Extension Factory Builder

"Chinafrique" : les limites de la solidarité

01/09/2010 à 15:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Professeur de sciences politiques, universités de Kinshasa et de Lubumbashi, RD Congo

Fin 2009, des professeurs venus de onze pays d’Afrique francophone se sont retrouvés à Pékin à l’occasion d’un séminaire organisé à l’Institut chinois de diplomatie. Ils ont également été reçus à l’Institut d’études africaines de la Zhejiang Normal University. L’occasion de mieux comprendre ce que pensent les intellectuels chinois de la coopération sino-africaine.

L’Institut chinois d’études africaines venait de publier des analyses sur la question, et les approches étaient diverses. Certains auteurs proposaient de trouver de nouvelles grilles de lecture des relations spéciales qui unissent la Chine et l’Afrique. D’autres exprimaient leur crainte de voir la démarche chinoise ressembler à celle traditionnellement suivie en Europe et, d’une manière plus générale, par les Occidentaux.

C’est précisément ce qui a intéressé les professeurs africains. Ils ont aussi cherché à comprendre en quoi le discours des universitaires chinois était différent de celui tenu par leurs hommes politiques. Car si les politiques revendiquent depuis longtemps une solidarité anticoloniale et anti-impérialiste, les intellectuels n’ignorent pas que les pratiques de la Chine moderne, celle de l’ouverture, s’éloignent parfois de cet idéal maoïste.

L’Afrique, alliée et partenaire de la Chine, est un terrain de compétition économique et commerciale, un enjeu à gagner à moindres coûts et à moindres risques. Mais l’approche de coopération bilatérale, pays par pays, est-elle compatible avec l’idéal d’un partenariat gagnant-gagnant ? Peut-elle s’accommoder de la diversité des réalités africaines ? Autrement dit, au-delà de cette amitié revendiquée et même mythifiée, où se situe l’intérêt stratégique de Pékin ? Le fait que la Chine soit aujourd’hui une puissance industrielle – et non plus seulement agricole – ne va-t-il pas modifier les relations qu’elle entretient avec l’Afrique, l’Asie ou l’Amérique latine ? La Chine a-t-elle vraiment la volonté d’entraîner l’Afrique dans le sillage de sa croissance et de sa prospérité, et de renouveler, face aux pays du G20, l’élan des non-alignés ?

Mais le continent s’est pour l’instant montré incapable d’exploiter le potentiel de ce rééquilibrage des relations internationales. La Chine, elle, est contrainte au pragmatisme et au réalisme commercial. Elle est obligée, au nom d’une harmonie planétaire que sa diplomatie préfère au jeu du rapport de force, de respecter les prés carrés de l’Occident en Afrique. Reste à voir si elle saura profiter des erreurs commises par l’administration américaine en Afrique – une administration bien peu imaginative, même lorsqu’elle est dirigée par un Afro-Américain. Une coopération sino-africaine réellement productive passe par une vision géopolitique que la Chine hésite malheureusement à manifester. L’Afrique elle-même devrait envisager de se repositionner sur la scène internationale, en réinventant ses structures régionales.

Une coopération gagnant-gagnant suppose de concevoir un nouveau type de partenariat, qui s’appuierait sur des zones économiques de développement, elles-mêmes adossées aux communautés économiques d’intégration régionale. Mais l’Afrique a perdu ceux de ses idéologues qui étaient proches de Pékin, et la Chine se déploie sur le continent par le biais de ses multinationales dont le fonctionnement capitalistique ignore la solidarité. La non-conditionnalité de l’aide chinoise est une chose. Mais il faut aussi insister sur le transfert de technologies. C’est sur ce point que l’Afrique attend la Chine.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Cinquante ans de rêves assassinés

Forum-Tribunes Article précédent :
Non, Gbagbo n'est pas seul !

Réagir à cet article

International

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées r[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces