Extension Factory Builder

Edmond Kwedi Ekambi, homme-orchestre

22/07/2010 à 17:30
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Edmond Kwedi Ekambi devant la cathédrale Notre-Dame de Chartres (France). Edmond Kwedi Ekambi devant la cathédrale Notre-Dame de Chartres (France). © Vincent Fournier/J.A.

Né au Cameroun, tour à tour guitariste, homme d’affaires et notaire, Edmond Ekambi a déjà vécu dix vies. Son truc ? Travailler toujours, sans jamais se prendre au sérieux.

Études, métier, costume, tout chez Edmond Kwedi Ekambi annonce un homme sérieux. Mais derrière le chef d’entreprise tiré à quatre épingles se cache une personnalité inattendue, que seul signale le rire énorme de quelqu’un… qui ne se prend pas au sérieux. L’homme en impose : convaincant, excellent communicant, il a tout pour incarner la réussite.

Depuis la ville de Chartres où il a posé ses valises il y a maintenant quinze ans, il dirige un groupe de sociétés, dont la Sodestel. En façade, l’entreprise est discrète. Elle est pourtant le leader français des logiciels pour les professionnels de l’immobilier. Un agent immobilier sur cinq et un notaire sur dix utilisent ses services. Ses licences ont été achetées par d’importants réseaux de la banque et de l’assurance.

« Je sais d’où je viens, cela me permet de savoir où je vais »

Le patron pourrait en être fier. Mais Edmond Kwedi Ekambi a toujours gardé les pieds sur terre. « Je sais d’où je viens, cela me permet de savoir où je vais », déclame-t-il sur un ton faussement professoral et avec un large sourire. Kwedi Ekambi est né le 26 juin 1963 à Dibombari, à 30 km de Douala (Cameroun), avant-dernier d’une fratrie qui a donné deux ingénieurs, un cadre de banque et quelques artistes. Son frère aîné, Ekambi Brillant, est d’ailleurs un chanteur connu.

« Je suis né avec une cuillère en argent dans la bouche, concède-t-il, mais le destin me l’a vite arrachée. » Le père, commerçant aisé, avait réussi dans le commerce de l’huile de palme. Il meurt alors qu’Edmond n’a que 4 ans. Selon la coutume sawa, l’héritage est ventilé entre les diverses prétentions familiales, laissant le garçon et sa mère dans le dénuement.

 Après avoir raté son bac au Cameroun, le jeune Kwedi Ekambi débarque à 19 ans en France, à Blois, chez des cousins. Premier déclic : l’ado rebelle devient celui à qui tout réussit. Bac mention bien, licence, maîtrise de droit privé à la fac de Tours. L’argent manque pour financer ses études ? Le futur juriste est musicien. Cela tombe bien, les Coton Pickers, un groupe de jazz, recherchent leur guitariste. Pendant des années, il sera donc chaque soir Edmond Chirot, chantre du mélo-bluesy, écumant les festivals de la région Centre, les lieux de fête et les restos branchés. « J’avais même des bulletins de paie, la prospérité, quoi. Au point que j’ai hésité à en faire ma carrière », raconte-t-il.

« J’ai envoyé 3 000 courriers, reçu 200 réponses négatives et décroché deux entretiens »

En 1991, il épouse une Française rencontrée sur les bancs de la fac. La naissance, l’année suivante, de leur premier enfant sert de deuxième déclic. Edmond décide de passer le concours du notariat. Parmi les 2 000 candidats, il est admis à occuper l’une des 30 places du Centre supérieur d’études notariales de Paris, rue Villaret-de-Joyeuse. Il en sort avec un diplôme d’aptitude aux fonctions de notaire. Mais il faut trouver du travail. Dans le métier, on appelle ça « notaire assistant » et la place est très convoitée. « J’ai envoyé 3 000 courriers, reçu 200 réponses négatives et décroché deux entretiens, rien à faire. »

Racisme, conservatisme, un mélange des deux ? « Un notaire m’a avoué qu’il ne pouvait m’engager car je n’aurais pas pu recevoir tous ses clients, certains auraient refusé que leur dossier soit traité par un Noir. » Troisième déclic. Même si Kwedi parle plutôt de claque. « Depuis ce jour, on n’a plus jamais réussi à me freiner. Je me suis dit que le seul métier que je savais faire en dehors de pincer une guitare, c’était de donner des conseils. J’ai décidé de monter ma boîte. »

C’était l’époque du Minitel. Il y avait un créneau à prendre, pas besoin de fonds, juste une idée concrète. Ainsi est né en 1995 le service Evaluatel, du conseil fiscal et patrimonial pour les particuliers. Des débuts tellement peu rentables que le jeune patron envisage de rentrer au pays. En 1997, il dépose même un dossier pour y devenir notaire, mais sa demande se perd dans les méandres de l’administration camerounaise. Tant pis, Edmond s’accroche à son idée, recentre son activité sur les professionnels. Bingo, le marché est prêt, la demande s’envole. Edmond se mue en homme-orchestre, à la fois commercial et formateur, recrute son premier informaticien, sillonne les routes de France. L’affaire devient enfin rentable.

Des revers, il en a connu deux, retentissants. Il les raconte aujourd’hui en riant. L’ex-guitariste a monté une boîte de production musicale et produit le CD urban music du chanteur Devally. Le bide est total et lui coûte un bras. Il laisse aussi des plumes dans une autre affaire : il crée une société, Omega Investissement, pour répondre à la demande d’une banque. Le contrat ne sera jamais signé…

« L’échec ne m’a jamais atteint et m’a plutôt fortifié. »

De ses revers, Edmond tire toujours les leçons. « Ce qui manque aux autres, je l’ai. La France m’a appris que l’on pouvait ne pas être d’accord, tout en respectant la pensée de l’autre. À l’Afrique, j’ai emprunté la notion d’insouciance qui me permet de me détacher des détails et d’aller à l’essentiel. C’est pour cela que l’échec ne m’a jamais atteint et m’a plutôt fortifié. » On l’aura compris, avec Edmond Kwedi Ekambi, un échec n’en est jamais vraiment un. Omega Investissements, la société devenue coquille vide par la force des choses, s’est mué, en 2007, en agence immobilière en ligne d’un genre nouveau.

« On fait de l’immobilier ethnique, s’amuse-t-il. C’est incroyable ! Dès que les clients ne sont pas français et ne maîtrisent pas la langue, les agences traditionnelles ne cernent ni l’offre ni la demande. » Alors sa société recrute des collaborateurs issus des minorités visibles, qui conseillent des gens de leur communauté pour vendre ou acheter un bien. En février dernier, l’agence a par exemple trouvé la maison de ses rêves à un Indien de Pondichéry. « Avec un traducteur, on a géré la transaction et trouvé un financement. On aide les gens qui ne poussent pas facilement la porte des agences immobilières. » Et ça marche.

Mais la suite du parcours est assez inattendue. On le croit chef d’entreprise en France ? Le voilà notaire au Cameroun, à Ngaoundéré, une ville située à 900 km de Douala. « C’est un honneur pour moi d’exercer cette charge, mais ma nomination fut aussi une grande surprise. J’avais déposé mon dossier en 1997. Dix ans plus tard, mon téléphone sonne. Ma sœur restée au pays m’annonce qu’un homonyme a été nommé notaire dans cette ville. J’ai éclaté de rire, l’homonyme, c’était moi ! Le dossier avait tout bonnement suivi son cours. » 

Ce que Me Kwedi Ekambi ne dit pas, c’est qu’il a trouvé dans un premier temps la nouvelle bien embarrassante. Que faire ? Quelle réponse donner ? Lui qui n’envisage rien comme les autres a finalement trouvé. Sur place une fois par mois, il tente de régler les problèmes de logement et d’insalubrité, en rompant avec le système de l’indivision et en transformant les propriétés en copropriétés. Fort de son expertise technique, il s’est assuré de l’existence de l’arsenal juridique nécessaire et, depuis la France, il mobilise la diaspora camerounaise de l’Union européenne pour l’inciter à investir dans le pays en partenariat avec des banques locales. Un homme sérieux, on vous dit.

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

Parcours suivant :
Cartouche

Parcours précédent :
Mourad Boudjellal : "Je veux faire rêver les gens!"

Réagir à cet article

International

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

France : François Hollande accueille les quatre journalistes libérés en Syrie

Les quatre journalistes français libérés samedi après dix mois d'une éprouvante captivité en Syrie aux mains d'un groupe jihadiste lié à Al-Qaïda, sont arrivés en[...]

Les quatre journalistes français otages en Syrie sont libres, retour d'ici dimanche matin

Les quatre journalistes français otages en Syrie depuis 10 mois ont été libérés samedi et sont "en bonne santé", a annoncé le président François Hollande,[...]

Chine : le baiser du Dragon

De Taïwan à Hong Kong et de Bangkok à Jakarta, la République populaire de Chine étend les tentacules de son économie surpuissante. Beaucoup lui reprochent d'avoir l'affection un brin[...]

Touche pas à ma graisse !

C'est une aventure ahurissante qui se déroule en ce moment dans une prison du Brabant. Ça commence comme ça : un détenu - on va l'appeler John - se met à grossir de façon[...]

Décès de Gabriel García Márquez : hommage à "Gabo" le magnifique...

L'écrivain colombien et prix Nobel de littérature Gabriel García Márquez est décédé à Mexico, jeudi. Il avait 87 ans.[...]

Espagne : le roi d'Espagne a-t-il comploté contre le gouvernement dans les années 1980 ?

Le roi d'Espagne a-t-il, en 1980, donné son feu vert à une tentative de coup d'État militaire ? C'est la thèse d'un livre qui fait scandale.[...]

Aïda Diarra, "Madame Afrique" de Western Union

La Malienne Aïda Diarra est vice-présidente Afrique de Western Union. Son défi : innover pour préserver le leadership du groupe américain dans les flux d'argent à destination du[...]

France : quand François Hollande oublie les "tirailleurs"

À la Grande Mosquée de Paris, sur la plaque gravée en hommage aux soldats musulmans mort pour la France, l'Élysée va devoir réparer son omission.[...]

Faïza Guène, écrivain à part et entière

Depuis le best-seller "Kiffe kiffe demain", paru il y a dix ans et vendu à 400 000 exemplaires, la jeune auteure n'a pas cessé d'écrire. Dernier opus : "Un homme, ça ne pleure[...]

La police de New York démantèle son unité chargée d'espionner la communauté musulmane

Vous ne saviez sans doute pas qu'elle existait. Pourtant, la police new-yorkaise a annoncé mardi qu'elle avait fermé son unité secrète chargée d'espionner la communauté musulmane de la[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers