Extension Factory Builder
10/12/2010 à 16:56
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Le président de l'Agra, Amos Namanga Ngongi. Le président de l'Agra, Amos Namanga Ngongi. © D.R.

C’est à cet agronome camerounais que Bill Gates et Kofi Annan ont confié la présidence de l’Alliance pour une révolution verte en Afrique.

C’est un coup de fil qui a tiré Amos Namanga Ngongi de la retraite. Il y a encore trois ans, cet ancien agronome camerounais – lunettes et moustache grisonnante – coulait des jours tranquilles dans sa ferme de Buea, à 70 km de Douala. « C’était un cabinet de recrutement qui avait eu mon nom par Kofi Annan », raconte celui qui fut longtemps un ami et un collègue de l’ancien secrétaire général des Nations unies. « Voudriez-vous accepter la présidence de l’Agra, l’Alliance pour une révolution verte en Afrique ? » lui demande-t-on.

Financée par la Fondation Bill et Melinda Gates et par la Fondation Rockefeller, l’Alliance a été lancée en 2006 par Kofi Annan, lui-même président d’honneur du conseil d’administration. « J’ai d’abord refusé », s’amuse Amos Namanga Ngongi. « Ils ont rappelé, plusieurs fois, j’ai donné d’autres noms. » Ce n’est qu’après plusieurs allers-retours à Seattle, aux États-Unis, et une rencontre avec le milliardaire de l’informatique – « un type très simple et abordable » – qu’il finit par se laisser convaincre. « Voilà un projet sérieux, me suis-je dit, et, au bout de trois mois, j’ai enfin accepté. » Avec, à la clé, une mission de cinq ans et un retour aux sources pour celui qui a commencé sa carrière au ministère de l’Agriculture et du Développement rural.

À 65 ans, cet ancien haut fonctionnaire est aujourd’hui un habitué des couloirs feutrés des administrations. En 1980, il est détaché à l’ambassade du Cameroun à Rome puis recruté, quatre ans plus tard, par le Programme alimentaire mondial (PAM). Il y passera dix-sept ans, dont sept en tant que directeur exécutif adjoint, avant de prendre la tête de la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo (Monuc).

Depuis le siège de l’Agra, à Nairobi (Kenya), Amos Namanga Ngongi gère une enveloppe annuelle de plus de 74 millions d’euros, exclusivement destinée à la révolution verte en Afrique. Fourniture de semences améliorées, financement de projets pour fabriquer les précieuses graines, garantie auprès des banques nationales pour favoriser l’octroi de microcrédits aux paysans… L’ONG est présente dans 13 pays du continent. Et c’est en s’appuyant sur son expérience personnelle qu’il explique sa mission : « Quand mon voisin au Cameroun me voit utiliser des engrais, il me demande de lui en prêter. C’est un premier pas. Ensuite, je lui propose de lui en ramener la prochaine fois, et il devra me les rembourser. C’est la seconde étape, pour que l’utilisation soit durable. »

Des engrais, Amos Namanga Ngongi aimerait que l’Afrique en utilise davantage pour augmenter le rendement de terres qui ne produisent encore que 1 tonne par hectare : « On peut arriver facilement à 3 ou 4 t, avec peu de moyens », assure-t-il. Et alors que les pays membres de l’ONU viennent de faire le bilan, à mi-parcours, des Objectifs du millénaire pour le développement, il ne manque pas une occasion de rappeler l’importance de l’agriculture pour lutter contre la faim en Afrique. Retournera-t-il cultiver ses terres quand son contrat arrivera à son terme, en 2012 ? « On verra. » Bill Gates ou Kofi Annan le convaincront peut-être, encore une fois, de sortir de sa retraite.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Cameroun

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs veut doper le marché de l'emploi en Afrique

Everjobs a choisi le Cameroun pour lancer ses activités, le 23 avril. Opérationnel en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Ouganda, ce portail d'offres d'emploi développé par A[...]

Cameroun : 19 morts dans une attaque de Boko Haram

L'attaque menée dans la nuit de jeudi à vendredi par le groupe islamiste nigérian Boko Haram sur le village de Bia, dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun, a fait 19 morts dont une[...]

Cameroun : une attaque de Boko Haram fait 10 morts dans l'Extrême-Nord

Dans la nuit de jeudi à vendredi, ce sont dix civils camerounais qui ont été tués par Boko Haram, lors d'une attaque du village de Bia, dans l'Extrême-Nord du pays, à la frontière du[...]

Rwanda, Côte d'Ivoire, RDC... : Stromae annonce une grande tournée africaine avec 8 dates de concert dans 8 pays

Stromae a annoncé vendredi les dates de sa première tournée africaine. Le chanteur de "Papaoutai" se rendra au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cap-Vert au Cameroun, au Gabon, au[...]

N'ayons pas peur de toucher aux constitutions !

Yann Gwet est un entrepreneur et essayiste camerounais. Diplômé de Sciences Po Paris, il vit et travaille au Cameroun. Bas les pattes ! Du Burundi aux Congo, en passant par le Rwanda, le message est identique :[...]

Les français Marck et Ineo veulent équiper les casques bleus africains

 Le groupe Marck et Ineo Support Global, filiale de GDF Suez, vont collaborer pour la fourniture d'équipement aux policiers et aux soldats mis à la disposition de l'ONU par les États africains.[...]

Stanley Enow : "Ce qui manquait au rap camerounais, c'était moi"

Nommé "Révélation de l’année" aux derniers MTV Africa Music Awards, à Durban en Afrique du Sud, Stanley Enow est aujourd'hui le fer de lance du rap camerounais. Avec un album[...]

Acha Leke, mentor d'élite chez McKinsey

Destiné à une belle carrière dans la Silicon Valley, ce Camerounais a finalement choisi l'Afrique. Consultant pour le cabinet américain, il accompagne les leaders d'aujourd'hui et de demain.[...]

Jovi, rappeur camerounais : "L'Afrique a le potentiel pour prolonger l'ère du hip-hop"

Il travaille avec Akon, lance sa musique dans les écouteurs de Youssoupha, mais rien, chez Jovi, ne trahit un penchant pour le bling-bling. Le rappeur basé à Yaoundé prêche[...]

Afrique centrale et Boko Haram : la solidarité attendra

Les fonds promis par les États d'Afrique centrale aux membres qui sont directement concernés par la lutte contre Boko Haram tardent à être versés.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers