter son entreprise, ne s’imaginait pas autrement qu’en « self-made-man ».

C’est donc tout naturellement que Terence Niba et Ahmedoune Dida Diagne se sont lancés dans des études d’économie, l’un à Yaoundé, l’autre à Saint-Louis du Sénégal. Mais tandis qu’après les cours Terence Niba se retirait au calme pour pratiquer le yoga auquel l’avait initié un camarade de lycée, Ahmedoune Dida Diagne, lui, se faisait tribun et lobbyiste. « J’appartenais à la Coordination des jeunesses panafricaines, un mouvement étudiant, se souvient Diagne. On lisait Senghor, Cheikh Anta Diop. On est allés jusqu’au Mali, au Niger, en Guinée-Bissau, en train et en bus, de nuit et de jour, pour parler du panafricanisme. Ça n’était pas une mince affaire : même aujourd’hui, il est plus facile d’aller de Dakar à Paris que de Dakar au Mali ! Mais on avait des convictions. Nous pensions qu’une Afrique qui se présente sur la scène internationale en ordre dispersé ne pèse pas grand-chose. Aujourd’hui encore, j’attends la création des États-Unis d’Afrique ! »

Faute d’États-Unis, ce sont en quelque sorte des « comptes unis » d’Afrique que le tandem Niba-Diagne a mis sur pied en créant Money Cash, un service qui permet à la diaspora d’envoyer de l’argent au pays à moindre coût. L’entité est créée à Genève en 2004 dans le cadre de la SARL qu’ils ont montée deux ans plus tôt, Osmose Finances, spécialisée dans la comptabilité.

C’est bien entendu en faisant la queue au guichet de Western Union que l’idée de Money Cash est venue. « Étudiant, je travaillais chez McDonald’s pour arrondir les fins de mois. C’était rageant de payer des commissions élevées quand j’envoyais de l’argent à la famille, alors que chaque franc comptait », raconte Diagne. « Western Union et MoneyGram étaient pour ainsi dire les seuls dans ce secteur, alors ils pouvaient se permettre de grosses marges, poursuit Terence Niba. On s’est dit qu’il y avait un marché à développer si nous arrivions à casser les prix. »

Pour faire face aux géants que sont Western Union et MoneyGram, Niba et Diagne jouent sur les tarifs. Mais ils exploitent aussi un second atout : l’identité africaine. « On a fait un marketing ethnique. Cela nous a aidés, mais seulement parce que nous proposions un produit intéressant, crédible », estime Terence Niba. Pour asseoir cette crédibilité et étendre leur réseau, les deux entrepreneurs voient rapidement la nécessité de s’unir à une grande institution bancaire. En 2008, c’est chose faite : Osmose Finances vend 54 % des parts de Money Cash au groupe Banque Atlantique, présent dans huit pays africains. L’accord ouvre la porte à 300 guichets supplémentaires. Pourtant, convaincre les banques africaines n’est pas toujours facile. « On rencontre souvent un certain protectionnisme, explique Diagne. On est une structure jeune, alors, face à des banques qui ont 50 ou 60 ans et souhaitent protéger leurs investisseurs, il est parfois difficile de se positionner. »

Avec 400 guichets dans le monde, le jeune Money Cash est bien loin derrière le « vieux » leader Western Union, avec ses cent cinquante ans d’histoire et ses quelque 435 000 points de vente. Pas facile de se faire une place dans un contexte de crise économique et face à une concurrence féroce. Mais Kone Nanga, directeur général de la compagnie, affirme sa confiance : « L’appartenance de Money Cash à un groupe financier africain est un véritable avantage sur le continent. Ce n’est pas comme s’il s’agissait d’une compagnie venue du Colorado ! Cette proximité avec la clientèle africaine est un véritable atout. » À Genève, Terence et Dida apprécient un « climat économique propice aux affaires » et l’ouverture d’esprit d’une nation cosmopolite. Ils veulent « créer de l’emploi et de la richesse », une manière de répondre à ceux qui « cantonnent l’Afrique à un rôle d’exportatrice d’immigrés profiteurs ».

« Créer de l’emploi et de la richesse, participer à ce qui se passe de bien en Suisse » : tel est le credo du duo qui, parallèlement à Money Cash, explore d’autres secteurs. Le premier a ouvert une boîte de nuit, le second deux bagageries avant de lancer, dans les semaines qui viennent, Buro+, une gamme de matériel de bureautique vendue dans les commerces de proximité.

Mariés en Suisse et pères de familles nombreuses, Terence Niba et Ahmedoune Dida Diagne ne se voient plus vivre en Afrique. « En revanche, je prévois d’y emmener mes trois filles, souligne Terence Niba. Il faut voir comme elles ont les yeux qui brillent quand je leur raconte des histoires camerounaises ! » Quand il rentre au pays, il aime partir à la pêche en pirogue, à Sakbayeme, près de Pouma, où il a vécu. Mais les deux associés entendent aussi participer à l’économie de leurs pays. Diagne a créé il y a trois ans une boulangerie à Dakar qui emploie une quarantaine de personnes. Quant à Niba, il prévoit d’ouvrir une savonnerie près de Pouma, entre Yaoundé et Douala. « C’est une zone qui se vide parce qu’il n’y a pas d’industries. Il faut y créer de l’emploi ! » Un projet que le businessman entend ensuite dupliquer dans d’autres pays africains… tout en continuant à étendre le réseau Money Cash.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

Les Camerounais sont-ils trop gourmands ?

En ce mois de juillet, la question de la nourriture ne concerne pas que ceux qui s’en privent pour des raisons de pratique religieuse. Elle taraude ceux qui en sont privés, quand bien même leur budget aliment[...]

Cameroun : le parlement autorise la ratification de l'APE intérimaire

L’accord prévoit un démantèlement tarifaire sur les quinze prochaines années et une libéralisation de 80% des importations venant de l’Union européenne. Devant le blocage des[...]

Expatriés : les villes africaines toujours plus chères !

Les classements 2014 des cabinets Mercer et ECA International montrent que les villes africaines sont toujours plus chères pour les expatriés. En cause : une dépendance forte vis-à-vis des importations[...]

La Cemac entre rebelles, islamistes et pirates

C'est devant une Cemac impuissante que l'État centrafricain s'est effondré. Certes, la Communauté a tenté de s'interposer entre les parties en conflit. Mais pour mieux constater ensuite son[...]

Mondial 2014 - Mboma : "Le Brésil de Scolari n'a jamais voulu changer de système de jeu"

Comme tout le monde, Patrick Mboma a été estomaqué par la demi-finale perdue par le Brésil face à l’Allemagne (1-7), mardi 8 juillet au soir. L’ancien attaquant international[...]

Cyclisme africain : pas de Tour de France, mais un sacré braquet !

On espérait des Sud-Africains et des Érythréens sur les routes du Tour de France. Mais, cette année encore, la compétition est orpheline du continent. Pourtant, l'Afrique est loin d'être[...]

Cameroun : Zang Adzaba et son Cardiopad, le coeur sur la main

Son invention pourrait sauver des vies... et a déjà bouleversé la sienne. À 26 ans, Arthur Zang Adzaba est le jeune papa du Cardiopad. Il a reçu le prix Rolex à l'esprit[...]

Cemac : l'histoire d'un long accouchement

Surprise ! Le 16 mars 1994 à N'Djamena, au Tchad, l'Union douanière et économique des États de l'Afrique centrale (Udeac) est morte, sans signe avant-coureur. Elle est remplacée, le[...]

Cemac : vingt ans... et des regrets

Gabegie administrative, projets en suspens, scandales financiers et rivalités politiques affaiblissent une organisation régionale dont les membres ne parviennent pas à définir une politique[...]

Voyager dans la zone Cemac : bakchichs, barrages, parano sécuritaire... Le parcours du combattant

Frontières tantôt ouvertes tantôt fermées, Bakchichs, barrages, paranoïa sécuritaire... La traversée des pays membres de la Communauté économique et monétaire[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers