Extension Factory Builder
07/02/2011 à 10:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Depuis un mois, la polarisation médiatique et diplomatique sur les événements de Tunisie et d’Égypte a ouvert ce que l’on pourrait appeler une fenêtre d’opportunité pour quelques responsables subsahariens confrontés à des crises de légitimité et qui n’ignorent pas à quel point la fameuse communauté internationale est à la fois versatile et inconstante.

L’élection présidentielle en Centrafrique, contestée par l’opposition, est ainsi passée comme une lettre à la poste, à l’instar du tripatouillage constitutionnel en cours en RDC, qui a déjà débouché sur une modification du mode de scrutin.

Orfèvre en la matière, Laurent Gbagbo est sans doute celui qui a su le mieux mettre à profit ce détournement de focale pour que, imperceptiblement, ainsi que le démontrent les résultats « ivoiriens » du dernier sommet de l’Union africaine, on ne parle plus du problème (un coup d’État électoral), mais de la solution (comment s’en sortir sans recourir à une intervention militaire dont plus personne ne veut prendre la responsabilité).

À cet égard, on me permettra ces trois avertissements à l’usage des membres du panel des chefs d’État chargés par leurs confrères d’une énième médiation. Sachez que Gbagbo ne partira pas. Il n’est pas Ben Ali. Ni les sanctions, ni les menaces de la CPI, ni l’étau financier, qu’il estime pouvoir contourner des mois encore, ni la rue – d’autant qu’elle lui est majoritairement acquise à Abidjan –, ni les gesticulations militaires ne le feront bouger. C’est un survivant, prêt à mourir dans les décombres de son palais.

Sachez que Ouattara ne cédera pas. C’est le combat de sa vie, dans lequel il a engagé la totalité de ses proches et de ses partisans. Il y joue sa propre crédibilité, celle de l’ONU, de la Cedeao et de tous ceux qui, à l’extérieur, le soutiennent. Sachez enfin que l’un et l’autre ont désormais franchi le Rubicon, brûlé leurs vaisseaux, et qu’une conciliation entre les deux (trois avec Bédié) semble impossible tant leur affrontement a révélé de haines insoupçonnées. Cela étant dit, bonne chance et bon courage…

__

PS: Notre dernière enquête sur le bilan de Joseph Kabila a déclenché un petit tsunami politicomédiatique à Kinshasa. Aussitôt après nous avoir fait parvenir un long droit de réponse, le ministre de la Communication, Lambert Mende a, sur ordre, été le lire en direct à la télévision, avant d’en arroser la presse qu’il contrôle. Le tout assorti d’accusations aussi paranoïaques que diffamatoires. Nous aurions pu aisément arguer de cette mauvaise manière pour refuser de publier ce texte, mais nous l’avons néanmoins maintenu. Pour deux raisons. J.A. a toujours ouvert ses colonnes à la contradiction, fût-elle la plus vive: telle est notre conception de la liberté d’expression. Et la lecture de ce droit de réponse suffit en elle-même à valider le bienfondé de notre diagnostic: de Mobutu à Kabila, il n’y a que les hommes qui changent.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
"Hogra"

Editorial précédent :
Niger : tous vainqueurs

Réagir à cet article

Continental

Jérémy Hodara : 'Il ne faut pas copier la Silicon Valley'

Jérémy Hodara : "Il ne faut pas copier la Silicon Valley"

Jérémy Hodara, co-fondateur de Africa Internet Holding, le promoteur de Jumia, Hellofood, Carmudi et Easy Taxi, entre autres, a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" au sujet de[...]

Football : quand Ebola perturbe les compétitions en Afrique

Le virus Ebola, dont la progression implacable en Afrique de l'ouest effraie le monde entier, perturbe les rencontres internationales de football sur le continent, parfois délocalisées par crainte de contamination,[...]

Ces pionniers qui chamboulent le business en Afrique

Dans la production, les services ou le commerce, une nouvelle génération d'entrepreneurs a su faire bouger les lignes en s'adaptant aux réalités africaines. Un mélange de nouvelles[...]

Urbanisme : quand les architectes africains font leur révolution

Fini le tout-climatisation et les constructions grandes consommatrices d'énergie ! Place dorénavant aux bâtiments respectueux de l'environnement et des populations africaines. Du nord au sud du[...]

Braconnage en Afrique : Bring back our elephants !

Malgré les arrestations, le braconnage menace l'espèce. En Asie et au Moyen-Orient, l'ivoire vaut de l'or. Du Darfour au Congo, il finance les groupes armés.[...]

Élite africaine : l'École des riches, euh... des roches !

Cet établissement français, où une année d'internat coûte plus de 25 000 euros, accueille depuis toujours les fils et les filles de personnalités africaines. À ce tarif,[...]

Ces magnats africains qui dament le pion aux multinationales

Ils ont mis en place des services, une production et une distribution locale : une poignée d'hommes d'affaires dominent leur marché et partent à la conquête du continent.[...]

Wikipédia : Kagamé, Kabila, ADO, Sissi, Boutef... Qui détient la biographie la plus souvent modifiée ?

Les biographies Wikipédia des chefs d’État sont modifiées tous les mois, voire tous les jours. Non seulement pour ajouter de nouveaux éléments, mais aussi pour supprimer les paragraphes[...]

Coupe du monde de basket-ball : que peuvent faire les Africains ?

À partir du 30 août, trois équipes africaines participent à la Coupe du monde de basket-ball, en Espagne. Si les Américains sont favoris, et que les Espagnols espèrent également[...]

En images : 10 hôtels africains emblématiques du continent

Ils ont été le théâtre d’une fusillade, d'un épisode historique controversé, de la signature d'un cessez-le-feu... Ils ont inspiré un roman, un film, ou des Mémoires.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex