Extension Factory Builder

Mon "Jeune Afrique" à moi

29/10/2010 à 14:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

J’ai commencé à travailler à Jeune Afrique le 1er juillet 2001. Deux semaines auparavant, alors qu’il venait d’achever la lecture d’un ouvrage politique polémique que j’avais écrit sur l’Afrique, Béchir Ben Yahmed m’a invité à une conférence de rédaction du journal. Au moment où je prenais congé, il m’a lancé : « J’ai parcouru votre ouvrage. Certains de ses passages ne manquent pas d’intérêt. Si vous souhaitez collaborer avec nous, voyez François Soudan avant de partir. »

Visiblement sous la pression d’une montagne de travail, Soudan m’a dit, expéditif : « Envoyez-nous une lettre manuscrite. » Avant d’insister, réagissant à ma proposition de lui faire parvenir mon courrier par mail : « Il nous faut une lettre manuscrite. » J’ai compris quelques jours plus tard le sens de cette exigence : Béchir Ben Yahmed ne recrute personne sans avoir soumis son écriture à un graphologue. Cet esprit rationnel croit en la graphologie. C’est donc sans doute parce que le résultat de mon test a été concluant que j’ai été appelé pour entamer une période d’essai de deux semaines.

Dès mon arrivée au 57 bis, rue d’Auteuil, en cette matinée du 1er juillet, j’ai été installé devant un ordinateur dans le bureau de Samir Gharbi, un nom que je lisais depuis ma plus tendre enfance dans les colonnes de Jeune Afrique, avant de prendre part à une réunion de rédaction qui m’a fait sérieusement douter de ma capacité à rester dans cette maison. Devant un parterre pour le moins intimidé, BBY a consacré toute la séance à de très dures critiques à l’endroit des journalistes et des rédacteurs en chef. Avant de jeter à la poubelle un « article mal informé et mal écrit ».

Alors que je lui faisais part de mes appréhensions à la sortie de la réunion, Tarek Moussa, un responsable de desk devenu depuis chef de la section Maghreb & Moyen-Orient, m’a répondu : « C’est comme ça ici. Le niveau – 1 où tu te situes en arrivant est surnommé “la piscine’’. Il faut savoir nager pour pouvoir sortir la tête de l’eau. »

Les jours qui ont suivi ont été psychologiquement éprouvants pour moi, mais m’ont appris à travailler vite et bien, à prendre des initiatives, proposer des sujets, aborder des questions de prime abord au-dessus de mes compétences et de mon expérience… Au fil du temps, j’ai découvert les deux facettes de BBY : intransigeant et cassant dans le cadre du travail, il est humainement bon.

J’ai été recruté dans un contexte de vive concurrence au sein de la section Afrique subsaharienne, où les pièges et les peaux de banane ne manquaient pas. Il m’a protégé et m’a très vite mis sur des sujets et des missions qui m’ont aguerri.

Pour être l’un des journalistes qui ont travaillé étroitement avec lui, j’ai beaucoup appris de son intelligence, de son exceptionnelle capacité de travail, de sa méthode de gestion des hommes…

Quand il a décidé de se retirer, en 2007, l’arrivée aux commandes du binôme François Soudan-Marwane Ben Yahmed a desserré la pression sur les journalistes, mais sans rien concéder sur l’obligation de résultat.

Mon Jeune Afrique à moi est une école, un journal soucieux de mesure, qui ne flatte ni ne critique avec excès, une institution respectable à mille lieues de la caricature que certains de ses détracteurs en font. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Une histoire vraiment cochonne

POST-Sriptum Article précédent :
Tunisie, ce petit pays qui a tout d'un grand !

AUTRES

Biram Dah Abeid : 'En Mauritanie, les Haratines sont traités comme des objets'

Biram Dah Abeid : "En Mauritanie, les Haratines sont traités comme des objets"

Président de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste, Biram Dah Abeid dénonce la subsistance de pratiques esclavagistes en Mauritanie.[...]

RDC - AS Vita Club : Firmin Mubele Ndombe, une ambition européenne

À tout juste 20 ans, Firmin Mubele Ndombe, l’attaquant de l’AS Vita Club, fait déjà pas mal parler de lui. Le joueur du club le plus populaire de RD Congo pourrait même s’expatrier da[...]

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika réélu avec 81,53% des voix

Abdelaziz Bouteflika a été réélu au premier tour de l'élection présidentielle algérienne. Le chef de l'État sortant, qui briguait son quatrième mandat, a rassembl&eacu[...]

Algérie : les sept vies d'Abdelaziz Bouteflika

Abdelaziz Bouteflika a été réélu vendredi président de la République algérienne à une majorité écrasante de 81,53 % des suffrages exprimés. Alors que &q[...]

Lycéennes enlevées au Nigeria : les recherches s'intensifient dans le Nord-Est

Le gouverneur de l'État de Borno a offert 50 millions de nairas (215 000 euros) à quiconque donnerait des informations permettant la libération des 129 lycéennes enlevées lundi soir par le grou[...]

Rwanda : vingt ans après... Renaître à Kigali

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s'efforcent de transcen[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

"Le Christ selon l'Afrique" : et il est comment le dernier Calixthe Beyala ?

Calixthe Beyala a au moins un talent : celui de faire croire à ses lecteurs occidentaux que l'Afrique n'est autre qu'une terre miséreuse victime de son passé et de la mondialisation. Une image tant&oci[...]

Tunisie - Star Wars : Dark Vador SDF ?

Le site de Onk el-Jmel, qui a servi de décor au tournage de Star Wars, est menacé par le sable. Les fans de la saga vont-ils se mobiliser pour le sauver ?[...]

Tunisie : Moncef Marzouki va baisser son salaire des deux tiers

Moncef Marzouki a annoncé vendredi son intention de baisser son salaire des deux tiers.[...]

Côte d'Ivoire : Dobet Gnahoré, chanteuse polyglotte et cosmopolite

Bété, malinké, dida, lingala, créole, français, anglais... Le répertoire de la chanteuse ivoirienne Dobet Gnahoré semble n'avoir pas de limites. Et gagne en épaisseur[...]

Soudan du Sud : l'attaque d'une base de l'ONU a fait au moins 58 morts

Les cadavres d'au moins 58 personnes, dont 10 assaillants, ont été retrouvés après l'attaque jeudi d'une base de l'ONU au Soudan du Sud.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers