Extension Factory Builder
10/01/2011 à 10:32
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

D'Alger à Tunis, de Bab el-Oued à Sidi Bouzid, (mais aussi il y a peu à Laayoune, au Sahara marocain) le Maghreb est une fois de plus confronté au désespoir d’une partie de sa jeunesse.

Chômage des diplômés, débouchés dévalorisants, inflation, pouvoir d’achat, émigration verrouillée aux portes de la forteresse Europe: les racines du mal sont à la fois communes, connues, et ne sont pour la plupart guère nouvelles. Même si, çà et là, des tentatives d’exploitation ou de récupération politiques de ce malaise existent – indépendantistes au Sahara occidental, islamistes en Algérie, embryon d’opposition en Tunisie –, aucun des régimes en place n’est a priori menacé par une contestation dont l’unique agrégateur semble être pour l’instant le spectacle des images et des messages circulant sur internet. Si elle favorise le caractère insaisissable, éruptif et parfois violent de ces manifestations de colère, l’absence de partis et de syndicats capables de leur donner un sens, de les organiser et de les mener jusqu’à leur terme est pour les dirigeants maghrébins un gage de sécurité structurelle.

Pourtant, nul ne doute que les pouvoirs en place prennent au sérieux ces émeutes contagieuses, qui les fragilisent et les plongent dans un certain désarroi. La photo du président tunisien Ben Ali manifestement choqué, au chevet de Mohamed Bouazizi, obscur chômeur de 26 ans dont le geste suicidaire a déclenché plusieurs semaines de troubles sociaux, en dit long sur les différences de perception entre les élites politiques et la rue maghrébine. Pourquoi un tel désespoir alors que la Tunisie jouit du tissu social le plus équilibré du Maghreb, d’une qualité éducative et sanitaire sans équivalent sur la rive sud de la Méditerranée et d’un cocooning politicosécuritaire aussi efficace qu’émollient ? Pourquoi, malgré des dépenses annuelles considérables consacrées à soutenir les prix des produits de première nécessité et à subventionner l’habitat bon marché, le gouvernement algérien ne parvient-il pas à calmer le front social ? Pourquoi, en dépit des milliards déversés au Sahara par le Maroc depuis trente-cinq ans, les Sahraouis ne se sentent-ils pas réellement intégrés? Pourquoi un peu partout les émeutiers s’en prennent-ils aux symboles de l’État ?

Les réponses sont multiples et complexes. Mais il en est une, essentielle: l’absence de communication entre le pouvoir et le peuple, et plus particulièrement l’attitude trop souvent humiliante, méprisante, que chaque détenteur d’une parcelle d’autorité se croit en devoir d’adopter vis-à-vis des « sujets » dont il a la charge. Ce sentiment de hogra (mépris) est un véritable mal maghrébin dont on semble enfin, en haut lieu, avoir pris la mesure en procédant au renouvellement accéléré de gouverneurs, préfets et autres agents locaux d’encadrement. Reste à savoir si ces remèdes seront suffisants pour en résorber les métastases.

__

Lire nos informations et analyses sur l'agitation sociale au Maghreb dans le numéro 2609 de Jeune Afrique en kiosques jusqu'au 15 janvier.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Editorial suivant :
Oui, l'Afrique change

Editorial précédent :
Gbagbo n'est pas Ben Ali

Réagir à cet article

Maghreb & Moyen-Orient

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

Algérie : le gendarme de la Bourse suspend l'entrée de Cevital au capital de NCA Rouiba

 La Cosob justifie la suspension par l'attente de la décision de l'État algérien d'exercer (ou pas) son droit de préemption. Une décision liée au statut étranger du céda[...]

Rétro : 2014 vue par Damien Glez et Jeune Afrique

Marquée par ses drames et par ses joies, l’année qui s’achève n'aura pas été de tout repos pour le continent. Épidémie d'Ebola, crises en Centrafrique et au Nigeria,[...]

Irak : gros revers pour l'État islamique

Plusieurs chefs du groupe État islamique en Irak ont été tués récemment dans des frappes aériennes américaines dans le nord de l'Irak, où des combattants kurdes ont[...]

Signature d'une convention franco-algérienne sur la formation des imams

Bientôt les imams algériens envoyés en France seront formés pour être en "harmonie avec les exigences de la République" française. C'est ce que stipule, entre autres, la[...]

Documentaire : "Eau argentée", contre la guerre

Le documentaire "Eau argentée" de Ossama Mohammed et Simav, sorti en salles le 17 décembre à Paris, est un bouleversant témoignage sur le conflit syrien et un âpre[...]

Internet : Bouteflika, Kabila, Bongo... Noms de domaines en solde !

Alibongo.com, josephkabila.com, abdelazizbouteflika.com… Des noms de domaine de premier niveau (les .com) de certains chefs d'État africains qui n'ont pas eu la diligence de les réserver à temps sont en[...]

Sondage : votez pour le footballeur africain de l'année 2014 !

Coupe du monde, éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 2015, championnats, ligues des champions... L'année footballistique a été riche en rebondissements et les joueurs ont été[...]

Algérie : El-Para et l'argent des otages du GSPC

Abderrazak el-Para, l'ex-émir du GSPC, a finalement confirmé que l'Allemagne avait versé une rançon de 5 millions d'euros en 2003.[...]

Tunisie : des jihadistes revendiquent les assassinats de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi

Abou Mouqatel (de son vrai nom Abou Bakr al-Hakim), un jihadiste tunisien recherché par les autorités, a revendiqué mercredi l'assassinat de Chokri Belaïd et de Mohamed Brahmi, tués en 2013.[...]

Documentaire : trois garçons, une fille et la révolution

Mêlant fiction et réalité, la réalisatrice Raja Amari raconte les prémices et le déroulement de la révolution tunisienne à travers quelques documents d'archives,[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers