Extension Factory Builder
07/02/2011 à 10:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Depuis un mois, la polarisation médiatique et diplomatique sur les événements de Tunisie et d’Égypte a ouvert ce que l’on pourrait appeler une fenêtre d’opportunité pour quelques responsables subsahariens confrontés à des crises de légitimité et qui n’ignorent pas à quel point la fameuse communauté internationale est à la fois versatile et inconstante.

L’élection présidentielle en Centrafrique, contestée par l’opposition, est ainsi passée comme une lettre à la poste, à l’instar du tripatouillage constitutionnel en cours en RDC, qui a déjà débouché sur une modification du mode de scrutin.

Orfèvre en la matière, Laurent Gbagbo est sans doute celui qui a su le mieux mettre à profit ce détournement de focale pour que, imperceptiblement, ainsi que le démontrent les résultats « ivoiriens » du dernier sommet de l’Union africaine, on ne parle plus du problème (un coup d’État électoral), mais de la solution (comment s’en sortir sans recourir à une intervention militaire dont plus personne ne veut prendre la responsabilité).

À cet égard, on me permettra ces trois avertissements à l’usage des membres du panel des chefs d’État chargés par leurs confrères d’une énième médiation. Sachez que Gbagbo ne partira pas. Il n’est pas Ben Ali. Ni les sanctions, ni les menaces de la CPI, ni l’étau financier, qu’il estime pouvoir contourner des mois encore, ni la rue – d’autant qu’elle lui est majoritairement acquise à Abidjan –, ni les gesticulations militaires ne le feront bouger. C’est un survivant, prêt à mourir dans les décombres de son palais.

Sachez que Ouattara ne cédera pas. C’est le combat de sa vie, dans lequel il a engagé la totalité de ses proches et de ses partisans. Il y joue sa propre crédibilité, celle de l’ONU, de la Cedeao et de tous ceux qui, à l’extérieur, le soutiennent. Sachez enfin que l’un et l’autre ont désormais franchi le Rubicon, brûlé leurs vaisseaux, et qu’une conciliation entre les deux (trois avec Bédié) semble impossible tant leur affrontement a révélé de haines insoupçonnées. Cela étant dit, bonne chance et bon courage…

__

PS: Notre dernière enquête sur le bilan de Joseph Kabila a déclenché un petit tsunami politicomédiatique à Kinshasa. Aussitôt après nous avoir fait parvenir un long droit de réponse, le ministre de la Communication, Lambert Mende a, sur ordre, été le lire en direct à la télévision, avant d’en arroser la presse qu’il contrôle. Le tout assorti d’accusations aussi paranoïaques que diffamatoires. Nous aurions pu aisément arguer de cette mauvaise manière pour refuser de publier ce texte, mais nous l’avons néanmoins maintenu. Pour deux raisons. J.A. a toujours ouvert ses colonnes à la contradiction, fût-elle la plus vive: telle est notre conception de la liberté d’expression. Et la lecture de ce droit de réponse suffit en elle-même à valider le bienfondé de notre diagnostic: de Mobutu à Kabila, il n’y a que les hommes qui changent.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
"Hogra"

Editorial précédent :
Niger : tous vainqueurs

Réagir à cet article

Continental

CAN 2023 : nuages sur la Guinée

CAN 2023 : nuages sur la Guinée

La Coupe du monde 2022 au Qatar se déroulera en fin d’année et la CAN 2023 prévue en Guinée en subira automatiquement les conséquences. D'ordinaire, le tournoi panaficain se tient en janvi[...]

Technologies : la drague 3.0 débarque en Afrique

Internet a largement modifié les comportements sociaux dans le monde. Et l’Afrique n’est pas épargnée par ce vent technologique venu du Nord. Ainsi, après l'euphorie des rencontres 2.0[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Braconnage : l'éléphant d'Afrique menacé de disparaître d'ici vingt ans

L'éléphant d'Afrique est menacé de disparition à l'état sauvage d'ici vingt ans, ont prévenu des experts réunis dans le cadre d'un sommet depuis lundi au Botswana afin de sauver[...]

Tendances : un PIB pour les coiffures

Selon de récentes estimations, les Africaines dépenseraient, chaque année, 7 milliards de dollars pour l’entretien de leur identité capillaire. Un budget qui pourrait davantage participer au[...]

En Afrique, Pernod Ricard mise sur l'alcool local

Le numéro deux mondial des vins et spiritueux Pernod Ricard veut produire localement sur le continent africain. Selon nos informations, des tests ont déjà été lancés dans plusieurs pays.[...]

CAN 2015 des moins de 20 ans : le Nigeria l'emporte face au Sénégal avec un but magique

L’équipe nigériane de football des moins de 20 ans a battu dimanche, à Dakar, le Sénégal en finale du 19e Championnat d’Afrique des nations junior. Une victoire obtenue grâce[...]

Africa CEO Forum 2015 : des deals et des débats au sommet du business africain

Coorganisé par le Groupe Jeune Afrique, le Africa CEO Forum a rassemblé plus de 800 décideurs économiques les 16 et 17 mars. L'occasion de se pencher sur l'avenir du continent, mais[...]

Que cherche Jean-Louis Borloo en Afrique ?

Retiré de la politique active, l'ancien ministre de l'Écologie de Nicolas Sarkozy lance un "plan Marshall" censé aboutir à l'électrification de tout le continent. Mais il se montre fort[...]

Météo : mieux vaut prévenir que guérir

Bien sûr, cela suppose de penser sur le long terme, mais les pays du continent auraient tout à gagner à investir dans la recherche sur les aléas climatiques. L'enjeu, économique notamment,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers