Extension Factory Builder

Mon "Jeune Afrique" à moi

29/10/2010 à 14:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

J’ai commencé à travailler à Jeune Afrique le 1er juillet 2001. Deux semaines auparavant, alors qu’il venait d’achever la lecture d’un ouvrage politique polémique que j’avais écrit sur l’Afrique, Béchir Ben Yahmed m’a invité à une conférence de rédaction du journal. Au moment où je prenais congé, il m’a lancé : « J’ai parcouru votre ouvrage. Certains de ses passages ne manquent pas d’intérêt. Si vous souhaitez collaborer avec nous, voyez François Soudan avant de partir. »

Visiblement sous la pression d’une montagne de travail, Soudan m’a dit, expéditif : « Envoyez-nous une lettre manuscrite. » Avant d’insister, réagissant à ma proposition de lui faire parvenir mon courrier par mail : « Il nous faut une lettre manuscrite. » J’ai compris quelques jours plus tard le sens de cette exigence : Béchir Ben Yahmed ne recrute personne sans avoir soumis son écriture à un graphologue. Cet esprit rationnel croit en la graphologie. C’est donc sans doute parce que le résultat de mon test a été concluant que j’ai été appelé pour entamer une période d’essai de deux semaines.

Dès mon arrivée au 57 bis, rue d’Auteuil, en cette matinée du 1er juillet, j’ai été installé devant un ordinateur dans le bureau de Samir Gharbi, un nom que je lisais depuis ma plus tendre enfance dans les colonnes de Jeune Afrique, avant de prendre part à une réunion de rédaction qui m’a fait sérieusement douter de ma capacité à rester dans cette maison. Devant un parterre pour le moins intimidé, BBY a consacré toute la séance à de très dures critiques à l’endroit des journalistes et des rédacteurs en chef. Avant de jeter à la poubelle un « article mal informé et mal écrit ».

Alors que je lui faisais part de mes appréhensions à la sortie de la réunion, Tarek Moussa, un responsable de desk devenu depuis chef de la section Maghreb & Moyen-Orient, m’a répondu : « C’est comme ça ici. Le niveau – 1 où tu te situes en arrivant est surnommé “la piscine’’. Il faut savoir nager pour pouvoir sortir la tête de l’eau. »

Les jours qui ont suivi ont été psychologiquement éprouvants pour moi, mais m’ont appris à travailler vite et bien, à prendre des initiatives, proposer des sujets, aborder des questions de prime abord au-dessus de mes compétences et de mon expérience… Au fil du temps, j’ai découvert les deux facettes de BBY : intransigeant et cassant dans le cadre du travail, il est humainement bon.

J’ai été recruté dans un contexte de vive concurrence au sein de la section Afrique subsaharienne, où les pièges et les peaux de banane ne manquaient pas. Il m’a protégé et m’a très vite mis sur des sujets et des missions qui m’ont aguerri.

Pour être l’un des journalistes qui ont travaillé étroitement avec lui, j’ai beaucoup appris de son intelligence, de son exceptionnelle capacité de travail, de sa méthode de gestion des hommes…

Quand il a décidé de se retirer, en 2007, l’arrivée aux commandes du binôme François Soudan-Marwane Ben Yahmed a desserré la pression sur les journalistes, mais sans rien concéder sur l’obligation de résultat.

Mon Jeune Afrique à moi est une école, un journal soucieux de mesure, qui ne flatte ni ne critique avec excès, une institution respectable à mille lieues de la caricature que certains de ses détracteurs en font. 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

POST-Sriptum Article suivant :
Une histoire vraiment cochonne

POST-Sriptum Article précédent :
Tunisie, ce petit pays qui a tout d'un grand !

AUTRES

Burkina : Zida entend multiplier les réformes et lutter contre la corruption

Burkina : Zida entend multiplier les réformes et lutter contre la corruption

À l'issue du premier Conseil des ministres de son gouvernement, le lieutenant-colonel Isaac Zida a promis lundi de mener de nombreuses réformes et a désigné une cible : la corruption.[...]

Égypte - France : le climat se réchauffe

L'Égypte est résolue à améliorer ses relations avec la France (Abdel Fattah al-Sissi devait se rendre les 25 et 26 novembre à Paris pour s'entretenir avec François Hollande [...]

Entrepreneuriat : le prochain GES aura lieu en Afrique subsaharienne

 Organisée à Marrakech du 19 au 21 novembre, la cinquième édition du GES a connu un franc succès. Plus de 6000 participants ont pris part à l'événement, qui reviendra l'[...]

Libye - Fethi Benkhalifa : "Les Amazighs n'ont pas à choisir leur camp dans la guerre civile"

Fethi Benkhalifa, ex-président du Congrès mondial amazigh, s'est rendu à Paris. À cette occasion il a accepté de répondre aux questions de "Jeune Afrique" et de donner son poi[...]

Côte d'Ivoire : une dizaine de pro-Gbagbo, dont 3 anciens ministres, mettent fin à leur exil au Ghana

Trois anciens ministres de Laurent Gbagbo, Hubert Oulaye, Odette Sauyet et Assoa Adou, ont regagné la Côte d'Ivoire lundi avec d'autres cadres de l'ancien régime, mettant fin à un exil de quatre ans au[...]

La Côte d'Ivoire veut lever 160 milliards de F CFA

L'État ivoirien a entamé la levée de 160 milliards de F CFA (243 millions d'euros) sur le marché de l'Uemoa. Une partie de ces ressources pourrait servir à apurer la solde des militaires frondeur[...]

Maroc : le corps du délit

En se mettant elles-mêmes en scène, de jeunes artistes marocaines bousculent les stéréotypes liés au statut de la femme. Issues d'une génération décomplexée par[...]

État islamique : Fatiha Mejjati, la veuve noire

Les combattants marocains de l'État islamique (EI) ont leur star. Son nom : Fatiha Mejjati, veuve de Karim Mejjati, membre d'Al-Qaïda tombé en Arabie saoudite en avril 2005. Véritable ic&ocir[...]

Maroc : enquête sur le contrat controversé de Sicpa

Au Maroc, la société suisse chargée du marquage fiscal des boissons et du tabac est loin de faire l'unanimité. Outre des tarifs jugés excessifs, l'opacité de sa gestion pose questi[...]

Maroc : inondations meurtrières dans le Sud

La région du Sud-est du Maroc a connu des intempéries exceptionnelles dimanche 23 novembre. Bilan provisoire : au moins 32 personnes tuées et 6 portées disparues.  [...]

Guinée : au coeur du "ground zero" de l'épidémie d'Ebola

C'est ici, quelque part entre Nzérékoré et Macenta, en pleine forêt, qu'Ebola est apparu il y a bientôt un an. Une région difficile d'accès, qui a payé un lourd tribut [...]

RDC : un nouveau massacre porte à 200 le nombre de civils tués près de Beni

Un nouveau massacre près de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a fait une centaine de morts, selon des députés de la région. L'identité des responsables[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers