Extension Factory Builder

Achille Mbembe : "Enterrons la Françafrique"

11/12/2010 à 17:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Achille Mbembe. Achille Mbembe. © Unesco

Urbanisation intensive, migrations, corruption, Chinafrique... Le chercheur décrypte les nouveaux défis auxquels doit faire face le continent.

Professeur d’histoire et de sciences politiques à l’université du Witwatersrand (Johannesburg), en Afrique du Sud, le Camerounais Achille Mbembe, 53 ans, est intarissable sur l’ère postcoloniale. Dans son dernier essai, Sortir de la grande nuit, écrit en hommage à Frantz Fanon et Jean-Marc Ela, deux « penseurs du devenir illimité », il dresse le bilan d’un demi-siècle de relations calamiteuses entre la France et ses ex-colonies, la première ayant « décolonisé » sans « s’autodécoloniser ». Le politologue pointe surtout une Afrique aux prises avec « sa grande transformation », qui pourrait faire passer l’épisode colonial pour une parenthèse : boom démographique (avec 1 milliard d’habitants), entrée dans une civilisation urbaine inédite avec la constitution de pôles régionaux, comme à Johannesburg, à l’image du développement de São Paulo, au Brésil (mais sans les mêmes ressources ni les mêmes infrastructures) ; intensification des migrations internes et externes, renforcement d’une diaspora entreprenante, arrivée d’Asie de centaines de milliers d’immigrants… Toutes ces mutations propres à rouvrir les chemins d’avenir exigent une nouvelle imagination intellectuelle et politique. Or les classes au pouvoir depuis la colonisation s’y perpétuent, et des pays reviennent aux successions de père en fils. Les inégalités aussi s’intensifient et avec elles l’éviction sociale d’une masse grandissante de pauvres et de déshérités. Pour Achille Mbembe, le besoin d’une révolution sociale radicale n’a jamais été aussi pressant, et, bien que les forces pour la conduire manquent à l’appel, elle est indispensable à la naissance d’une « civilisation afropolitaine » – dont l’Afrique du Sud, avec ses brassages de populations, constitue déjà un énorme laboratoire. Entretien.

__

Jeune Afrique : Cinquante ans après les indépendances, l’Afrique est-elle libre ?

Achille Mbembe : S’ils en avaient la possibilité, beaucoup d’Africains choisiraient de vivre loin de chez eux. Il n’y a guère de rejet plus grave que celui de ces cinquante dernières années. C’est que tout, ou presque, est à recommencer. La nécessité d’une transformation radicale de nos sociétés n’a jamais été aussi manifeste. En 1960, certains pays africains étaient en avance sur la Corée du Sud. Où en sommes-nous aujourd’hui ? Bien que les situations diffèrent d’un pays à l’autre, l’Afrique demeure vulnérable dans la relation qu’elle entretient aussi bien avec elle-même qu’avec le reste du monde. Elle s’illustre par son incapacité à accroître les richesses collectives, à réévaluer les termes de l’échange, à faire émerger la démocratie. À quelques exceptions près, ses pays, en particulier francophones, sont sous la coupe de quelques vieillards qui s’enkystent au pouvoir, considèrent leurs pays comme des prises de guerre et se comportent comme des occupants étrangers. Cinquante ans après les indépendances, les Africains ne sont toujours pas à même de choisir librement leurs dirigeants. La seule alternance possible est celle par la mort naturelle des satrapes, le meurtre et l’assassinat, ou le coup d’État. Mais il s’agit là d’actes qui ne créent pas nécessairement la liberté.

Dans ce contexte, que dire des relations actuelles entre la France et l’Afrique ?

Le temps est venu de tirer un trait sur cette misérable aventure qu’est la ­Françafrique. Elle aura été, de bout en bout, profondément abusive. Tous les indicateurs montrent qu’elle est en train de couler – ce qui risque à court terme de la rendre plus nuisible encore. Il s’agit, dans les années qui viennent, d’en organiser méthodiquement l’enterrement. De fait, la France contemporaine n’a pas grand-chose à apporter à l’Afrique. Repliée sur elle-même et rongée par le narcissisme, elle est obsédée par le fantasme d’une « communauté sans étrangers » et habitée par un trouble « désir d’apartheid ». Les Africains doivent oublier la France s’ils veulent créer quelque chose de neuf. Cela dit, il nous faut sauver la densité des rapports humains tissés entre les Africains et les Français au cours des siècles et, à partir de ces rapports, inventer de nouvelles formes de solidarité.

À cet égard, la présence chinoise sur le continent serait-elle un modèle de coopération ?

Incontestablement, la présence de la Chine en Afrique constituera un fait majeur des cinquante prochaines années. Elle est, sinon un contrepoids, du moins une échappatoire à l’échange inégal si caractéristique des relations que le continent entretient avec les pays occidentaux et les institutions financières internationales. La présence chinoise ne sera profitable que si les Africains l’inscrivent dans une stratégie d’accumulation sur le long terme. Pour l’heure, le rapport avec la Chine ne sort pas de la logique du troc et de l’extraction des richesses. La culture est totalement absente de cette vision mercantiliste. Il ne faut donc pas s’attendre à ce que l’empire du Milieu soit d’un grand secours dans les luttes à venir pour la démocratie. Les Africains devront compter avant tout sur eux-mêmes, sur leur capacité à négocier les nouvelles opportunités – y compris celles qu’offrent l’Inde et le Brésil – et à lutter pour faire que l’Afrique soit sa propre force.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Continental

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

Francophonie : Kamel Daoud reçoit le Prix des cinq continents

C’est son roman "Meursault, contre-enquête", qui a valu à l’écrivain et journaliste algérien Kamel Daoud le prix de l'Organisation internationale de la Francophonie. La récom[...]

L'institut Choiseul classe ses "100 leaders économiques africains de demain"

L'Institut Choiseul vient de publier la "Choiseul 100 Africa", un classement annuel identifiant les "leaders économiques de demain" parmi les jeunes dirigeants africains de 40 ans et moins. Certains[...]

Plus de 3 000 migrants ont péri en Méditerranée depuis début 2014

La traversée de la Méditerranée reste le voyage le plus meurtrier pour les migrants clandestins. Depuis début 2014, plus de 3 000 d'entre eux ont ainsi péri en chemin, selon l'Organisation [...]

Gouvernance en Afrique : votre pays est-il performant, selon l'indice Mo Ibrahim 2014 ?

La fondation Mo Ibrahim a publié, lundi 29 septembre, son indice annuel sur la gouvernance en Afrique. Bilan : l'Afrique progresse globalement, notamment grâce aux questions des droits de l'homme et de la[...]

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites[...]

La Francophonie confrontée au casse-tête de la succession d'Abdou Diouf

Après 12 ans sous la férule de l'ancien président sénégalais Abdou Diouf, l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) se trouve face au casse-tête de sa succession fin novembre[...]

La fondation pour l'Afrique de Borloo en marche d'ici la fin de l'année

Jean-Louis Borloo, qui s'est retiré de la vie politique en avril dernier, estime que sa fondation sur l'Afrique sera opérationnelle d'ici la fin de l'année, a-t-il indiqué dans un entretien au[...]

Ebola : le FMI accorde une aide supplémentaire aux pays touchés

Le Fonds monétaire international (FMI) a approuvé vendredi une enveloppe supplémentaire de 130 millions de dollars en faveur des trois pays les plus frappés par Ebola (Guinée, Liberia, Sierra[...]

Burkina Faso : 4 octobre 1984, le discours historique de Sankara à l'ONU

Sankara visionnaire ? En se présentant, le 4 octobre 1984, à la tribune des Nations unies, le jeune capitaine burkinabè était loin d'imaginer que, 30 ans plus tard, la plupart des thèmes de son[...]

Afrique de l'Ouest : ce que vos dirigeants ont dit sur Ebola

Les dirigeants africains ont-ils pris suffisamment tôt la mesure du danger que représentait le virus Ebola ? Pour tenter de répondre à cette question, nous avons répertorié les[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers