Extension Factory Builder

Mon "Jeune Afrique" à moi

29/10/2010 à 14:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

J’ai commencé à travailler à Jeune Afrique le 1er juillet 2001. Deux semaines auparavant, alors qu’il venait d’achever la lecture d’un ouvrage politique polémique que j’avais écrit sur l’Afrique, Béchir Ben Yahmed m’a invité à une conférence de rédaction du journal. Au moment où je prenais congé, il m’a lancé : « J’ai parcouru votre ouvrage. Certains de ses passages ne manquent pas d’intérêt. Si vous souhaitez collaborer avec nous, voyez François Soudan avant de partir. »

Visiblement sous la pression d’une montagne de travail, Soudan m’a dit, expéditif : « Envoyez-nous une lettre manuscrite. » Avant d’insister, réagissant à ma proposition de lui faire parvenir mon courrier par mail : « Il nous faut une lettre manuscrite. » J’ai compris quelques jours plus tard le sens de cette exigence : Béchir Ben Yahmed ne recrute personne sans avoir soumis son écriture à un graphologue. Cet esprit rationnel croit en la graphologie. C’est donc sans doute parce que le résultat de mon test a été concluant que j’ai été appelé pour entamer une période d’essai de deux semaines.

Dès mon arrivée au 57 bis, rue d’Auteuil, en cette matinée du 1er juillet, j’ai été installé devant un ordinateur dans le bureau de Samir Gharbi, un nom que je lisais depuis ma plus tendre enfance dans les colonnes de Jeune Afrique, avant de prendre part à une réunion de rédaction qui m’a fait sérieusement douter de ma capacité à rester dans cette maison. Devant un parterre pour le moins intimidé, BBY a consacré toute la séance à de très dures critiques à l’endroit des journalistes et des rédacteurs en chef. Avant de jeter à la poubelle un « article mal informé et mal écrit ».

Alors que je lui faisais part de mes appréhensions à la sortie de la réunion, Tarek Moussa, un responsable de desk devenu depuis chef de la section Maghreb & Moyen-Orient, m’a répondu : « C’est comme ça ici. Le niveau – 1 où tu te situes en arrivant est surnommé “la piscine’’. Il faut savoir nager pour pouvoir sortir la tête de l’eau. »

Les jours qui ont suivi ont été psychologiquement éprouvants pour moi, mais m’ont appris à travailler vite et bien, à prendre des initiatives, proposer des sujets, aborder des questions de prime abord au-dessus de mes compétences et de mon expérience… Au fil du temps, j’ai découvert les deux facettes de BBY : intransigeant et cassant dans le cadre du travail, il est humainement bon.

J’ai été recruté dans un contexte de vive concurrence au sein de la section Afrique subsaharienne, où les pièges et les peaux de banane ne manquaient pas. Il m’a protégé et m’a très vite mis sur des sujets et des missions qui m’ont aguerri.

Pour être l’un des journalistes qui ont travaillé étroitement avec lui, j’ai beaucoup appris de son intelligence, de son exceptionnelle capacité de travail, de sa méthode de gestion des hommes…

Quand il a décidé de se retirer, en 2007, l’arrivée aux commandes du binôme François Soudan-Marwane Ben Yahmed a desserré la pression sur les journalistes, mais sans rien concéder sur l’obligation de résultat.

Mon Jeune Afrique à moi est une école, un journal soucieux de mesure, qui ne flatte ni ne critique avec excès, une institution respectable à mille lieues de la caricature que certains de ses détracteurs en font. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Une histoire vraiment cochonne

POST-Sriptum Article précédent :
Tunisie, ce petit pays qui a tout d'un grand !

AUTRES

Benjamin Stora : 'La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants'

Benjamin Stora : "La France peine à se voir comme une nation construite par ses migrants"

Entretien avec le patron de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration, l'historien français Benjamin Stora.[...]

Devant la chute des cours du pétrole, l'Algérie change de ton

La chute du cours du pétrole en dessous de 60 dollars et la perspective d’un prix bas à moyen terme ont ébranlé l'assurance de l'Algérie. Le ton est désormais à l'urgence et d[...]

Zambie : Guy Scott refuse de démissionner malgré la pression de ses ministres

La plupart de ses ministres ont exigé son départ. Qu'importe : le président zambien par intérim, Guy Scott, a assuré mercredi qu'il ne démissionnerait pas avant l'élection pr&eacu[...]

Oubliez le McDo, à Paris, les fast-food africains passent à l'offensive !

En quelques années, le marché de la restauration rapide en France a vu venir de nouveaux acteurs, les fast-food africains. Malgré la frilosité des banques à les aider, certains ont réussi [...]

Marzouki : "Mohamed Bouazizi est devenu un symbole qui a franchi les frontières tunisiennes"

Le président tunisien Moncef Marzouki a tenu mercredi un meeting de campagne pour sa réélection à Sidi Bouzid, jour anniversaire de l'immolation de Mohamed Bouazizi, un des symboles de la révol[...]

Rwanda : fermeture différée pour le TPIR ?

Basé à Arusha, en Tanzanie, le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) ne devrait pas fermer ses portes avant août 2015.[...]

Démocratie et torture

Très mauvaise fin d'année pour le dogme selon lequel "la démocratie est le stade suprême du développement politique". On nous a tant de fois assuré que c'est le syst&egra[...]

Afrique du Sud : une suite de la biographie de Nelson Mandela sera publiée en 2015

Une suite de l'autobiographie de Nelson Mandela "Un long chemin vers la liberté" sera publiée l'an prochain en Afrique du Sud, a indiqué mercredi la fondation de l'ancien président sud-afric[...]

États-Unis : Hillary Clinton, future présidente ?

L'épouse de Bill Clinton n'est pas encore candidate à la présidentielle de 2016, mais nul doute qu'elle le sera bientôt. Sera-t-elle la première femme à accéder à la M[...]

RDC : ça se passe comme ça, à L'Espace Ngoma de Kisangani

Créée en 2006, cette salle de spectacle est le point de ralliement des artistes boyomais. En pratique, elle sert aussi de maison de la culture et rayonne bien au-delà de Kisangani.[...]

Abbé Malumalu : "En tant que citoyen, je souhaite que la Constitution de la RDC soit respectée"

Faut-il organiser les scrutins locaux avant la présidentielle et les législatives de 2016 en RDC ? Non, selon l'opposition, qui redoute un report de ces échéances nationales. Oui, dit le pr&eacu[...]

Algérie : au Val-de-Grâce, un Bouteflika peut-il en cacher un autre ?

La santé d'Abdelaziz Bouteflika a une nouvelle fois fait parler d'elle mardi. Selon des médias algériens, le président algérien aurait été hospitalisé une nouvelle fois au [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers