Extension Factory Builder

Jack Lang : "La France n'a plus de politique internationale"

21/02/2011 à 15:51
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Jack Lang. Jack Lang. © Reuters

L’ancien ministre français Jack Lang vient de remettre aux Nations unies un rapport sur la piraterie au large de la Somalie. L’occasion pour lui de dénoncer la complaisance de Paris vis-à-vis du régime Ben Ali. Et de s’expliquer sur le cas Gbagbo.

Jeune Afrique : Comment expliquer l’embarras et la frilosité de la France face aux révolutions tunisienne et égyptienne ?

Jack Lang : Il y a la crainte que l’ancien colonisateur s’immisce dans la vie intérieure de ces pays, mais cet argument n’est qu’un prétexte. Fondamentalement, il manque à la France une ligne. Une politique internationale doit trouver la ligne de crête entre l’exigence de relations d’État à État et l’attention que l’on doit porter au respect des libertés. Les relations institutionnelles ne doivent pas se traduire par de la complaisance – parfois stipendiée – vis-à-vis de tel ou tel régime.

Est-ce le cas actuellement ?

À la différence de beaucoup d’autres, je ne découvre pas que la Tunisie et l’Égypte étaient des régimes d’oppression. Je ne me suis pas rendu à Tunis depuis une trentaine d’années. En 1997, président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, j’avais boycotté la visite de Ben Ali. Aujourd’hui, le gouvernement est totalement responsable.

Michèle Alliot-Marie doit-elle démissionner ?

Cette question est secondaire. C’est une responsabilité collective, qui concerne l’ensemble de la classe politique. On ne va pas demander à tout le monde de démissionner ! Quant aux responsables socialistes qui s’acharnent sur la ministre, qu’ont-ils dit sur Ben Ali ? Je ne les ai pas entendus. Que chacun fasse son autocritique.

À propos d’autocritique, parlons de Laurent Gbagbo. Depuis votre lettre du 5 décembre dans laquelle vous l’appeliez à reconnaître les résultats de l’élection présidentielle, avez-vous repris contact avec lui ?

Non, il est inaccessible.

Durant la campagne électorale, vous vous êtes rendu en Côte d’Ivoire pour lui apporter un « soutien amical ». Est-ce toujours un ami ?

Ce n’est pas un ami au sens intime du terme. Je lui portais une certaine sympathie, car je pensais, en conscience, qu’il pouvait favoriser l’établissement d’une véritable démocratie. Je suis attristé et déçu. Disons que je me suis trompé sur le personnage et que j’ai manqué de flair. Je découvre que c’est une sacrée tête de lard et qu’il a le cuir épais.

Pour lutter contre la piraterie au large de la Somalie, vous préconisez une « somalisation » de l’arsenal judiciaire, avec la création de tribunaux et la construction de prisons…

Fin 2010, je me suis rendu à deux reprises dans la région. Malgré le déploiement de forces maritimes internationales, les actes de piraterie se multiplient et les rançons sont de plus en plus élevées. Le coût est estimé à 7 milliards de dollars. Comment les 1 500 à 2 000 pirates n’auraient-ils pas un sentiment d’impunité ? Faute de débouché juridictionnel, ils sont remis en liberté neuf fois sur dix après avoir été interceptés. Il faut donc élaborer sur place un système de poursuites efficace et conforme au droit international. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers