Extension Factory Builder

Ali Soumaré: "J'ai pris des coups, et je suis encore debout"

29/10/2010 à 12:26
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Ali Soumaré, conseiller régional PS du Val-d'Oise (France). Ali Soumaré, conseiller régional PS du Val-d'Oise (France). © AFP

Il est jeune (29 ans), d’origine malienne, vit depuis l’âge de 8 ans dans la banlieue sensible de Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) et a mené à la victoire la liste départementale du Parti socialiste aux élections régionales, en mars. Qualifié de « délinquant récidiviste » par ses adversaires lors de cette campagne, il donne sa part de vérité dans Casier politique, coécrit avec Jean-Marc Pitte (éditions Max Milo), qui sort le 28 octobre.

Dans Casier politique, Ali Soumaré revient sur la « tempête politique, médiatique et judiciaire » qui s’est abattue sur lui. Ses adversaires de l’UMP ont déterré une bêtise de jeunesse. Une bagarre entre bandes rivales, une plainte pour vol et lui, qui s’était retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Le jeune homme est condamné à six mois de prison ferme par le tribunal de Pontoise le 9 décembre 2002. Sa peine purgée, il entame une carrière de travailleur social dans sa commune.

Un soir de novembre 2007, deux jeunes de  Villiers-le-Bel sont tués au bout d’une course poursuite avec la police. Porte-parole des familles à son corps défendant, Soumaré se retrouve au cœur du maelström des émeutes qui éclatent par la suite. Le livre fourmille d’anecdotes et d’analyses qui donnent un autre visage aux quartiers sensibles de la région parisienne.

JEUNE AFRIQUE : Pourquoi avez-vous écrit ce livre ?

ALI SOUMARÉ : Après toutes les attaques que j’ai subies, je voulais raconter moi-même mon histoire. Dire quelle est ma vision de la politique. Obama a réussi à mobiliser ses compatriotes blancs, noirs, hispaniques en racontant son parcours. En France, le discours politique devrait être moins déconnecté de la réalité.

Casier politique s’adresse donc à de potentiels électeurs…

Je l’ai écrit pour ceux qui ne croient plus à l’engagement politique ainsi que pour ces habitants de banlieue qui ont du mal à aller voter. Je voulais aussi rassurer ceux qui m’ont soutenu, mais qui se posent encore des questions quand ils me croisent dans la rue.

Après cette campagne difficile, croyez-vous que d’autres jeunes issus des banlieues aient envie de faire de la politique ?

J’ai pris des coups, et je suis encore debout. J’essaie de montrer qu’il n’y a pas de fatalité, qu’il faut forcer le destin. Le Parti socialiste n’est pas venu me chercher. C’est moi qui suis allé à lui. Ils m’ont choisi comme tête de liste non pas parce que j’étais « le Noir de service », mais parce que j’ai trimé pour y arriver. Je ne suis pas une fabrication.

Diriez-vous comme Rama Yade que vous êtes une anomalie statistique dans la classe politique française ?

Je n’emploierai pas ce terme. Comme elle, j’essaie de montrer qu’il n’y a pas de fatalité. Mais le parallèle s’arrête là.

Vous étiez souvent proche du découragement ?

C’est vrai. Pendant cette campagne, parfois l’envie de tout laisser tomber me gagnait. Mais il y avait une telle espérance, tellement d’attente chez les gens ! J’ai croisé une femme à Paris, qui m’a encouragé en sanglotant. Tout ça finit par mettre la pression.

Aviez-vous conscience de vos handicaps ?

Au départ, je me disais : si tant de personnes ont échoué avant moi, comment se fait-il que j’y arrive ? Même les médias africains s’interrogeaient sur mon profil : le PS ne s’était-il pas trompé en choisissant un candidat qui n’est pas sorti de Sciences-Po ou de l’ENA, et n’a même pas le bac ? J’avais fait des semaines de prison pour une affaire [de bagarre entre bandes rivales, NDLR] dans laquelle je n’avais rien à voir ! Mon élection a montré qu’un parcours de travailleur social et la sincérité de l’engagement politique comptent.

Le facteur racisme n’a pas joué…

Les gens des quartiers se sont reconnus à travers les attaques qui me visaient. Ils me disaient : « Tu n’y arriveras jamais. Ils ne nous aiment pas. » Faux. J’ai recueilli 40 % des voix à L’Isle-Adam, chez Axel Poniatowski [son rival UMP dans le Val-d’Oise, qui l’avait traité de « repris de justice », NDLR].

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Soupçons de financement libyen de Sarkozy : le fils de Claude Guéant en garde à vue

Le fils de Claude Guéant, ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, est placé en garde à vue depuis lundi. François Guéant est interrogé dans le cadre de l'enquête sur le financement pr&[...]

Espagne : Podemos, Ciudadanos... les empêcheurs de voter en rond

Podemos à l'extrême gauche, Ciudadanos au centre droit... Ces deux partis n'existaient pas il y a un peu plus d'un an. Portés par une crise économique d'une exceptionnelle gravité, ils[...]

Fatoumata Diawara, artiste sans frontières

À l'affiche de plusieurs films, la Malienne Fatoumata Diawara est aussi une chanteuse reconnue. Rencontre à Ouagadougou.[...]

Féminisme : Chimamanda Ngozi Achidie, cinquante nuances de Black

Auteure d'"Americanah", la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie déconstruit avec méthode les préjugés racistes et sexistes. Son discours sur le féminisme vient d'être[...]

Financement présumé de Sarkozy par Kadhafi : ATT entendu comme témoin à Dakar

L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Touré, a été entendu en qualité de témoin le 24 mars à Dakar par la Division des investigations criminelles (DIC) dans le cadre de[...]

Littérature : "Un racisme en Noir(e) et Blanc(he)"

Beaucoup d'ouvrages évoquant la question du racisme entre le Noir et le Blanc butent souvent sur le principal écueil lié à cette question : une perception manichéenne qui[...]

Le Brésil, une démocratie malade

Ce sont les évêques brésiliens qui ont le mieux pris la mesure du péril qui menace leur pays. Dans un communiqué du 10 mars, cinq jours avant les manifestations géantes contre[...]

Oncle Jacques (Foccart) et Tonton Lee (Kuan Yew)

Beaucoup d'encre, de temps de parole, de grésillements d'antenne et un colloque de deux jours pour assez peu de chose finalement que cette très médiatique publication de l'inventaire du fonds Foccart[...]

États-Unis : un étudiant inculpé pour avoir attaché une corde au cou de la statue d'un Noir

Un étudiant de l'université du Mississippi a été inculpé, vendredi, pour avoir  passé une corde au cou d’une statue érigée sur le campus de [...]

Lee Kuan Yew, l'homme qui inventa Singapour

Premier ministre pendant trente ans, Lee Kuan Yew avait fait de l'économie de l'île-État l'une des plus florissantes de la planète. Il est mort le 23 mars à l'âge de[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces