Extension Factory Builder

Jack Lang : "La France n'a plus de politique internationale"

21/02/2011 à 15:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jack Lang. Jack Lang. © Reuters

L’ancien ministre français Jack Lang vient de remettre aux Nations unies un rapport sur la piraterie au large de la Somalie. L’occasion pour lui de dénoncer la complaisance de Paris vis-à-vis du régime Ben Ali. Et de s’expliquer sur le cas Gbagbo.

Jeune Afrique : Comment expliquer l’embarras et la frilosité de la France face aux révolutions tunisienne et égyptienne ?

Jack Lang : Il y a la crainte que l’ancien colonisateur s’immisce dans la vie intérieure de ces pays, mais cet argument n’est qu’un prétexte. Fondamentalement, il manque à la France une ligne. Une politique internationale doit trouver la ligne de crête entre l’exigence de relations d’État à État et l’attention que l’on doit porter au respect des libertés. Les relations institutionnelles ne doivent pas se traduire par de la complaisance – parfois stipendiée – vis-à-vis de tel ou tel régime.

Est-ce le cas actuellement ?

À la différence de beaucoup d’autres, je ne découvre pas que la Tunisie et l’Égypte étaient des régimes d’oppression. Je ne me suis pas rendu à Tunis depuis une trentaine d’années. En 1997, président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, j’avais boycotté la visite de Ben Ali. Aujourd’hui, le gouvernement est totalement responsable.

Michèle Alliot-Marie doit-elle démissionner ?

Cette question est secondaire. C’est une responsabilité collective, qui concerne l’ensemble de la classe politique. On ne va pas demander à tout le monde de démissionner ! Quant aux responsables socialistes qui s’acharnent sur la ministre, qu’ont-ils dit sur Ben Ali ? Je ne les ai pas entendus. Que chacun fasse son autocritique.

À propos d’autocritique, parlons de Laurent Gbagbo. Depuis votre lettre du 5 décembre dans laquelle vous l’appeliez à reconnaître les résultats de l’élection présidentielle, avez-vous repris contact avec lui ?

Non, il est inaccessible.

Durant la campagne électorale, vous vous êtes rendu en Côte d’Ivoire pour lui apporter un « soutien amical ». Est-ce toujours un ami ?

Ce n’est pas un ami au sens intime du terme. Je lui portais une certaine sympathie, car je pensais, en conscience, qu’il pouvait favoriser l’établissement d’une véritable démocratie. Je suis attristé et déçu. Disons que je me suis trompé sur le personnage et que j’ai manqué de flair. Je découvre que c’est une sacrée tête de lard et qu’il a le cuir épais.

Pour lutter contre la piraterie au large de la Somalie, vous préconisez une « somalisation » de l’arsenal judiciaire, avec la création de tribunaux et la construction de prisons…

Fin 2010, je me suis rendu à deux reprises dans la région. Malgré le déploiement de forces maritimes internationales, les actes de piraterie se multiplient et les rançons sont de plus en plus élevées. Le coût est estimé à 7 milliards de dollars. Comment les 1 500 à 2 000 pirates n’auraient-ils pas un sentiment d’impunité ? Faute de débouché juridictionnel, ils sont remis en liberté neuf fois sur dix après avoir été interceptés. Il faut donc élaborer sur place un système de poursuites efficace et conforme au droit international. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Turquie : Erdogan et son ombre

Turquie : Erdogan et son ombre

Face à un président turc qui ne cesse d'accroître son pouvoir et d'étendre ses prérogatives, quel rôle pour Ahmet Davutoglu, son nouveau Premier ministre ?[...]

Niger : le Pentagone va ouvrir une deuxième base pour ses drones à Agadez

Après plusieurs mois de négociations, les autorités américaines et nigériennes ont trouvé un accord pour la création d'une base à Agadez d'où pourront désormais[...]

France : un gouvernement enfin cohérent, mais si fragile !

Après l'éviction d'Arnaud Montebourg et des ministres frondeurs, le gouvernement Valls II va pouvoir mener une politique ouvertement sociale-libérale. Ce changement de cap peut-il lui permettre de[...]

Racisme italien et humour de ses victimes

Quelle est la part d’humour dans le bras de fer entre le Congolais Clément Kikoko Kyenge et le président du Sénat italien Roberto Calderoli ? “Sans rire”, le second accuse le premier[...]

Santé : un test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme

Un nouveau test rapide et peu coûteux pour détecter le paludisme a été mis au point par des chercheurs de Singapour et des États-Unis. La maladie tropicale coûte la vie à 600 000[...]

Cisjordanie : Israël s'empare de 400 hectares de terres

Les autorités israéliennes ont annoncé, dimanche, le lancement d’une procédure d’appropriation de 400 hectares de terres situées en Cisjordanie, dans le secteur de Bethléem.[...]

Référendum

En brumeuse Écosse le 18 septembre, mais surtout, en ce qui nous concerne, au Burkina, dans les deux Congo, au Rwanda et au Burundi, cinq pays où pourraient être organisées dès 2015[...]

Inde : de la syrah au pays de Shiva

Alors que la consommation nationale de vin est en pleine croissance, plusieurs producteurs locaux commencent à se faire un nom. Parmi eux, Sula Vineyards, qui s'apprête à exporter... en France.[...]

Italie : le père de Cécile Kyenge a-t-il (vraiment) ensorcelé Roberto Calderoli ?

Connu notamment pour ses insultes racistes, Roberto Calderoli a affirmé mardi que le père de Cécile Kyenge l'avait ensorcelé. Et le sénateur italien dit détenir des preuves de ses[...]

France - Libye : Sarkozy, Kadhafi et la piste malienne

Comme l'a révélé J.A. en exclusivité, les juges qui enquêtent sur le financement de la campagne de l'ex-président français en 2007 ont adressé une demande d'entraide[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex