Extension Factory Builder

Mon "Jeune Afrique" à moi

29/10/2010 à 14:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

J’ai commencé à travailler à Jeune Afrique le 1er juillet 2001. Deux semaines auparavant, alors qu’il venait d’achever la lecture d’un ouvrage politique polémique que j’avais écrit sur l’Afrique, Béchir Ben Yahmed m’a invité à une conférence de rédaction du journal. Au moment où je prenais congé, il m’a lancé : « J’ai parcouru votre ouvrage. Certains de ses passages ne manquent pas d’intérêt. Si vous souhaitez collaborer avec nous, voyez François Soudan avant de partir. »

Visiblement sous la pression d’une montagne de travail, Soudan m’a dit, expéditif : « Envoyez-nous une lettre manuscrite. » Avant d’insister, réagissant à ma proposition de lui faire parvenir mon courrier par mail : « Il nous faut une lettre manuscrite. » J’ai compris quelques jours plus tard le sens de cette exigence : Béchir Ben Yahmed ne recrute personne sans avoir soumis son écriture à un graphologue. Cet esprit rationnel croit en la graphologie. C’est donc sans doute parce que le résultat de mon test a été concluant que j’ai été appelé pour entamer une période d’essai de deux semaines.

Dès mon arrivée au 57 bis, rue d’Auteuil, en cette matinée du 1er juillet, j’ai été installé devant un ordinateur dans le bureau de Samir Gharbi, un nom que je lisais depuis ma plus tendre enfance dans les colonnes de Jeune Afrique, avant de prendre part à une réunion de rédaction qui m’a fait sérieusement douter de ma capacité à rester dans cette maison. Devant un parterre pour le moins intimidé, BBY a consacré toute la séance à de très dures critiques à l’endroit des journalistes et des rédacteurs en chef. Avant de jeter à la poubelle un « article mal informé et mal écrit ».

Alors que je lui faisais part de mes appréhensions à la sortie de la réunion, Tarek Moussa, un responsable de desk devenu depuis chef de la section Maghreb & Moyen-Orient, m’a répondu : « C’est comme ça ici. Le niveau – 1 où tu te situes en arrivant est surnommé “la piscine’’. Il faut savoir nager pour pouvoir sortir la tête de l’eau. »

Les jours qui ont suivi ont été psychologiquement éprouvants pour moi, mais m’ont appris à travailler vite et bien, à prendre des initiatives, proposer des sujets, aborder des questions de prime abord au-dessus de mes compétences et de mon expérience… Au fil du temps, j’ai découvert les deux facettes de BBY : intransigeant et cassant dans le cadre du travail, il est humainement bon.

J’ai été recruté dans un contexte de vive concurrence au sein de la section Afrique subsaharienne, où les pièges et les peaux de banane ne manquaient pas. Il m’a protégé et m’a très vite mis sur des sujets et des missions qui m’ont aguerri.

Pour être l’un des journalistes qui ont travaillé étroitement avec lui, j’ai beaucoup appris de son intelligence, de son exceptionnelle capacité de travail, de sa méthode de gestion des hommes…

Quand il a décidé de se retirer, en 2007, l’arrivée aux commandes du binôme François Soudan-Marwane Ben Yahmed a desserré la pression sur les journalistes, mais sans rien concéder sur l’obligation de résultat.

Mon Jeune Afrique à moi est une école, un journal soucieux de mesure, qui ne flatte ni ne critique avec excès, une institution respectable à mille lieues de la caricature que certains de ses détracteurs en font. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Une histoire vraiment cochonne

POST-Sriptum Article précédent :
Tunisie, ce petit pays qui a tout d'un grand !

AUTRES

Armée tunisienne : la grande désillusion

Armée tunisienne : la grande désillusion

Incapable de venir à bout des maquis jihadistes, minée par des querelles au sommet, gangrenée par la politique, la grande muette a beaucoup perdu de sa superbe. Enquête exclusive sur une[...]

Que faut-il retenir de la visite de Mohammed VI au Sénégal ?

Le souverain marocain, Mohammed VI, quittera le Sénégal vendredi, après avoir signé de nombreux accords économiques.[...]

Justice américaine : l'attribution de la Coupe du monde à l'Afrique du Sud était "corrompue"

C'est ce qu'a déclaré mercredi 21 mai la ministre américaine de la Justice à New York, après les inculpations pour corruption d'élus et partenaires de la Fifa. La Fédération [...]

Robert Mugabe aurait orchestré les massacres de Gukurahundi en 1983, selon des documents déclassifiés

Robert Mugabe a-t-il joué un rôle clé pendant les massacres de Gukurahundi en janvier 1983. De nouveaux documents déclassifiés prouveraient la responsabilité du chef de l'État zimba[...]

Rwanda : le Parlement se penchera bientôt sur la question du troisième mandat de Kagamé

Le Parlement dit avoir reçu plus de deux millions de demandes de la population pour réviser la Constitution de 2003. Objectif : permettre à Paul Kagamé de se représenter en 2017.[...]

Les nouveaux passeports palestiniens revendiquent l'"État de Palestine"

Les nouveaux passeports palestiniens arboreront dès à présent la mention "État de Palestine". Plus symbolique qu’officielle, cette modification a tout de même suscité un en[...]

Festival de Fès - Alain Weber : "La musique est un peu une revanche pour l'Afrique"

Entretien avec Alain Weber, directeur artistique de la 21e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde.[...]

Serge Aurier (PSG) : "Tu ramènes la CAN en Côte d'Ivoire, et où est la gratitude ?"

Coup de gueule de Serge Aurier. Définitivement transféré au Paris-SG, le jeune défenseur international ivoirien (22 ans) va disputer samedi la finale de la Coupe de France face à Auxerre. Mais s[...]

Qui dirige vraiment le Cameroun ?

Le président règne de loin et supervise de haut, chargeant une poignée de fidèles d'appliquer - voire de déchiffrer - ses directives. Et depuis trente-trois ans, ça march[...]

Kenya : attaque meurtrière des Shebab contre des policiers près de Garissa

La localité de Garissa fait depuis plusieurs jours l'objet d'affrontements entre les Shebab somaliens et les policiers kényans. Début avril, les insurgés y avaient massacré près de 150 &e[...]

Mode d'emploi et favoris : l'élection du président de la BAD en 5 questions

Le 28 mai, la Banque africaine de développement élira un nouveau président. "Jeune Afrique" décrypte pour vous tous les ressorts de cette élection et livre une analyse exclusive des cha[...]

Ali Benmakhlouf : "À sa mort, le Prophète n'a laissé aucune directive"

Le penseur marocain en est persuadé : sans l'apport de la pensée arabe médiévale, le paysage intellectuel européen actuel ne serait pas ce qu'il est. Et pourtant qui le sait ? Dans un ess[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers