Extension Factory Builder

Ahmed Agne, éditeur de mangas

03/02/2011 à 10:35
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ahmed Agne. Ahmed Agne. © Camille Millerand pour J.A.

Fils d’un Sénégalais installé en France, ce passionné de bande dessinée a créé Ki-oon, premier éditeur indépendant de mangas en France. Et, oui, il parle japonais !

Septembre 2010. Parc des expositions de la porte de Versailles. Toutes les galaxies se sont donné rendez-vous au salon Paris Manga (dont la prochaine édition aura lieu les 5 et 6 février au même endroit). Dans ce hangar grouillant de monde, on croise des anges aux cheveux mauves et des guerriers interstellaires armés de cosmo dragoons, « l’arme la plus puissante de l’univers ».

Au cœur de cette animation, Ahmed Agne, très à l’aise, partage son stand avec quelques humains et une étrange créature aux oreilles pointues. « C’est un elfe », glisse-t-il. Gare à celui qui prendrait ce grand garçon de 34 ans pour un ado attardé : l’enfant de la « génération Club Dorothée » est aussi un homme d’affaires avisé. Ki-oon, la maison d’éditions qu’il a créée avec son amie Cécile Pournin, distribue en France des mangas pur jus depuis 2003. En six ans, l’entreprise s’est hissée au premier rang des éditeurs indépendants de mangas.

 

Nées dans un studio de Trappes, en banlieue parisienne, avec les 30 000 euros d’héritage de Cécile Pournin, les éditions Ki-oon se sont construites grâce à l’ambition de leurs deux créateurs. « On a travaillé dur, du lundi au lundi, de 9 heures à 3 heures du matin. Aujourd’hui, ça porte ses fruits », explique Agne.

Pourtant, petit, il voulait être archéologue ! Fils d’ouvrier pour qui la « bibliothèque municipale était presque une sortie », il rêvait de devenir un Indiana Jones des temps modernes. « Pour mon père, peu importait les études. L’essentiel était d’aller le plus loin possible. » Peul du Sénégal, émigré en France en 1967, le paternel est mécanicien dans une concession automobile. Pour lui, la réussite passe par l’ouverture d’esprit et il a à cœur de sortir ses enfants d’une banlieue où les loyers sont abordables, mais l’environnement peu favorable aux études. Le collège, ce sera celui de Fontenay-le-Fleury, où Ahmed pourra apprendre l’arabe. Ses ambitions archéologiques s’éteindront avec l’ennui que lui inspire le programme d’histoire de première : « Les deux grandes guerres du XXe siècle et la révolution industrielle, étudiées cette année-là, c’était moins glamour que Toutankhamon et les Mayas ! »

En 1995, après le bac, Ahmed Agne se sent irrésistiblement attiré par le Japon. L’intérêt qu’il portait aux mangas s’est mué en passion. Il écoute les génériques des dessins animés en japonais, achète ses mangas en VO et s’amuse à décoder seul les caractères de la langue. S’inscrire en fac de japonais coule de source. Lorsque, deux ans plus tard, il pose pour la première fois le pied au pays du Soleil-Levant, Ahmed Agne est conquis. À Kanazawa, il a l’impression de rêver éveillé : « Tout ce que j’avais découvert dans les mangas et appris à la fac, je le voyais ! Je parlais japonais à de vrais Japonais, s’enthousiasme-t-il encore.Un mois , ça ne me suffirait pas. Je voulais revenir et vivre le Japon, pas comme un touriste qui fait un tour et puis s’en va. »

En 1999, profitant d’un programme d’échange universitaire, il s’installe pour deux ans à Misasa, dans le département du Tottori, à 250 km d’Hiroshima. Le département est l’un des moins peuplés du Japon, et les seuls Noirs que les habitants aient jamais vus c’est à la télévision. Agne se souvient – hilare – de son premier trajet en bus, seul. Le chauffeur, stupéfait de voir un Noir à la station, ne s’est pas arrêté. « Il était tellement en panique, que son premier réflexe a été d’accélérer ! » Son séjour ne lui laisse pourtant que de bons souvenirs : « Les Japonais sont très curieux de ce qui se passe ailleurs. Mais aussi très timides. Alors, de temps en temps, ils boivent pour se désinhiber. » Comment se faire accepter lorsqu’on est musulman et que l’on ne boit pas d’alcool ? « En leur montrant que l’on peut rire et faire rire sans boire une seule goutte d’alcool ! »

L’expérience est si réussie qu’Agne est persuadé que son retour en France, en 2001, se fera sans problème. Las ! Son dossier « béton », garni de lettres de recommandation enthousiastes et d’un CV en deux langues ne suffit pas à lui ouvrir des portes. « Les seules fois où l’on m’a répondu, c’était pour me demander si j’étais sûr de parler japonais et éventuellement de le prouver en envoyant une autre lettre de motivation… C’était à la fois déprimant et humiliant. » Suit une période de vaches maigres durant laquelle il donne des cours, traduit des jeux vidéo, travaille dans une entreprise de production japonaise en France. « J’y suis resté un an et demi. Cela me plaisait énormément, mais les mangas, c’est devenu obsessionnel. » Pourquoi ne pas se lancer dans l’édition, même si le marché est très concurrentiel ? Lorsqu’il en parle à Cécile Pournin, son amie de fac qui a elle aussi séjourné au Japon et qui s’échine à faire des traductions, les deux jeunes gens n’hésitent guère. « Je n’avais pas un kopeck. Cécile avait un peu d’argent. On a créé Ki-oon. »

 

Six mois de formation à l’édition et les voilà de retour au Japon. « Parler la langue est un gros avantage. Les Japonais y sont sensibles. Mais même si on faisait bonne impression, notre inexpérience ne leur permettait pas de nous confier des auteurs. Alors on a changé de façon de faire : direction le Comiket ! » Le Comic Market, le plus grand salon de mangas au monde. Les jeunes éditeurs s’adressent directement aux mangakas – créateurs de mangas – indépendants. Ils en repèrent deux, qu’ils éditent en France. Puis trois, puis quatre. Au fil du temps, ils se taillent une petite notoriété dans le milieu. Le « couple » atypique intrigue et séduit. « On a passé des nuits blanches à concevoir des plans de communication. Impossible de séparer vie privée et vie professionnelle : je n’avais pas de vie sociale, ma vie familiale était réduite au minimum. Mais qu’est-ce qu’on a rigolé ! » Les résultats sont là : Übel Blatt, la série phare de l’éditeur, s’est écoulée à 400 000 exemplaires depuis 2006, Jackals à 200 000 exemplaires depuis 2008, Jusqu’à ce que la mort nous sépare à 170 000… Le chiffre d’affaires de Ki-oon est lui passé de 70 000 euros en 2003 à 2,3 millions en 2009. Adieu le studio de Trappes ! Ki-oon a pris ses quartiers dans le 9e arrondissement de Paris et a recruté trois employés. Ahmed Agne a emménagé non loin. Et il peut enfin songer à retourner en Mauritanie, où sa mère a vu le jour – et où il n’a pas mis les pieds depuis ses 9 ans –, et découvrir le Sénégal. Tout ça en réfléchissant à l’avenir de Ki-oon : jeux vidéo ou mangas made in France ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Cambodge : le docteur-la-mort, l'aiguille et le sida

Comment plus deux cents villageois de la province de Battambang ont-ils été contaminés par le virus du sida ? Un étrange médecin est dans le collimateur des enquêteurs.[...]

Les sons de la semaine #27 : Moh! Kouyaté, Gradur, J. Martins et Youssou Ndour

Bienvenue dans notre horizon musical de la semaine ![...]

Turquie : misogynes, les islamo-conservateurs de l'AKP ?

La propension des islamo-conservateurs de l'AKP à imposer aux femmes la manière dont elles doivent se comporter ou s'habiller indispose la fraction la plus jeune et citadine de la population. D'autant que les[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

2015, l'année des changements

L'année 2015 est encore dans son premier mois : où nous mène-t-elle ? Quelle direction prend notre monde et dans quel sens se déplace son centre de gravité ? Je me suis posé ces[...]

Peine de mort aux États-Unis : trois questions soulevées par l'exécution de Warren Hill

Un prisonnier africain-américain a été exécuté aux États-Unis mardi 27 janvier. Cet homme, condamné pour meurtre, aurait pu être gracié en raison de son handicap [...]

Livres - Gaston-Paul Effa : "La France est frappée d'amnésie"

L’écrivain franco-camerounais Gaston-Paul Effa restitue, dans "Rendez-vous avec l’heure qui blesse", le destin de Raphaël Élizé, un Martiniquais déporté au camp de [...]

France : escarpins sur tapis de prière, une oeuvre censurée puis réexposée

L'installation de l'artiste Zoulikah Bouabdellah, d'abord retirée à la demande de son auteur d'une exposition en banlieue parisienne après qu'une association musulmane avait mis en garde sur un risque[...]

France : la Cour de cassation valide le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain

Après dix-huit mois de quiproquo judiciaire, la Cour de cassation française a validé mercredi le mariage d'un couple homosexuel franco-marocain. Le parquet s'opposait à la légalité de[...]

Jihad : la cyber-guerre est déclarée

Aqmi, Boko Haram, Shebab somaliens... Les jihadistes africains s'appuient sur la Toile pour diffuser leur propagande et recruter à tour de bras. Pourraient-ils aller jusqu'à déstabiliser des[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers