Extension Factory Builder

Mario Vargas Llosa, Nobel multiforme

15/10/2010 à 15:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mario Vargas Llosa. Mario Vargas Llosa. © Reuters

Prix Nobel de littérature, Mario Vargas Llosa a longtemps attendu cette récompense.  Pour lui, « lorsqu’il devient impossible de résister à la réalité, la fiction constitue un refuge. »

Cette année était la bonne. On attendait, entre autres, Assia Djebar, Cormac McCarthy, Nuruddin Farah ou encore Haruki Murakami. Finalement, le Nobel de littérature 2010 a été attribué à Mario Vargas Llosa, né péruvien en 1936, naturalisé espagnol depuis 1993. Il a été distingué « pour sa cartographie des structures du pouvoir et ses images tranchantes de la résistance, de la révolte et de l’échec individuels ». Cette consécration, il l’attendait depuis des décennies. Si bien que, au moment où sa femme, après avoir reçu un coup de fil de Stockholm, lui annonce la bonne nouvelle ce 7 octobre, Vargas Llosa croit qu’il s’agit d’une plaisanterie. Il était persuadé que l’Académie suédoise l’avait complètement oublié.

Ce Nobel est le couronnement d’une aventure littéraire multiforme commencée par la publication, en 1959, d’un recueil de nouvelles, Les Caïds, vite remarqué. Au fil des années, l’œuvre de Mario Vargas Llosa s’enrichit d’une dizaine de romans, d’essais, de biographies… Traduit dans le monde entier, l’écrivain est sorti du cadre de la littérature d’expression hispanique pour atteindre l’universel. Célébrissime, il appartient à la génération des pères de ce qu’on a appelé, durant les années 1960 et 1970, le boom littéraire latino-américain. Le « mouvement » est porté, notamment, par des hommes comme les Cubains Alejo Carpentier et José Lezama Lima, les Argentins Ernesto Sábato et Julio Cortázar, l’Uruguayen Juan Carlos Onetti, le Colombien Gabriel García Márquez, le Mexicain Carlos Fuentes… Et, bien sûr, le Péruvien Vargas Llosa. Sous leur impulsion, la création romanesque reçoit du sang neuf dans une Amérique latine broyée depuis très longtemps par des dictatures militaires et civiles. On assiste à l’émergence d’une identité panaméricaine que d’aucuns n’ont pas hésité à qualifier de « bolivarisme littéraire ou culturel ». Chacun des auteurs est unique, avec ses propres influences, qu’elles soient extérieures ou locales, comme ce fameux réalisme magique. Mais tous ont quelques points communs : leurs œuvres sont d’une qualité littéraire indéniable, ils vivent en exil et sont publiés essentiellement en Espagne.

Mais, contrairement à la plupart des écrivains latino-américains de sa génération, dont l’écriture est exubérante, baroque, Vargas Llosa retient sa plume tout en abordant les mêmes thèmes, en décrivant les mêmes paysages. Nourri par les écrivains européens du XIXe siècle­, il est surtout un disciple de l’Américain William Faulkner. De ce maître, il retient les ingrédients essentiels qui vont donner de la saveur à son œuvre, où la critique sociale est à l’avant-plan. Pour lui, l’écriture n’est pas seulement une question d’esthétique. C’est sa vie, sa manière de vivre et de se battre. L’écrivain, clame-t-il, ne doit pas s’enfermer dans une tour d’ivoire, loin des tumultes de la cité. Il doit s’engager. Vargas Llosa l’a fait à l’époque où il était progressiste et s’émerveillait du triomphe de Fidel Castro à Cuba. Mais, en 1971, estimant que le régime castriste ne correspond plus à son idéal, il vire à droite, jusqu’à flirter parfois avec les extrêmes. Ce changement idéologique ne lui sera jamais pardonné dans beaucoup de pays d’Amérique latine. L’engagement, c’est aussi cette volonté de prendre en main le destin du Pérou qui le pousse, en 1990, à se présenter à l’élection présidentielle. Malheureusement pour lui, il est nettement battu par Alberto Fujimori. Cette expérience l’a secoué. Elle est à la base de sa naturalisation en Espagne, trois ans plus tard.

À 74 ans, Mario Vargas Llosa, écrivain cosmopolite, qui vit en Espagne, continue d’écrire, d’enseigner la littérature et de donner des conférences. Son prochain roman, Le Rêve du Celte, paraîtra début novembre. Il est consacré à la RD Congo. Plus précisément aux crimes du roi Léopold II dans sa propriété privée, l’État indépendant du Congo. À la suite d’un voyage dans ce pays, le romancier note : « Lorsqu’il devient impossible de résister à la réalité, la fiction constitue un refuge. Pour cela existe la littérature, cette échappatoire pour les gens tristes, les nostalgiques et les rêveurs. Les Congolais ne la lisent pas, ils la vivent. » 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers