Extension Factory Builder

Luis Moreno-Ocampo, la bête noire du prétoire

30/11/2010 à 16:16
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le 27 février 2007, à la Haye, au siège de la Cour pénale internationale. Le 27 février 2007, à la Haye, au siège de la Cour pénale internationale. © AFP

Tant pis si ses détracteurs l’accusent de ne s’en prendre qu’aux Africains. Tant pis si les États refusent de coopérer avec la CPI. Le procureur Luis Moreno-Ocampo n’est jamais aussi à l’aise que dans le prétoire. Il y affronte, depuis le 22 novembre, le Congolais Jean-Pierre Bemba.

Qui aura attendu l’ouverture du procès de Jean-Pierre Bemba devant la Cour pénale internationale (CPI), le 22 novembre, avec le plus d’impatience ? L’accusé est « prêt » et « veut y aller », disait récemment l’un de ses avocats. En cellule depuis mai 2008, il s’est échauffé et a joué un rôle actif dans la préparation de sa défense, soufflant souvent des arguments à ses avocats. Le 22 novembre, SA vérité devait commencer à éclater au sujet des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité dont il est accusé.

L’accusateur s'est préparé aussi à un grand numéro. Depuis son élection au poste de procureur de la CPI, en avril 2003, l’Argentin Luis Moreno-Ocampo n’avait encore jamais affronté dans le prétoire un poids lourd comme Jean-Pierre Bemba. Ex-seigneur d’une puissante rébellion, vice-président de la RD Congo pendant trois ans, à quelques pas de la victoire face à Joseph Kabila à la présidentielle de 2006 puis leader de l’opposition : le pedigree de son adversaire a du panache. Plus que celui des trois ex-chefs de milice congolais (Thomas Lubanga, Mathieu Ngudjolo et Germain Katanga) qui ont jusqu’à maintenant été les seuls accusés à comparaître devant la CPI.

Le face-à-face entre Bemba et Moreno-Ocampo est public, filmé et retransmis sur le site internet de la Cour. Au premier, les caméras doivent rappeler des souvenirs de campagne. Le second se remémore peut-être la flamboyante époque de Forum, une émission de téléréalité argentine diffusée à la fin des années 1990 et dans laquelle il tenait le premier rôle. Il y jouait l’« arbitre » entre un quidam et son voisin trop bruyant, un mari et sa femme volage… Sa mission : rabibocher les deux larrons après avoir expliqué le droit, sur un ton affable et pédagogique.

Hyperactif

Luis Moreno-Ocampo, 58 ans, marié et père de quatre enfants, ne s’est jamais contenté d’une officine de juriste. Trop étroit, peut-être, pour cet hyperactif souvent en bras de chemise. Depuis ses débuts, il se frotte aux caméras. Jeune diplômé de la faculté de droit de l’université de Buenos Aires, il est procureur adjoint dans le procès des principaux responsables de la junte argentine, de 1985 à 1987. « On le voyait plus que le procureur », se souvient une juriste. Ensuite, associé dans un cabinet d’avocats, il défend des figures médiatiques comme le footballeur Diego Maradona.

Quand il frappe fort, il aime le faire savoir. Le 14 juillet 2008, il révèle avoir réclamé un mandat d’arrêt contre le président soudanais, Omar el-Béchir. Inédite bien que prévue par le statut de Rome (le texte fondateur de la CPI), l’arrestation d’un chef d’État en exercice est presque une cause perdue. Surtout si l’intéressé se sait visé. Luis Moreno-Ocampo explique ainsi sa démarche à Jeune Afrique : « Arrêter un chef d’État en exercice ne relève pas de l’opération de police. Il faut un consensus des États et donc qu’ils le sachent. Quand Milosevic [l’ancien président serbe, NDLR] a été arrêté, le mandat était public. »

Pour Béatrice Le Fraper, sa conseillère politique jusqu’en mai dernier, avec cette annonce, le procureur fait aussi œuvre de pédagogie : « Il veut absolument expliquer ce qu’il fait pour habituer les États à l’existence de la Cour », dit-elle. Mais les dirigeants du continent ne goûteront pas la leçon de choses. Par solidarité, ils dénoncent les manières unilatérales de Luis Moreno-Ocampo. Ils le soupçonnent d’être sous l’influence des États-Unis, qui n’ont jamais caché leur hostilité au président soudanais. En juillet, après l’ajout du crime de génocide aux crimes de guerre et crimes contre l’humanité déjà reprochés à El-Béchir, l’Union africaine (UA) arrête une position : reconnaissant la CPI pour la plupart, les États membres ne coopéreront pas à l’arrestation du chef de l’État soudanais. Jean Ping, président de la Commission de l’UA, fustigera un « acharnement sur l’Afrique » de la CPI et de son procureur. D’autres dénonceront les effets pervers du chef d’inculpation pour génocide : vider cette notion – contestable dans le cas du Darfour – de son sens et radicaliser le pouvoir à Khartoum.

Si le bureau du procureur envisage des inculpations sur d’autres continents (notamment en Colombie, en Palestine, en Géorgie et en Afghanistan), les seules affaires officiellement ouvertes ont l’Afrique pour théâtre (RD Congo, Ouganda, Centrafrique et Soudan). Luis Moreno-Ocampo se défend pourtant d’être partial : « Je suis un expert en crimes, pas en Afrique. 

Malentendu originel

Mais derrière l’hostilité affichée, le jeu diplomatique empêche les États de boycotter la Cour. À Paris, le 14 juillet dernier, Luis Moreno-Ocampo s’est entretenu en tête à tête avec les présidents tchadien, Idriss Déby Itno, sénégalais, Abdoulaye Wade, et burkinabè, Blaise Compaoré. À l’époque où le Malien Alpha Oumar Konaré en présidait la Commission, l’UA a transmis des documents à la CPI sur le Darfour. Les enquêteurs du bureau du procureur mènent leurs entretiens dans l’affaire du Darfour au Tchad, en Ouganda et au Kenya. Le président tanzanien soutient l’ouverture d’une enquête de la CPI sur les violences post­électorales au Kenya. Mais ces prises de position restent discrètes.

Entre le continent et le procureur, il y a en fait un malentendu originel. Aux premières heures de la CPI, Luis Moreno-Ocampo a concentré ses efforts sur des affaires déférées par des chefs d’État. Toutes sont africaines : exactions de l’Armée de résistance du Seigneur (LRA) en Ouganda, crimes en Ituri (nord-est de la RD Congo) et en Centrafrique. « Des États promettaient de coopérer, avec leurs services de police, explique le juriste sénégalais Sidiki Kaba, ancien président de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH). C’était pour le procureur un moyen de faire exister la Cour, toute jeune à l’époque. » Des mandats d’arrêt sont lancés. Ils mènent la CPI à quelques résultats concrets – arrestations des miliciens en Ituri, notamment – et, pour les pays concernés, aident à marginaliser certains adversaires politiques.

CPI et chefs d’État africains, même combat ? L’impression domine un temps, suscitant cette fois la méfiance des ONG, très engagées en faveur de la création de la CPI dans les années 1990. En décembre 2004, à Londres, le président ougandais, Yoweri Museveni, et Luis Moreno-Ocampo donnent une conférence de presse commune. De concert, ils révèlent des détails de l’enquête sur la LRA. Les ONG, qui attendent une mise en cause de l’armée ougandaise, dénoncent une entorse à l’indépendance de la Cour. Un ancien conseiller donne sa version des faits : « Pour le procureur, l’Ouganda était un premier cas idéal pour faire parler de la Cour. Il y avait des enfants-soldats, des viols et un chef clairement identifié [Joseph Kony, NDLR]. » Quitte à donner l’impression d’un contrat avec les pouvoirs, qui n’a jamais existé. Le mandat d’arrêt contre Omar el-Béchir en est la preuve.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Afrique Subsaharienne

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

OIF - Succession de Diouf : l'Afrique parlera-t-elle d'une seule voix ?

Une réunion de la dernière chance pourrait avoir lieu avant le huis-clos des chefs d'État, dimanche. Objectif : arriver à dégager un consensus sur une candidature africaine à la succession[...]

Infographie : le Burkina des coups d'État

Avec l'arrivée au pouvoir du président de transition Michel Kafando, le Burkina Faso retrouve un chef d'État civil après quasiment un demi-siècle de pouvoir militaire. Retour, en infographie, sur[...]

Sénégal : sommet de l'OIF à Dakar, tout se passe à Diamniadio

Diamniadio, un pôle urbain ultramoderne et écologique, accueille le sommet de la Francophonie les 29 et 30 novembre. Une bouffée d'air frais, en périphérie d'une capitale [...]

Hollande aux Guinéens : "Nous avons le devoir de vous soutenir" dans la lutte contre Ebola

À son arrivée à Conakry, François Hollande a affirmé, vendredi, la solidarité de la France avec la Guinée dans la lutte contre l'épidémie d'Ebola. Le[...]

Triple explosion meurtrière à la mosquée de Kano, dans le nord du Nigeria

Trois bombes ont explosé vendredi dans l'enceinte de la grande mosquée de Kano, dans le nord du Nigeria. Au moins 64 personnes ont été tuées et 126 blessées.[...]

Burundi : chambardement dans le cabinet de Nkurunziza

Pierre Nkurunziza a signé vendredi une série de décrets relatifs à la "réorganisation des services de la présidence". Parmi les têtes qui ont volé, on note celle de[...]

Cameroun : Ahmadou Ahidjo ou l'État incarné

Le 30 novembre 1989, le premier président de la République du Cameroun meurt. Les politiciens de 1958 avaient cru élire cet autodidacte pour une brève transition. Vingt-quatre ans plus tard, il quitta[...]

Cameroun : Ahmadou Ahidjo, 25 ans d'exil funéraire

À l'occasion de la commémoration du 25 anniversaire de la mort d'Ahmadou Ahidjo, Jeune Afrique réédite une série d'articles consacrés à l'ex-président camerounais[...]

Bénin : la Cour constitutionnelle met fin au débat sur un éventuel troisième mandat de Boni Yayi

Dans une décision rendue le 20 novembre, la Cour constitutionnelle s'est prononcée contre toute révision de la Constitution permettant au président béninois, Thomas Boni Yayi, de briguer un[...]

Namibie : Pohamba, deux mandats et puis s'en va

Si dans certains pays africains, les chefs d'État, une fois arrivés en fin mandat, tentent de toucher à la Constitution pour s'accrocher au pouvoir, Hifikepunye Pohamba, le président namibien, a choisi[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces