Extension Factory Builder

Mourad Boudjellal : "Je veux faire rêver les gens!"

04/08/2010 à 11:40
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Mourad Boudjellal. Mourad Boudjellal. © Johanne Lamoulère pour J.A.

Éditeur de BD et président du Rugby Club toulonnais, l’enfant d’immigrés algériens a fondé l’empire de ses rêves. Une réussite qui inspire le respect... et parfois déplaît.

Coup de sifflet final. Sur la pelouse du stade Geoffroy-Guichard, à Saint-Étienne, le 15 mai dernier, le Rugby Club toulonnais (RCT) s’incline en demi-finale du championnat de France (Top 14) face à Clermont : 35 à 29 au bout de prolongations suffocantes. Tout de noir vêtu comme à son habitude, son président, Mourad Boudjellal, a les traits aussi marqués que ses joueurs. À ses yeux, « il n’y a que la victoire que l’on retient. Le sport, c’est pour gagner. Les losers ont toujours tort ». Dans les affaires, c’est un peu le même refrain pour le propriétaire de Soleil Productions, devenu en vingt ans un mastodonte de la BD franco­phone : 40 millions d’euros, 120 employés et 400 auteurs sous contrat, ce qui en fait l’éditeur français le plus prolifique. Il est loin le temps où, enfant, Mourad Boudjellal reliait des pages déchirées de Pif ou les planches de son frère Farid, devenu un auteur de BD reconnu.

Depuis quatre ans, il s’investit corps et âme dans le club le plus « fada » de France. Non sans combattre, du moins au début, les réticences locales : « On ne m’a pas proposé d’être président. Je suis un peu un bâtard dans le rugby. Je savais que mes origines et la puissance du club allaient provoquer un engouement médiatique. » En effet, un « Mourad Boudjellal » à la tête de l’emblème identitaire d’une ville étiquetée Front national depuis la parenthèse municipale de Jean-Marie Le Chevallier, entre 1995 et 2001, passerait presque pour une anomalie.

Dans cette ancienne cité grecque, les vagues d’immigration italienne, pied-noir et maghrébine – sans parler de l’importante présence militaire – s’entrechoquent. La haine de l’autre prend des contours inattendus pour ce fils d’Algériens : des professeurs qui veulent l’envoyer en filière technique malgré des résultats honorables, des camarades de classe qui refusent tout contact… Même le milieu antiraciste s’y met : « J’y ai subi le racisme le plus fort, car je représente le dépôt de bilan de leur fonds de commerce. Ils entretiennent un misérabilisme sur les immigrés. » Le ton est calme, le regard pétillant, la réflexion acérée. « Il y a une génération intégrée, brillante, qui participe activement à l’économie du pays. J’ai envie qu’on entretienne un discours positif, pas négatif. »

Fils d’une concierge et d’un chauffeur, Mourad Boudjellal avait statistiquement peu de chances d’endosser la panoplie du chef d’entreprise à succès. Désormais, la Ferrari rouge et la Maserati revendiquent pour lui, de manière ostentatoire, ce nouveau statut. « Je ne fais pas mon métier pour gagner de l’argent, mais pour éditer des livres et bien les vendre. Je veux faire rêver les gens », rectifie-t-il. Baigné dans une culture musulmane, il puise sa philosophie hédoniste dans un monde sans religion. « Je suis un athée intégriste. Avec la religion, on est dans une logique d’immortel : on vit pour demain et non pour aujourd’hui. »

 Quand ses concurrents décrivent l’homme d’affaires, « passionné » et « enthousiaste » sont les mots qui reviennent le plus souvent. « Je le respecte beaucoup, affirme Olivier Sulpice, patron de Bamboo Édition. Il a connu une belle réussite. Pour faire tout ce qu’il fait, il faut de la passion. » Son CV le prouve : fer de lance d’un important festival de BD à seulement 15 ans, propriétaire de sa librairie à 22 ans dans le quartier du « Petit Chicago », éditeur à 28 ans. « J’ai toujours été fasciné par la bande dessinée. Je ne sais pas dessiner, mais je sais expliquer à un dessinateur comment faire », justifie l’intéressé.

Les premiers choix sont iconoclastes. Sa faconde convainc les auteurs de Rahan, de Tarzan et de Mandrake de les rééditer dans une collection de luxe. Puis la série Lanfeust de Troy le propulse définitivement vers les sommets. « Le coup de génie de Mourad Boudjellal est d’avoir anticipé la vague de l’heroic fantasy [épopée fantastique, NDLR], un genre qui allait occuper le créneau ado délaissé par les autres », analyse Benoît Mouchart, directeur artistique du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Cet autodidacte du marketing multiplie les collections et décline les licences (jeux, développement audiovisuel, lecture numérique en ligne) et les partenariats – avec TF1, Marvel, un des leaders mondiaux de l’édition, ou encore Gallimard. Au rayon acquisition, rien ne lui résiste. Il s’est offert pour 40 000 euros les droits d’adaptation BD de la vie de Mohammed Ali avec une sortie prévue début 2011. Entier, il n’éprouve aucun regret lorsque des projets écartés par sa boîte cartonnent chez la concurrence. « Mon luxe dans la vie est de dire à tout le monde ce que je pense. En bien comme en mal. Je ne veux pas être consensuel juste parce qu’il faut l’être ou parce qu’il y a un intérêt. »

Le style Boudjellal déplace les barrières, fait bouger les lignes. Un vrai poil à gratter qui finit par dépoussiérer le RCT de sa fameuse « toulonitude », sorte de folklore suranné fait de courage et d’orgueil. « On a pris Boudjellal pour un doux rêveur, et qu’est-ce qu’il nous fait rêver ! », reconnaît une dirigeante des Fadas, le plus important club de supporteurs toulonnais. Dans une hystérie collective, l’ancien capitaine de l’équipe de Nouvelle-Zélande Tana Umaga débarque sur la rade en octobre 2006. Le contrat donne le vertige : 350 000 euros, payés par Boudjellal lui-même, pour sept matchs. Sept victoires plus tard, la stratégie est claire : « Le vrai prix d’un joueur n’est pas ce qu’il coûte mais la différence entre ce qu’il coûte et ce qu’il rapporte. »

Malgré un ego hypertrophié, Mourad Boudjellal sait abandonner ses certitudes en cas d’erreur. Il délègue ainsi le pouvoir sportif au très compétent entraîneur Philippe Saint-André à l’été 2009. Mais son côté donneur de leçons agace certains, comme Serge Blanco, président du Biarritz olympique. Aux yeux de l’« ovalie », son équipe de mercenaires venus des quatre coins du monde brade les valeurs du rugby. Fort d’un budget de 20 millions d’euros, deuxième du Top 14, le club explose toutes les conventions salariales. Dernier coup de génie : la venue, en 2009, de l’ouvreur anglais Jonny Wilkinson, champion du monde en 2003, pour 400 000 euros par an. « Avec lui, c’est un chiffre de partenariats qui passe de 2,3 millions à près de 7 millions d’euros », argue le président-mécène. Même sans trophée majeur, le pari est gagné. Le prestige de la fonction compense les 6,5 millions d’euros investis de sa poche. Le stade Mayol redevient une forteresse imprenable. L’institut centenaire transcende de nouveau les générations, les quartiers, les populations.

Dénué d’ambition politique, cet hyperactif marié et père de trois enfants vit à 100 % ses deux rêves de gosse, « 70 % éditeur et 30 % pour le club ». Méconnu alors qu’il possédait « la première entreprise de la ville », il a insufflé une toute nouvelle fierté aux Toulonnais. Au revoir « l’Arabe en Ferrari ». Bonjour « Monsieur Boudjellal ».

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Sur le m�me sujet
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

International

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Football : Luis Fernandez sur le point de signer avec la sélection guinéenne ?

Le Français Luis Fernandez pourrait signer son contrat de sélectionneur de la Guinée dans le week-end.  [...]

Les sons de la semaine #33 : Les Ambassadeurs du Motel de Bamako, Protoje, FKA Twigs, Kaaris

Bienvenue dans notre d'horizon musical hebdomadaire ![...]

Djibouti : Le Drian viendra... mais plus tard

Très attendue par les autorités comme par les militaires français, la visite de Jean-Yves Le Drian à Djibouti, qui devait avoir lieu au mois d'avril, a été reportée.[...]

Santiago Zannou : un rôle à jouer

De père béninois et de mère espagnole, le réalisateur place l'immigration et le métissage au coeur de ses films. La singularité de ses histoires lui a ouvert les portes du[...]

Yémen : le président Abd Rabbo Mansour Hadi s'est réfugié en Arabie saoudite

Alors que la confusion règnait sur le sort du président Abd Rabbo Mansour Hadi, ce dernier est arrivé jeudi en Arabie saoudite, le jour même où la coalition menée par Ryad[...]

"Comme un cri" : exorciser le naufrage du Joola

Pièce coup de poing, Comme un cri revient sur le drame du Joola et pointe une nouvelle fois la responsabilité des autorités sénégalaises.[...]

Cinéma : Dear White People, chers petits Blancs...

Avec son film "Dear White People", le réalisateur africain-américain Justin Simien dénonce les préjugés raciaux toujours vivaces dans le pays d'Obama... et suscite la[...]

Hervé Ladsous : "Le maintien de la paix ne représente que 0,4% des budgets militaires dans le monde"

Pour la première fois, les chefs d'état-major de 120 pays membres des Nations unies se réunissent vendredi 27 mars à New York pour plancher sur les enjeux complexes du maintien de la paix à[...]

Yémen : les rebelles progressent, le président Hadi en fuite

Alors que l'incertitude régnait sur son sort, le président yéménite, Abd Rabbo Mansour Hadi, a quitté le pays en bateau, ont annoncé des responsables yéménites.[...]

Racisme en Belgique : "Il faut prendre conscience de l'ampleur du problème"

Depuis le lancement du hashtag #dailyracism, de nombreux Belges ont témoigné, sur les réseaux sociaux, du racisme quotidien qu'ils subissent.  [...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers