Extension Factory Builder
10/01/2011 à 10:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

D'Alger à Tunis, de Bab el-Oued à Sidi Bouzid, (mais aussi il y a peu à Laayoune, au Sahara marocain) le Maghreb est une fois de plus confronté au désespoir d’une partie de sa jeunesse.

Chômage des diplômés, débouchés dévalorisants, inflation, pouvoir d’achat, émigration verrouillée aux portes de la forteresse Europe: les racines du mal sont à la fois communes, connues, et ne sont pour la plupart guère nouvelles. Même si, çà et là, des tentatives d’exploitation ou de récupération politiques de ce malaise existent – indépendantistes au Sahara occidental, islamistes en Algérie, embryon d’opposition en Tunisie –, aucun des régimes en place n’est a priori menacé par une contestation dont l’unique agrégateur semble être pour l’instant le spectacle des images et des messages circulant sur internet. Si elle favorise le caractère insaisissable, éruptif et parfois violent de ces manifestations de colère, l’absence de partis et de syndicats capables de leur donner un sens, de les organiser et de les mener jusqu’à leur terme est pour les dirigeants maghrébins un gage de sécurité structurelle.

Pourtant, nul ne doute que les pouvoirs en place prennent au sérieux ces émeutes contagieuses, qui les fragilisent et les plongent dans un certain désarroi. La photo du président tunisien Ben Ali manifestement choqué, au chevet de Mohamed Bouazizi, obscur chômeur de 26 ans dont le geste suicidaire a déclenché plusieurs semaines de troubles sociaux, en dit long sur les différences de perception entre les élites politiques et la rue maghrébine. Pourquoi un tel désespoir alors que la Tunisie jouit du tissu social le plus équilibré du Maghreb, d’une qualité éducative et sanitaire sans équivalent sur la rive sud de la Méditerranée et d’un cocooning politicosécuritaire aussi efficace qu’émollient ? Pourquoi, malgré des dépenses annuelles considérables consacrées à soutenir les prix des produits de première nécessité et à subventionner l’habitat bon marché, le gouvernement algérien ne parvient-il pas à calmer le front social ? Pourquoi, en dépit des milliards déversés au Sahara par le Maroc depuis trente-cinq ans, les Sahraouis ne se sentent-ils pas réellement intégrés? Pourquoi un peu partout les émeutiers s’en prennent-ils aux symboles de l’État ?

Les réponses sont multiples et complexes. Mais il en est une, essentielle: l’absence de communication entre le pouvoir et le peuple, et plus particulièrement l’attitude trop souvent humiliante, méprisante, que chaque détenteur d’une parcelle d’autorité se croit en devoir d’adopter vis-à-vis des « sujets » dont il a la charge. Ce sentiment de hogra (mépris) est un véritable mal maghrébin dont on semble enfin, en haut lieu, avoir pris la mesure en procédant au renouvellement accéléré de gouverneurs, préfets et autres agents locaux d’encadrement. Reste à savoir si ces remèdes seront suffisants pour en résorber les métastases.

__

Lire nos informations et analyses sur l'agitation sociale au Maghreb dans le numéro 2609 de Jeune Afrique en kiosques jusqu'au 15 janvier.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Oui, l'Afrique change

Editorial précédent :
Gbagbo n'est pas Ben Ali

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le patron du fisc marocain prend la tête de la CDG

Le nom du nouveau directeur général de la Caisse de dépôt et de gestion est désormais connu. Il s'agit d'Abdellatif Zaghnoun, actuel directeur général des impôts. Pur produit d[...]

ONU : vers la délocalisation des négociations interlibyennes... en Libye ?

Les négociations interlibyennes, qui se déroulent actuellement à Genève, pourraient se délocaliser en Libye, du moins si les conditions de sécurité y sont "suffisantes",[...]

Abdellah Taïa, une errance parisienne

Tourmenté, l'écrivain Abdellah Taïa semble l'être autant que les personnages de son nouveau roman, une prostituée et un transsexuel exilés en France. Comme eux, il poursuit une longue[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

Goodluck, IBK, Kabila... Les grands absents du sommet de l'UA

Ils sont restés chez eux, trop occupés par leurs affaires internes. Plusieurs poids lourds du continent ne seront pas sur la photo de famille du 24e sommet des chefs d'État et de gouvernement de l'Union[...]

Tunisie : la demi-surprise du chef

En désignant Habib Essid, un technocrate indépendant, au poste de Premier ministre, le président se prémunit contre l'accusation de monopolisation du pouvoir par un seul parti.[...]

Ramtane Lamamra : "Un accord de paix peut être signé au Mali dans moins de six mois"

Présent à Addis-Abeba pour le Sommet de l'Union africaine, le ministre algérien des Affaires étrangères et médiateur en chef des négociations de paix au Mali, Ramtane Lamamra, se[...]

Internet, mobiles, SMS : quand nos États misent sur la censure

En réponse aux dernières manifestations en RDC, le gouvernement congolais a censuré Internet et SMS. Un classique : avant lui, de nombreux gouvernements du continent avait utilisé le même[...]

Tunisie : pourquoi le Sud a choisi Marzouki à la présidentielle

Négligés depuis l'indépendance par le pouvoir central, les électeurs tunisiens du Sud ont massivement voté pour le président sortant, perçu comme l'homme de la vraie rupture[...]

Mariage des enfants : les dirigeants africains doivent agir dès maintenant

L'archevêque émérite Desmond Tutu est l'ancien président de The Elders et le co-fondateur de Filles, pas épouses : le partenariat mondial pour la fin du mariage des enfants. Nyaradzayi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers