Extension Factory Builder

John Fru Ndi : "Je ne serai pas le faire-valoir de Paul Biya"

19/11/2010 à 10:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
John Fru Ndi le 5 octobre, près de la ville de Wum. John Fru Ndi le 5 octobre, près de la ville de Wum. © Maboup pour J.A.

Jeune Afrique : Serez-vous candidat à la présidentielle de 2011 ?

John Fru Ndi : Cette question sera définitivement tranchée lors du congrès du parti qui se tiendra au début de l’année prochaine. Je ne suis pas le candidat naturel du Social Democratic Front. J’ai beau être le fondateur du parti, je ne suis pas Chairman à vie. Mais si les instances du SDF le veulent, alors oui, je serai candidat. Je me soumettrai à la décision du congrès.

Pensez-vous pouvoir l’emporter ?

L’alternance est possible si les lois sont appliquées. Mais si le président Biya continue de tout verrouiller, le pays entier en paiera le prix. Ils disent qu’il n’y a pas assez d’argent pour instaurer la biométrie. Mais d’où viennent les milliards que les prisonniers de l’opération Épervier [opération anticorruption lancée en 2006 sous la pression du Fonds monétaire international, NDLR] ont détournés ? Nous n’avons besoin que de 2 à 3 milliards de F CFA [3 à 4,5 millions d’euros] pour confectionner une bonne liste électorale. Les partenaires au développement peuvent nous aider.

L’opposition n’aurait-elle pas plus de chances de gagner si elle s’entendait sur un candidat unique ?

La question n’est pas de soutenir un individu qui servirait de faire-valoir à M. Biya. Nous voulons un candidat qui puisse l’emporter à l’issue d’une élection transparente. Cela dit, je me suis battu à chaque élection pour obtenir une candidature unique, mais je trouve parfois difficile de négocier avec les opposants camerounais.

Pourquoi ?

Ils ont vite fait d’utiliser la menace d’un ralliement au SDF pour négocier des places au sein du gouvernement.

Concernant les préparatifs du scrutin, vous avez déjà introduit trois recours contre Elecam, la commission électorale. Pourquoi ne pas lui donner une chance ?

Depuis des décennies, nous donnons une chance aux institutions chargées d’organiser les élections. Pour quel résultat ? Que M. Biya nous donne à son tour une chance en nous écoutant. Comment être sûr de la neutralité des membres de la direction de cet organe lorsque aucune de nos propositions n’est prise en compte ? C’est un organe partisan. Les conséquences de cette situation peuvent être graves. Nous ne voulons pas de guerre dans ce pays. Le Cameroun n’y survivrait pas.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

Cameroun

Satan is back

Même si l'on reproche aux journalistes - souvent à raison - de ne parler de l'Afrique subsaharienne que sous l'angle de ses échecs, lesquels masquent le foisonnement de ses réussites qu[...]

Cameroun : les vérités de Marafa Hamidou Yaya

Dans une interview exclusive réalisée par correspondance, parue dans le Jeune Afrique n°2803, Marafa Hamidou Yaya, l'ancien ministre camerounais de l’Administration territoriale, dément formellement[...]

Cameroun : Lydienne Yen Eyoum reconnue coupable de détournements de fonds publics

Le verdict est tombé dans le procès de Lydienne Yen Eyoum. L'avocate franco-camerounaise, accusée de détournements de fonds publics, a été reconnue coupable vendredi par le Tribunal[...]

Faut-il avoir peur de l'APE ?

Après plus de dix ans de négociations, l'accord de partenariat économique a enfin été conclu entre l'Union européenne et une grande partie de l'Afrique subsaharienne... Mais[...]

Mbara Guérandi : enquête sur une affaire d'État camerounaise

Guérandi Mbara était l'un des cerveaux du putsch de 1984. Pendant trente ans, depuis son exil ouagalais, il a menacé de s'en prendre à nouveau à Paul Biya, au nez et à la barbe des[...]

Douala, port de l'angoisse

L'infrastructure par laquelle transite le commerce du Cameroun, du Tchad et de la Centrafrique est au bord de l'asphyxie. Les opérateurs publics et privés gèrent l'urgence, mais les solutions de long terme se[...]

Cameroun : Baileys, l'alcool qui peut vous envoyer en prison

Au Cameroun, mieux vaut faire attention à la boisson que l'on commande. Si une Guiness ne déclenchera que des regards approbateurs, un Baileys pourrait vous valoir une dénonciation pour homosexualité.[...]

Nigeria : afflux de réfugiés fuyant Boko Haram, le HCR tire la sonnette d'alarme

De plus en plus de civils fuient les combats dans le nord-est du Nigeria pour se réfugier dans les pays voisins. Mardi, le HCR a lancé un appel aux dons de 34 millions de dollars pour aider 75 000 [...]

Lions du Cameroun : l'irrésistible ascension de Choupo-Moting

Passé cet été de Mayence à Schalke 04, un des meilleurs clubs allemands, Éric Maxim Choupo-Moting (25 ans) a également été nommé vice-capitaine des Lions indomptables[...]

Musique : X Maleya fait son premier Olympia à Paris

Dimanche, le trio camerounais X Mayela sera en concert dans la la capitale française, à l'Olympia. Sur scène, ils auront des invités, dont un célèbre footballeur camerounais...[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers