Extension Factory Builder

Frédéric Sallet : "Alcatel veut se rapprocher de ses clients africains"

15/12/2010 à 17:03
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

À 45 ans, il dirige les activités d'Alcatel-Lucent dans 26 pays du continent, devenu un important réservoir de croissance.

Jeune Afrique : Dans un climat mondial de reprise dans les télécoms, comment se porte Alcatel-Lucent ?

Frédéric Sallet : Cette année, nous estimons la croissance du marché mondial des équipements et services entre 0 % et 5 %. Au niveau régional, les États-Unis, en pointe sur la technologie LTE (3,9G), constituent actuellement une zone très dynamique, mais d’une manière générale, nous constatons que la crise n’a pas freiné la demande des utilisateurs pour un meilleur accès aux données, avec un débit de plus en plus important quel que soit l’endroit. Les résultats que nous avons annoncés pour le troisième trimestre témoignent de ce retour à la croissance, avec des revenus de 4,7 milliards d’euros, en hausse de 10,5 % par rapport à 2009, ainsi que de celui de la profitabilité, avec un résultat d’exploitation ajusté de 1,5 % des revenus, soit 61 millions d’euros.

Y compris en Afrique ?

Dans la plupart des pays, la couverture géographique des réseaux mobiles est maintenant largement réalisée. La demande des opérateurs évolue vers des besoins plus forts en matière d’applications et de services à valeur ajoutée. La progression des échanges de données induit la mise en place de réseaux IP [protocole de communication de réseau informatique, NDLR] et un recours aux transmissions optiques beaucoup plus important.

Quelle a été votre stratégie pour faire face à la crise ?

Le groupe a rationalisé son portefeuille en mettant notamment l’accent en matière de R&D sur le développement de réseaux capables de transporter de plus en plus de données avec des coûts de plus en plus faibles. Un choix qui est en phase avec la demande que nous observons en Afrique. Par ailleurs, nous avons travaillé sur la réduction des coûts opérationnels.

Votre organisation a-t-elle évolué ?

Tout à fait, et c’est particulièrement fort en Afrique tant sur le plan commercial que sur le plan opérationnel, avec la volonté de se rapprocher de nos clients. Par exemple, en Algérie, nous avons recruté au cours des six derniers mois cinq commerciaux locaux de haut niveau pour accompagner notre volonté d’investir sur le marché national. Nous avons mis en place une démarche similaire dans beaucoup de pays : au Nigeria, au Ghana, en Tunisie, au Sénégal, et plus récemment en Côte d’Ivoire et au Cameroun. C’est aussi parce que nous avons la volonté de mieux servir nos clients que nous avons basé à Rabat en 2009 le poste de responsable de la sous-région, que j’occupe.

En matière de haut débit, comment jugez-vous l’évolution de la demande en Afrique ?

Elle est déjà présente dans beaucoup de pays et une grande partie reste insatisfaite. Au Maroc, nous constatons une croissance importante de l’internet fixe (DSL) et mobile (3G). La technologie 3G arrive aussi en Tunisie, au Sénégal, au Mali, sans oublier le Nigeria et bien d’autres pays à l’horizon 2011.

En offrant des accès à internet, les opérateurs vont alimenter la demande et favoriser la création de nouveaux usages comme l’e-gouvernement [services administratifs via internet, NDLR]. Reste le problème du coût, mais je suis persuadé que la mise en service commerciale prochaine de nombreux câbles sous-marins va faire baisser de manière significative le prix d’interconnexion à internet tout en offrant des débits beaucoup plus importants.

Mettre l’accent sur les dernières technologies est-il un choix judicieux pour le marché africain ?

Sur le plan technologique, l’Afrique n’est pas très différente des États-Unis, de l’Europe ou de l’Asie-Pacifique. Il y a parfois un léger décalage dans le temps. On parle de quelques mois, voire d’un petit nombre d’années. Aujourd’hui, nous investissons dans les nouvelles technologies parce que c’est l’avenir et on voit déjà que cela intéresse le marché africain. En matière d’IP, d’optique, il y a de réels besoins sur le continent. On commence aussi à voir un intérêt pour le LTE (3,9G) et nous discutons la mise en place de premiers réseaux pilotes.

Y a-t-il des points qui vous différencient de la concurrence ?

Un de nos atouts est de pouvoir apporter tout un panel de services aux opérateurs. C’est un point sur lequel on investit de manière importante, notamment en ce qui concerne les services d’externalisation, comme par exemple le fait de pouvoir gérer un réseau pour le compte d’un opérateur. Nous assurons déjà ces prestations, pour Etisalat au Nigeria et pour Orange en Ouganda, entre autres. En outre, plusieurs négociations sont en cours avec l’indien Bharti Airtel et d’autres groupes régionaux.

Vous visez de nouvelles cibles comme les industries stratégiques ?

En effet, nous travaillons beaucoup depuis un an sur ce marché. Les industries stratégiques recouvrent tous les grands projets d’infrastructures qui nécessitent des réseaux de communication pour supporter leurs opérations. C’est le cas par exemple des activités de Sonatrach et du chantier d’autoroute est-ouest en Algérie, du projet de ligne à grande vitesse au Maroc et d’autres projets pétroliers au Nigeria. Nous voyons aussi se multiplier les complexes immobiliers qui incluent une partie résidentielle et une partie destinée aux entreprises. Aujourd’hui, notre activité reste très largement tournée vers les opérateurs, mais nous croyons beaucoup au marché des industries stratégiques.

Quelle est l’importance de l’Afrique pour Alcatel-Lucent ?

Nous considérons que le continent possède un fort potentiel. À preuve, notre volonté de renforcer notre présence sur les différents marchés. Nous notons également que tout le travail effectué pour améliorer nos marges au niveau mondial porte aussi ses fruits en Afrique : nos produits sont plus compétitifs et nos coûts de fonctionnement baissent. Le secteur des opérateurs télécoms est en pleine transformation avec l’arrivée de nouveaux acteurs comme Bharti, des consolidations annoncées et plusieurs nouvelles licences qui devraient être mises en vente en 2011. Le continent constitue un réservoir de croissance important.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Continental

Corruption à la Fifa : Blatter soutenu par la CAF, Platini demande sa démission

Corruption à la Fifa : Blatter soutenu par la CAF, Platini demande sa démission

La Confédération africaine de football (CAF) a maintenu jeudi son soutien à Sepp Blatter, qui brigue un cinquième mandat à la présidence de la Fifa. Mais de nombreuses personnalités[...]

Élection à la présidence de la BAD : les candidats du Cap-Vert, du Nigeria et du Tchad dans le trio final

Après cinq tours de vote, Akinwumi Adesina, le candidat nigérian, reste en tête. Le Tchadien Bédoumra Kordjé s'est emparé du deuxième rang, devant la Capverdienne Crisitina Duarte.[...]

"O Ka" : Souleymane Cissé le justicier

À partir de l'expulsion de ses soeurs de sa maison natale, le réalisateur malien revient sur l'histoire de sa famille. Un film engagé, tourné vers l'avenir.[...]

Élection du président de la BAD : Akinwumi Adesina, le candidat nigérian, en tête au premier tour

Le Nigérian Akinwumi Adesina a obtenu près de 26% des voix, devançant la Cap-Verdienne Cristina Duarte, qui décroche 24,5% des voix grâce au soutien massif des électeurs non-continentaux.[...]

Ecobank face à son avenir

Un peu plus d'un an après la crise qui l'a ébranlé, le groupe panafricain renoue avec les performances. Mais il doit encore régler plusieurs problèmes pour se développer[...]

Akinwumi Adesina : "Je suis un maillon essentiel entre anglophones et francophones"

Cet agroéconomiste pragmatique a été élu, jeudi 28 mai, nouveau président de la Banque africaine de développement (BAD), succédant ainsi au Rwandais Donald Kaberuka. Voici[...]

Le Nigérian Akinwumi Adesina élu président de la Banque africaine de développement

Les 80 gouverneurs de la Banque africaine de développement, réunis ce jeudi 28 mai à Abidjan, ont choisi le Nigérian Akinwumi Adesina pour succéder au Rwandais Donald Kaberuka à la[...]

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des[...]

Abidjan : plus de 4 500 personnes aux Assemblées de la Banque africaine de développement

Six chefs d'État, un vice-président et deux Premiers ministres ont participé à l'ouverture officielle des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement, le 26 mai. Avec deux[...]

Technologies : quand WhatsApp bouscule les codes de la communication politique en Afrique

Lancée depuis bientôt cinq ans, l’application de messagerie internet WhatsApp a conquis les smartphones de millions d’utilisateurs dans le monde. Très utilisé en Afrique, l’outil[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers