Extension Factory Builder

"Chinafrique" : les limites de la solidarité

01/09/2010 à 15:38
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article

Professeur de sciences politiques, universités de Kinshasa et de Lubumbashi, RD Congo

Fin 2009, des professeurs venus de onze pays d’Afrique francophone se sont retrouvés à Pékin à l’occasion d’un séminaire organisé à l’Institut chinois de diplomatie. Ils ont également été reçus à l’Institut d’études africaines de la Zhejiang Normal University. L’occasion de mieux comprendre ce que pensent les intellectuels chinois de la coopération sino-africaine.

L’Institut chinois d’études africaines venait de publier des analyses sur la question, et les approches étaient diverses. Certains auteurs proposaient de trouver de nouvelles grilles de lecture des relations spéciales qui unissent la Chine et l’Afrique. D’autres exprimaient leur crainte de voir la démarche chinoise ressembler à celle traditionnellement suivie en Europe et, d’une manière plus générale, par les Occidentaux.

C’est précisément ce qui a intéressé les professeurs africains. Ils ont aussi cherché à comprendre en quoi le discours des universitaires chinois était différent de celui tenu par leurs hommes politiques. Car si les politiques revendiquent depuis longtemps une solidarité anticoloniale et anti-impérialiste, les intellectuels n’ignorent pas que les pratiques de la Chine moderne, celle de l’ouverture, s’éloignent parfois de cet idéal maoïste.

L’Afrique, alliée et partenaire de la Chine, est un terrain de compétition économique et commerciale, un enjeu à gagner à moindres coûts et à moindres risques. Mais l’approche de coopération bilatérale, pays par pays, est-elle compatible avec l’idéal d’un partenariat gagnant-gagnant ? Peut-elle s’accommoder de la diversité des réalités africaines ? Autrement dit, au-delà de cette amitié revendiquée et même mythifiée, où se situe l’intérêt stratégique de Pékin ? Le fait que la Chine soit aujourd’hui une puissance industrielle – et non plus seulement agricole – ne va-t-il pas modifier les relations qu’elle entretient avec l’Afrique, l’Asie ou l’Amérique latine ? La Chine a-t-elle vraiment la volonté d’entraîner l’Afrique dans le sillage de sa croissance et de sa prospérité, et de renouveler, face aux pays du G20, l’élan des non-alignés ?

Mais le continent s’est pour l’instant montré incapable d’exploiter le potentiel de ce rééquilibrage des relations internationales. La Chine, elle, est contrainte au pragmatisme et au réalisme commercial. Elle est obligée, au nom d’une harmonie planétaire que sa diplomatie préfère au jeu du rapport de force, de respecter les prés carrés de l’Occident en Afrique. Reste à voir si elle saura profiter des erreurs commises par l’administration américaine en Afrique – une administration bien peu imaginative, même lorsqu’elle est dirigée par un Afro-Américain. Une coopération sino-africaine réellement productive passe par une vision géopolitique que la Chine hésite malheureusement à manifester. L’Afrique elle-même devrait envisager de se repositionner sur la scène internationale, en réinventant ses structures régionales.

Une coopération gagnant-gagnant suppose de concevoir un nouveau type de partenariat, qui s’appuierait sur des zones économiques de développement, elles-mêmes adossées aux communautés économiques d’intégration régionale. Mais l’Afrique a perdu ceux de ses idéologues qui étaient proches de Pékin, et la Chine se déploie sur le continent par le biais de ses multinationales dont le fonctionnement capitalistique ignore la solidarité. La non-conditionnalité de l’aide chinoise est une chose. Mais il faut aussi insister sur le transfert de technologies. C’est sur ce point que l’Afrique attend la Chine.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Forum-Tribunes Article suivant :
Cinquante ans de rêves assassinés

Forum-Tribunes Article précédent :
Non, Gbagbo n'est pas seul !

Réagir à cet article

International

Carole et Glwadys Tawema, la vogue ethnique de Karethic

Carole et Glwadys Tawema, la vogue ethnique de Karethic

Grâce au beurre de karité, ces deux Béninoises installées en France entendent surfer sur la mode des produits bio pour appuyer le développement du nord de leur pays.[...]

États-Unis : l'étau se resserre autour de Bill Cosby, accusé de plusieurs viols

Bill Cosby fut l'idole de plusieurs générations. Accusé de viol par une quinze femmes, la star¨de la série comique américaine "The Bill Cosby show" est aujourd'hui dans la[...]

Pierre Kwenders, Son Excellence l'ambassadeur plénipotentiaire du Bantouland

Avec un premier album métissant hip-hop, jazz et rumba, le chanteur Pierre Kwenders ose un mélange des genres détonnant.[...]

France : Marine Le Pen veut interdire les prêches en arabe... au mépris de la liberté de culte

Marine Le Pen a annoncé jeudi qu'elle prônait l'interdiction des prêches en arabe dans les mosquées françaises, afin de "se rendre compte plus facilement des propos qui sont tenus".[...]

Livre : le baroud d'honneur de Robert Dulas

Barbouze : un mot que Robert Dulas déteste, mais qui lui colle à la peau. Longtemps, ce pro du renseignement a traîné ses guêtres en Afrique. Aujourd'hui, c'est dans un livre qu'il[...]

Immigration : dans quels pays de l'Union européenne sont naturalisés les Africains ?

De quels pays africains sont originaires les nouveaux naturalisés de l'Union européenne ? Grâce aux données d'Eurostat, l'office statistique de l'UE, "Jeune Afrique" fait le point.[...]

Sénégal : Abdoulaye Wade décline l'invitation de Macky Sall au sommet de la Francophonie

Dans un courrier adressé à Macky Sall, dont "Jeune Afrique" révèle en exclusivité la teneur, Abdoulaye Wade décline l'invitation de son successeur au sommet de la Francophonie[...]

Russie - Chine : la valse de l'ours et du dragon

Entre les deux ex-ennemis, l'entente est désormais cordiale, comme en a attesté le récent sommet de l'Apec, à Pékin. Ce qui les a rapprochés ? Une commune volonté[...]

Burkina Faso : la position surprenante du gouvernement canadien

Guy Guermeur est un homme politique français, ancien président de l'Association pour la coopération et le développement de l'Afrique australe (Acoda), et ancien vice-président de[...]

Chute du cours du pétrole : qui perd, qui gagne en Afrique ?

Depuis quelques mois, le cours de l'or noir dégringole. Les pays producteurs africains s'inquiètent pour l'équilibre de leurs budgets. Mais il n'y aura pas que des perdants.[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers