Extension Factory Builder

Andris Piebalgs : "Nous devons tenir nos promesses"

23/08/2010 à 15:29
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Andris Piebalgs. Andris Piebalgs. © Reuters

En février, le diplomate letton a quitté son poste de commissaire européen à l’Énergie pour celui de commissaire au Développement, qu’occupèrent  avant lui Karel De Gucht et Louis Michel. Il dresse un premier bilan de son action.

Jeune Afrique : Les promesses d’aide publique au développement (APD) faites par les pays industrialisés risquent de ne pas être tenues d’ici à 2015. À quoi bon faire des promesses qu’on ne tient pas ?

Andris Piebalgs : Je ne suis pas aussi catastrophiste que vous. En juillet, alors que l’Union européenne était encore en crise, ses membres ont renouvelé leur ambition de faire passer leur APD à 0,7 % du PIB d’ici à 2015 [0,33 % pour les nouveaux membres, NDLR]. Nous sommes déjà les pourvoyeurs d’aide les plus importants, mais nous nous devons de tenir nos promesses. Notre crédibilité est à ce prix.

Comment intéresser les pays d’Europe de l’Est à l’Afrique ?

Le concept d’aide au développement est relativement inconnu de ces pays, mais ils recherchent des marchés et des partenariats économiques. C’est en Afrique qu’ils les trouveront. Certains essaient déjà, comme l’Estonie, qui investit dans les technologies de l’information, ou la Roumanie, dans l’éducation.

Vous êtes le premier commissaire au Développement originaire d’un pays sans lien historique avec l’Afrique…

J’aimerais avoir un carnet d’adresses un peu plus fourni et une connaissance plus approfondie du continent, c’est sûr. Mais l’Europe d’aujourd’hui est davantage intéressée par la lutte contre la pauvreté en Afrique que par des considérations postcoloniales. Je suis représentatif de cette Europe.

Croyez-vous vraiment au succès du 3e sommet UE-Afrique, en Libye, en novembre ?

Le fait qu’il se tienne sera une réussite en soi ! Réunir 80 chefs d’État [53 africains et 27 européens, NDLR] est une gageure. Si l’on y parvient, cela montrera notre force.

Le Soudanais Omar el-Béchir est sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI). Sera-t-il invité ?

Il serait très compliqué de faire cohabiter nombre de dirigeants européens et le président soudanais. Je crois qu’un arrangement a été trouvé avec la Libye, la puissance invitante. Béchir ne devrait pas être présent. Beaucoup de pays africains sont signataires du statut de Rome, qui leur fait obligation de coopérer avec la CPI. Il n’y a pas de compromis possible sur ce point.

La Chine constitue-t-elle une menace pour le partenariat entre l’Europe et l’Afrique ?

Avec l’Afrique, le dialogue n’est pas toujours facile, mais nous restons son partenaire principal. Les Chinois investissent dans les routes et dans les infrastructures ; leur aide est très visible. Nous sommes plus divisés et donc moins efficaces, même si nos actions sont plus durables. Nous devons nous inspirer des méthodes chinoises, sans perdre de vue nos objectifs : la lutte contre la pauvreté et pour la démocratie.

Le fait que le régime de transition à Madagascar soit frappé par des sanctions va-t-il changer quelque chose ?

Nous avons essayé de trouver un compromis, mais ça n’a pas fonctionné. Nous devons rester cohérents avec nos valeurs, expliquer aux citoyens européens où va l’aide. Et celle-ci ne peut pas aller à des régimes que nous ne considérons pas comme démocratiques. Pour sortir de l’impasse, les dirigeants malgaches vont devoir faire des compromis. Ailleurs, ça fonctionne. Regardez la Guinée ou le Niger…

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Réagir à cet article

International

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

France - RDC : Raphaël Mobutu reste introuvable, une semaine après sa chute dans la Garonne

Plus d'une semaine après avoir sauté dans la Garonne, la nuit du 15 au 16 avril, Raphaël Mobutu, un des enfants de l'ancien président de la RDC (ex-Zaïre) est toujours introuvable. À en croire[...]

Brésil : Rousseff dans le piège Petrobras

À six mois de la présidentielle, la sortante est engluée dans une sombre histoire de rachat d'une raffinerie au Texas en 2006. Elle est en baisse dans les sondages mais devrait quand même[...]

Chine : bébés en boîte

En Chine, où n'existent ni protection sociale ni accouchement sous X, des structures d'accueil pour enfants abandonnés - et souvent handicapés - sont mises en place.[...]

Une histoire du génocide rwandais (#4) : les écoutes bidons et le mythe de la guerre éclair du FPR

Dans ce quatrième billet consacré au déclenchement du génocide des Tutsis de 1994, Laurent Touchard* poursuit l'analyse des éléments brandis par les ex-partisans des Forces armées[...]

Mali : le Mujao annonce la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal

Le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) a annoncé mardi la mort du Français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l'ouest du Mali. [...]

Inde : qui brisera la vague safran ?

Personne, sans doute. Face à un parti du Congrès à bout de souffle, les nationalistes hindous du BJP, qui ont choisi cette couleur pour emblème, ont toutes les chances de remporter les[...]

Le propos raciste qui fait du bien

Peut-on utiliser les clichés pour mieux les dynamiter ? Des étudiants français répètent les saillies caractéristiques du racisme ordinaire pour en souligner[...]

Justice : après Simbikangwa, qui ?

Patrick Baudouin est président d'honneur de la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH).[...]

Birmanie: Win Tin, figure de la lutte pour la démocratie, est décédé

Win Tin, emprisonné pendant 19 ans pour son combat contre l'ancienne junte birmane, est décédé lundi à l'âge de 84 ans, a indiqué la Ligue nationale pour la démocratie[...]

Les quatre journalistes otages en Syrie sont de retour en France

Libérés le 19 avril, les quatre journalistes qui avaient été faits otages en Syrie dix mois auparavant ont regagné la France dimanche. Ils ont décrit des conditions de détention[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers

Jeune Afrique Emploi

Toutes les annonces