Extension Factory Builder

Tunisie, ce petit pays qui a tout d'un grand !

02/02/2011 à 10:00
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

La Tunisie restera dans l’histoire comme la première nation maghrébine qui aura fait chuter son régime par la rue, sa jeunesse comme la première au monde à avoir usé des technologies d’internet pour réussir son soulèvement, et sa société civile comme l’une des rares à avoir lancé ce qu’on pourrait appeler « la tendresse sociale », ce formidable sursaut citoyen qui a poussé les Tunisiens à s’entraider pour défendre leur vie et leurs biens contre les milices de la terreur.

L’on aurait tort de s’étonner que le pays qui compte des ­villes aussi prestigieuses que Carthage et Kairouan réussisse ce pari et gagne le titre de « meneur » du monde arabe. La Tunisie a toujours brillé par son avant-garde intellectuelle, par une lignée de penseurs rebelles. Elle vient d’ajouter un nouvel épisode à son histoire. À la réforme des idées, elle joint la puissance de l’acte, et à la révolte, elle fait succéder la révolution. L’on aurait tort aussi de contester l’usage du mot ­révolution, en l’occurrence, sous prétexte qu’il n’y a pas de ­projet politique inhérent à ce soulèvement populaire. Ce qui vient d’avoir lieu mérite ce label, fût-ce en échappant aux critères européens en la matière.

L’on se méprendrait en refusant de reconnaître que c’est le peuple, et le peuple seul, qui a fait chuter Ben Ali. Exit donc les prédateurs qui s’agitent pour récupérer les fruits de ce soulèvement, les intellectuels et journalistes de la diaspora qui sévissent sur les plateaux de télévision étrangers dans le rôle de porte-voix d’une Tunisie au sujet de laquelle ils ne se sont jamais prononcés publiquement, les vrais faux opposants qui ont passé leur temps dans les cafés de Paris ou de Genève, alors que d’autres ont refusé de quitter le pays au péril de leur vie, les fortunes installées à Londres ou à Dubaï, qui n’ont jamais financé le moindre artiste tunisien, ni ne sont venus en aide aux Bouazizi crevant la faim.

L’on aurait tort, dans le camp des Européens, de vouloir prendre le train en marche afin d’apposer son empreinte sur cette révolution et de prétendre que les Occidentaux sont venus sauver les Tunisiens à la dernière minute. Enfin, les Tunisiens auraient tort de confondre la révolution avec la porte ouverte aux violences et aux exactions de toutes sortes. C’est dans ce registre que ce pays dit sage et doux devrait être à la hauteur de sa réputation et inventer la révolution moderne qui saurait se passer de sa traditionnelle postface lugubre, écrite de vengeance et d’amertume.

Pour finir, on a coutume de dire au Maghreb : « Le Marocain est un guerrier ; l’Algérien est un homme ; le Tunisien est une femme. » Je ne sais pas si l’on a tort ou raison d’user de cet adage, mais une chose est sûre : c’est le peuple arabe qui a octroyé le meilleur statut à ses femmes qui est aujourd’hui au premier rang des guerriers de la révolution. Dans ce cas, il convient de prévenir : le jour où quelque parti que ce soit s’aviserait de toucher aux acquis du code du statut personnel, la « révolution du jasmin » commencerait à dégager ses premiers relents de contre-révolution.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Mon "Jeune Afrique" à moi

POST-Sriptum Article précédent :
Famine dans la Corne de l'Afrique : au nom de la solidarité

Réagir à cet article

Tunisie

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Tunisie : pourquoi l’armée n’y arrive pas

Dans une enquête exclusive à paraître dans son numéro 2798, Jeune Afrique explique pourquoi l'armée tunisienne n'arrive pas à reprendre le contrôle du Mont Chaâmbi, foyer de l'[...]

Tunisie : 74 migrants venus de Libye recueillis par des pêcheurs

Des pêcheurs tunisiens ont recueilli jeudi soixante-quatorze migrants qui tentaient de gagner l'Italie depuis la Libye. Ils avaient erré cinq jours en mer.[...]

Diaporama : "Djerbahood", le street art s'invite en Tunisie

Cet été, des graffeurs du monde entier ont investi les ruelles d'Erriadh, une petite bourgade de l'île de Djerba, pour réaliser une expérience inédite de street art en Tunisie. Armés[...]

Tunisie : frictions entre la Défense et la présidence pour la succession du général Hamdi

La question de la succession du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Mohamed Salah Hamdi, remplacé le 12 août par Ismaïl Fathalli, a opposé le président[...]

Douze chefs d'État africains avec Hollande aux cérémonies du débarquement en Provence

François Hollande accueille ce vendredi 13 chefs d'État, dont douze africains, à bord du Charles-de-Gaulle pour les commémorations du 70e anniversaire du Débarquement de Provence avec en point[...]

IIe guerre mondiale : les victoires oubliées des "indigènes"

Avant le grand débarquement, la reconquête des Alliés est amorcée par la Corse et l'Italie. Des batailles aussi épiques que méconnues menées par les[...]

Salma Hamza, architecte tunisienne : "La modernité peut très bien respecter le traditionnel"

L'architecte tunisienne Salma Hamza milite pour la réhabilitation des matériaux traditionnels. Et la restauration du patrimoine de son pays. Interview.[...]

Tunisie : des balles et des morsures

Depuis la révolution (des épines) du jasmin, les Tunisiens comptent plus de journées de deuil que de fêtes nationales (mises sous éteignoir), créant un climat[...]

Tunisie : Mondher Zenaidi va-t-il revenir sur la scène politique ?

Exilé volontaire à Paris depuis trois ans, l'ex-ministre du Commerce de Ben Ali reste populaire dans son fief de Kasserine comme dans les milieux destouriens. Cédera-t-il à la tentation de[...]

Tirailleurs : le chagrin des indigènes

Tierno Monénembo est un écrivain guinéen, Prix Ahmadou-Kourouma 2012 pour Le Terroriste noir, sur Addi Bâ, héros méconnu de la Résistance..[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces
Buy VentolinBuy Antabuse Buy ZithromaxBuy Valtrex