Extension Factory Builder

Iqbal Gharbi : "Les femmes devraient véhiculer une lecture éclairée du Coran"

02/12/2010 à 15:08
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Iqbal Gharbi. Iqbal Gharbi. © Ons Abid pour J.A.

Iqbal Gharbi est chef du département des civilisations à l’université de la Zitouna, à Tunis.

Jeune Afrique : Une femme qui enseigne la charia et les préceptes religieux à l’université de la Zitouna, n’est-ce pas une position assez paradoxale ?

Iqbal Gharbi : L’islam n’a jamais interdit aux femmes d’accéder au savoir, au contraire. L’université d’Al-Qaraouiyine, à Fès, a été fondée par une femme, et le Prophète tenait le plus grand compte de l’avis de ses épouses. Quand j’ai débuté, en 1980, j’ai rencontré d’énormes réticences, mais, en vingt ans, l’évolution, les transformations sociales et la révolution médiatique ont changé la donne.

De plus en plus de Tunisiennes portent le voile, alors qu’elles n’y sont pas obligées…

Il n’y a pas un voile, mais des voiles, qui signifient que la modernité n’est pas satisfaisante car elle a accompli plus de chemin à l’échelle économique qu’au niveau individuel. L’émergence de ces voiles est associée à une histoire propre à chaque femme ; en Tunisie, c’est purement lié à une trajectoire personnelle. Certaines le portent pour se rendre anonymes et fuir les pressions familiales, d’autres le vivent comme un phénomène de mode. Pour de nombreuses jeunes femmes, il fait partie d’une stratégie matrimoniale, tandis que, pour d’autres, c’est un moment passager. Chacune porte en elle la raison de ce choix. Le hijab, en revanche, est l’expression d’un engagement politique, une sorte de slogan. Derrière lui, il y a toute l’interprétation rétrograde de la charia. Pour autant, le code du statut personnel, présenté par le législateur tunisien comme un ijtihad [effort d’interprétation, NDLR] issu d’une lecture progressiste des textes coraniques, n’est en rien une rupture laïque vis-à-vis des règles de l’islam.

Sur quels points les femmes tunisiennes doivent-elles être vigilantes ?

La crise internationale a fragilisé la main-d’œuvre féminine. En Tunisie, la femme est forte de ses acquis et se réalise à travers le travail. Mais elle subit une pression sociale et doit souvent reverser ses revenus à sa famille. Elle est alors victime d’une sorte de régression mentale et d’une lecture rétrograde et misogyne de l’islam propagée par les prédicateurs wahhabites des chaînes satellitaires arabes. Dans leur discours, ces derniers prônent, entre autres, le port du voile, qui n’est en réalité qu’une mauvaise réponse à de vraies questions d’identité, de justice sociale et de religiosité privée. Les femmes doivent s’affranchir de cette influence.

Il faut aussi par ailleurs réapprendre aux enfants et aux jeunes à développer une réflexion. L’éducation est déficiente, elle produit d’excellents techniciens, mais elle ne leur fournit pas les éléments d’un art de penser fondé sur l’intelligence. Il est essentiel de renouer avec un enseignement des valeurs démocratiques.

Qu’est-ce qui vous révolte ?

Que la spiritualité de l’islam et son humanisme aient été perdus de vue, occultés par une lecture littéraliste des textes sacrés, avec son lot de débats stériles. Répéter « l’islam est une religion de paix et de tolérance » après chaque attentat meurtrier ne suffit pas à réhabiliter l’islam, ni à valoriser l’image des Arabes et des musulmans dans l’opinion occidentale. Le dogme doit être adapté à la réalité, il est tout à fait compatible avec la modernité. Les femmes devraient véhiculer une lecture éclairée du Coran et non pas subir le prosélytisme. Le vivre ensemble est en danger ; il est urgent de trouver un équilibre à l’échelle individuelle, où l’ego des hommes puisse cohabiter avec les dimensions multiples de la femme.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Tunisie

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une institut[...]

Audiovisuel tunisien : mauvaises ondes à la Haica

Incapable de s'imposer dans un monde médiatique qui flirte avec le pouvoir politique, la Haica, l'instance de régulation de l'audiovisuel, est fragilisée par une série de démissions.[...]

Attentat du Bardo : un second suspect marocain arrêté en Tunisie

Selon l'AFP, un Marocain suspecté de complicité dans l'attentat du Bardo a été arrêté jeudi en Tunisie. Un autre ressortissant du royaume avait été interpellé en Italie[...]

Tunisie : fusillade dans la caserne de Bouchoucha à Tunis, sept militaires tués

Un soldat tunisien a ouvert le feu lundi matin sur d'autres soldats, dans la caserne de Bouchoucha, à Tunis. Au moins sept militaires ont été tués et d'autres blessés, selon le ministère[...]

Barack Obama à Béji Caïd Essebsi : "Les États-Unis croient en la Tunisie"

À l'ocassion de la réception de Béji Caïd Essebsi à la Maison blanche jeudi, le président amréicain Barack Obama a annoncé son intention d'accorder à la Tunisie le[...]

Attentat du Bardo en Tunisie : doutes sur l'implication du suspect marocain arrêté en Italie

Un nouveau suspect a été appréhendé mercredi à Gaggiano, en Italie, dans le cadre de l'affaire de l’attentat du Bardo. Mais les premiers éléments laissent à penser[...]

Tunisie : contre la contrebande, l'électronique !

Habib Essid, le Premier ministre tunisien, et Slim Chaker, son ministre des Finances, ont donné carte blanche à Adel Ben Hassine, le directeur général des douanes fraîchement nommé,[...]

Les femmes africaines peinent à percer le plafond de verre

Éducation, travail, indépendance... Malgré de timides avancées, le statut des femmes n'a que peu progressé en Afrique, selon les participantes du 5e forum social d’Essaouira, au Maroc, du[...]

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi reçu par Barack Obama à la Maison blanche

Le président tunisien Béji Caïd Essebsi sera reçu jeudi à Washington par son homologue américain Barack Obama. Cette deuxième rencontre entre les deux hommes à la Maison[...]

Comment Samir Tarhouni, l'ancien chef de la BAT, a empêché les Trabelsi de quitter la Tunisie en 2011

Samir Tarhouni, l'ancien patron de la brigade antiterrorisme (BAT) a été l'un des principaux protagonistes du départ de Ben Ali. Retour sur un épisode clé de l'histoire tunisienne[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers