Extension Factory Builder
09/11/2010 à 16:10
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Dilma Roussef. Dilma Roussef. © AFP

Présidente du Brésil

Passée l’euphorie de la victoire, les difficultés commencent. Dilma Rousseff, 62 ans, devenue le 31 octobre la première femme présidente du Brésil, en a bien conscience. Certes, elle a remporté aisément le scrutin, avec 56 % des voix, mais elle n’a pas été élue dès le premier tour comme elle l’espérait. Et ses premiers défis sont de taille. Elle devra réformer un système éducatif mal en point, développer les infrastructures et améliorer le sort des quelque 30 millions de Brésiliens qui vivent dans la misère. Au menu également, l’organisation de la Coupe du monde de football de 2014, dont les travaux ont pris du retard, et celle des Jeux olympiques d’été de 2016. Surtout, Rousseff devra assurer la pérennité des plus grandes réussites de Lula da Silva, son prédécesseur et mentor : un rythme de croissance élevé (7,5 % prévus cette année) et la réduction des inégalités.

Se gardant de tout triomphalisme, la nouvelle présidente s’est donc engagée, dans un premier discours très sobre, à éradiquer la pauvreté, dont « la profondeur abyssale empêche [le Brésil] de devenir une nation développée », et à améliorer la qualité des services publics. En réalité, durant toute sa campagne, et à l’instar de son opposant de centre droit, José Serra, elle a entretenu le flou sur les politiques qu’elle entend mener. Une chose est sûre : le 1er janvier 2011, qui marquera le début de son mandat, elle se retrouvera seule à la barre de la huitième économie du monde et ne pourra plus compter sur l’immense popularité de Lula pour rallier les Brésiliens à ses choix.

 

La terne Dilma, qui a mené une campagne sans brio, devra faire avec ses qualités propres : pugnacité et efficacité de gestionnaire. « Dilma ne sera pas un second Lula, prévient Roberto Mangabeira Unger, ancien ministre du président-syndicaliste. C’est une personne différente, qui arrive dans des circonstances différentes pour accomplir un mandat différent. » Plus dirigiste que Lula, Rousseff, ancienne égérie de l’extrême gauche, devrait accroître le rôle de l’État dans l’économie, en particulier dans l’exploitation des gisements de pétrole offshore découverts dans l’Atlantique. Sans cependant remettre en question les grands équilibres macroéconomiques. Elle a déjà indiqué qu’elle veillerait à la maîtrise des dépenses publiques. De quoi dissiper les craintes des marchés, qui sont d’ailleurs repartis à la hausse sitôt connus les résultats de l’élection.

Sur le plan social, Rousseff ne changera sans doute pas un Brésil religieux et conservateur. Après s’être déclarée, pendant la campagne, favorable à la dépénalisation de l’interruption volontaire de grossesse, elle s’est heurtée aux réactions indignées des clergés catholique et évangélique, et a dû s’engager par écrit à ne pas légaliser l’avortement au cas où elle serait élue.

Sur le plan international, le Brésil de Rousseff perdra certainement de la stature et de l’influence que lui avait fait gagner l’ambitieuse politique étrangère de Lula. « Dilma ne recherche pas le prestige. Peu lui importe d’être un dirigeant qui compte sur la scène internationale. Durant les premières années de son mandat, elle va surtout s’occuper de politique intérieure », indique Rubens Barbosa, ancien ambassadeur du Brésil à Washington, dans le New York Times.

 

Rousseff aura-t-elle les moyens de ses ambitions, aussi raisonnables soient-elles ? Ce n’est pas gagné. Même si elle devrait disposer d’une large majorité parlementaire – voire des 60 % des votes nécessaires pour amender la Constitution –, elle n’aura peut-être pas assez de poids pour imposer au Congrès tous ses projets de réforme économique. Autre casse-tête en perspective, la cohabitation harmonieuse des dix partis qui composent sa coalition.

En outre, la présidente sera davantage otage du Parti des travailleurs que ne l’était Lula. L’intention qui lui est prêtée de nommer un gouvernement de technocrates – avec notamment Antonio Palocci, ministre des Finances sous Lula de 2003 à 2006 et partisan de l’orthodoxie budgétaire – inquiète déjà l’aile gauche du parti, qui pourrait radicaliser ses positions. L’inexpérimentée et peu charismatique Dilma n’aura que sa légitimité à lui opposer. Cela suffira-t-il ?

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers